( POOL / AFP / Alexander Zemlianichenko)

Attention, cette vidéo dans laquelle Vladimir Poutine donnerait son avis sur les présidentielles françaises est parodique

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Vladimir Poutine aurait donné son avis sur la présidentielle française, enchaînant les propos provocateurs sous les rires d'autres dirigeants mondiaux dont le président chinois Xi Jinping, selon une vidéo vue par plus de 3 millions de personnes en moins d'une semaine. Il s'agit en réalité d'une parodie qui accole des sous-titres en français erronés aux images d'une intervention du président russe datant de l'édition de 2019 du Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

"Ce que pense Poutine des élections françaises", indique sobrement la légende d'une vidéo partagée sur Facebook le 1er mars 2022, partagée depuis à près de 100.000 reprises et vue par 3,4 millions de personnes sur le réseau social.

Capture d'écran Facebook, prise le 07/03/2022

La séquence de 3 minutes, commence par la question d'une journaliste, adressée au président russe dans sa langue, et sous-titrée en français : "que pensez-vous des élections présidentielles françaises ?" Après une mimique indécise, Vladimir Poutine aurait lancé, toujours selon les sous-titres : "les Français sont très forts pour élire des blaireaux", avant de poursuivre son analyse.

"Les Français veulent voter à droite ou à l'extrême droite. Ils sont à fond dans l'ultralibéralisme économique. C'est stupide (...) Les milliardaires français comme Bernard Arnault ou Bolloré ont délocalisé toute l'industrie française, ils ont atomisé tout l'emploi sur leur territoire. Ces milliardaires détruisent leur économie, pourtant il leur suffit de payer des beaux parleurs à la télé, et ils racontent que s'il y a plus de travail c'est à cause des Arabes", aurait poursuivi le président russe, ajoutant : "selon moi, les Français devraient tous voter pour la gauche (...) Mais bon faut pas rêver".

L'intervention se termine par quelques piques lancées en direction d'Emmanuel Macron. "Ce mec est pas sérieux (...) Il va se prendre pour Napoléon pendant 5 ans", aurait ironisé Vladimir Poutine, sous les rires du public et avec l'approbation de la tête du président chinois Xi Jinping.

Tous ces sous-titres, partagés à un peu plus d'un mois de l'élection présidentielle en France et alors que Vladimir Poutine a lancé une offensive militaire russe sur l'Ukraine le 24 février 2022, sont en réalité parodiques : ils n'ont rien à voir avec les propos tenus par le président russe dans la vidéo, qui date de l'édition de 2019 du forum économique international de Saint-Pétersbourg. Vladimir Poutine y était interrogé au sujet du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, alors récemment élu.

L'édition 2019 du Forum économique international de Saint-Pétersbourg

Un premier indice pouvant diriger vers l'origine de l'intervention de Vladimir Poutine se trouve dans le décor que l'on peut apercevoir derrière les membres du panel, dans l'un des plans larges de la scène. On peut y lire, sur un fond bleu, "SPIEF'19" en anglais, ou "ПМЭФ'19" en russe, ce qui correspond aux initiales du "St. Petersburg International Economic Forum" ("Forum économique international de Saint-Pétersbourg" en français).

Capture d'écran Facebook, prise le 07/03/2022

En effectuant une recherche à l'aide de ces mots clés sur Google, il est possible de retrouver le programme de l'édition 2019 de cet événement économique annuel, qui se tient depuis 1997 dans la ville russe dont il porte le nom.

On y apprend que le 7 juin 2019, s'est tenue la "session plénière" de l'événement, en présence de plusieurs représentants gouvernementaux et chefs d'Etat de l'époque. Outre Vladimir Poutine, président du pays hôte, Xi Jinping, le président de la république populaire de Chine, son homologue bulgare Rumen Radev, ainsi que le premier ministre de l'Arménie Nikol Pashinyan, et celui de la Slovaquie Peter Pellegrini, faisaient partie des personnalités présentes, à l'instar de António Guterres, le secrétaire général de l'Organisation des nations unies (ONU).

On peut par ailleurs retrouver, sur la page Facebook de l'événement, la vidéo entière de cette session plénière, avec un doublage en anglais des interventions des personnalités présentes. L'échange entre la journaliste chargée de poser les questions aux intervenants lors du panel, Sophie Shevardnadze, et Vladimir Poutine, figure bien, à partir de 2h52 de vidéo.

Comparer les images des deux vidéos (voir ci-dessous) permet de se rendre compte qu'il s'agit bien de cette intervention : les expressions de la journaliste et de Vladimir Poutine sont identiques.

Capture d'écran de la publication Facebook avec des sous-titres parodiques, prise le 07/03/2022
Capture d'écran de la vidéo publiée sur Facebook sur la page du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, prise le 03/07/2022

 

 

Capture d'écran de la publication Facebook avec des sous-titres parodiques, prise le 07/03/2022
Capture d'écran de la vidéo publiée sur Facebook sur la page du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, prise le 03/07/2022

 

 

Des sous-titres parodiques sans lien avec l'intervention de Vladimir Poutine

Dans la version doublée en anglais publiée sur le compte officiel du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, les propos de Vladimir Poutine n'ont cependant aucun lien avec les élections présidentielles françaises, comme le laissent à penser les sous-titres français de la vidéo publiée le 1er mars 2022 sur Facebook.

L'emploi de tournures très familières dans les sous-titres, la prétendue utilisation par le président russe de mots injurieux, notamment à l'égard des électeurs français, ou encore ses commentaires sur "Bernard Arnault et Bolloré" peuvent déjà mettre en doute leur authenticité.

La vidéo à laquelle ont été ajoutés des sous-titres français comporte plusieurs extraits, mis bout-à-bout parfois en coupant des phrases, d'un échange au sujet de Volodymyr Zelensky, ancien comédien élu à la présidence de l'Ukraine fin avril 2019, et des intérêts économiques de l'Ukraine.

Ainsi, en lieu et place de sa première question sur l'avis du président russe au sujet des élections françaises, la journaliste Sophie Shevardnadze a en fait demandé au président russe : "Pourquoi n'avez-vous pas félicité Volodymyr Zelensky pour son accession à la présidence ?", selon la vidéo doublée en anglais.

La retranscription exacte des propos tenus lors de la séance plénière du forum de Saint-Pétersbourg est par ailleurs consultable, en russe et en anglais, sur le site du Kremlin.

On peut ainsi retrouver les mots prononcés par Sophie Shevardnadze juste avant cette question : "Il n'y a pas de conflits sérieux entre l'Union européenne et l'Union économique eurasiatique - dont est membre la Russie, ndlr - (...) cependant, l'Ukraine est un exemple parlant de la façon dont un pays peut être tiraillée entre ces deux pôles d'attraction. Dans ce contexte, je me demande pourquoi vous n'avez pas félicité Volodymyr Zelensky pour son accession à la présidence ?", a-t-elle ainsi demandé au président russe.

Capture d'écran d'un extrait de la retranscription des propos de Vladimir Poutine en anglais, prise le 07/03/2022

Ce à quoi Vladimir Poutine a répondu : "Eh bien, il s'est accroché à la même rhétorique jusqu'à présent, en nous qualifiant d'ennemis et d'agresseurs. Il doit donc d'une certaine manière se décider au sujet de ce qu'il veut accomplir et ce qu'il veut faire. Nous ne renonçons pas à tout contact avec lui. Nous travaillerons avec lui".

Une partie de l'échange, dont une relance de la journaliste, a ensuite été coupée dans la vidéo sous-titrée en français. Les mots suivants de Vladimir Poutine, toujours au sujet de Volodymyr Zelensky, sont : "Écoutez, je ne connais pas cet homme. J'espère que nous nous rencontrerons un jour. Apparemment, il est doué, dans le domaine dans lequel il a travaillé jusqu'ici".

Puis, la vidéo sous-titrée en français omet un autre passage, dans lequel Vladimir Poutine indiquait qu'"être acteur nécessite du talent". La vidéo reprend tout de suite après, lorsque le président russe affirme : "Beaucoup de talents. Le prince et le mendiant - toutes les dix minutes, vous changez de rôle et devez être convaincant dans chacun. C'est vraiment un talent. Pour gérer les affaires d'un Etat, d'autres qualités sont nécessaires. Il faut de l'expérience, des connaissances, être capable d'identifier les principaux problèmes et trouver les moyens de les résoudre, être capable de former une équipe composée de personnes compétentes, avoir de bonnes relations avec elles, croire en elles, et leur offrir la possibilité de penser par elles-mêmes et de proposer des solutions, choisir ces solutions - ce qui est très important - et être capable d'expliquer à des millions de personnes les raisons de ces décisions, et plus important que tout, avoir le courage et la force de caractère pour assumer la responsabilité des conséquences de ces décisions. Je ne dis pas que M. Zelensky n'a pas ces qualités, il est très probable qu'il les possède. Il manque certainement d'expérience, mais l'expérience, comme on dit, peut s'acquérir, elle peut arriver rapidement".

Un homme passe devant un écran géant diffusant des nouvelles du conflit entre la Russie et l'Ukraine, à la Bourse de Bombay à Mumbai, le 24 février 2022. ( AFP / Indranil MUKHERJEE)

Ces propos sur Volodymyr Zelensky tenus par Vladimir Poutine avaient alors été relayés par plusieurs médias, aussi bien en russe (1, 2, 3) qu'en français.

Il n'est cependant jamais fait mention de l'élection présidentielle française lors de l'échange et les plans de coupe, incluant la réaction du président chinois ou les rires de l'audience, sont ajoutés à des moments différents. Par ailleurs, des bruits d'applaudissements, qui ne figurent pas dans la vidéo originale du forum de Saint-Pétersbourg, ont été ajoutés à certains moments de la vidéo sous-titrée en français.

Un coup d'oeil aux publications antérieures partagées sur le compte qui a relayé la vidéo le 1er mars permet d'appuyer sa visée parodique. Une autre vidéo partagée en décembre 2021 prétendait par exemple indiquer que les élections présidentielles françaises de 2022 auraient été "annulées" au motif que les "sondages sont tellement fiables que le résultat de l'élection est déjà connu".

L'invasion russe de l'Ukraine en février 2022

Le 24 février à l'aube, Vladimir Poutine a lancé une offensive militaire en Ukraine, qu'il justifie, entres autres, en affirmant que d'un point de vue historique, le peuple ukrainien et le peuple russe ne font qu'un.

Dans la suite de ses réponses lors du forum économique de Saint-Pétersbourg en 2019, Vladimir Poutine lançait ainsi : "historiquement, nous sommes un seul peuple – et je crois que les Biélorusses, les Russes et les Ukrainiens sont un seul peuple, je l'ai dit à de nombreuses reprises par le passé, et c'est mon opinion, j'en suis convaincu".

En douze jours, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a conduit au pilonnage de plusieurs villes ukrainiennes, faisant de nombreux morts et provoquant l'exode de plus de 1,7 million d'Ukrainiens, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Carte d'Europe des flux de réfugiés ukrainiens vers les autres pays européens, au 7 mars à 12h GMT, selon l'UNHCR ( AFP / Sabrina BLANCHARD, Cléa PÉCULIER, Gal ROMA, Sylvie HUSSON)

Un troisième round de pourparlers entre la Russie et l'Ukraine, qui devraient porter notamment sur les couloirs humanitaires, a débuté dans l'après-midi du 7 mars au Bélarus, pays allié de Moscou, alors que les deux précédents rounds de négociations entre les deux pays n'ont pas donné de résultats.

Le 7 mars, Moscou a annoncé l'instauration de cessez-le-feu locaux et l'ouverture de couloirs humanitaires pour permettre l'évacuation de civils de plusieurs villes d'Ukraine dont la capitale Kiev.

Mais la moitié de ces couloirs rejoignent la Russie ou le Bélarus, pays depuis lequel l'armée russe est aussi entrée en Ukraine le 24 février, et ont aussitôt été rejetés par le gouvernement ukrainien.

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, de nombreuses informations fausses ou manquant de contexte ont déjà fait l'objet d'articles de vérification de l'AFP (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7...).

Elections 2022 Conflit russo-ukrainien