Non, il n'y a pas eu davantage de morts en France en 2019 qu'en 2020, selon l'Insee

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plusieurs milliers de fois sur Facebook et Twitter depuis le 29 décembre s'interrogent sur la réalité de la pandémie de Covid-19 en affirmant qu'il y a eu plus de morts en 2019 qu'en 2020, selon l'Insee. Mais les chiffres avancés sont faux. Au 7 décembre 2020, il y avait déjà eu davantage de morts que sur toute l'année 2019, selon l'Insee.

"Elle est où la pandémie ?", s'interroge un utilisateur de Twitter en diffusant des chiffres attribués à l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

(capture d'écran réalisée sur Twitter le 30 décembre 2020)
(capture d'écran réalisée sur Twitter le 30 décembre 2020)

 

Des publications que l'on retrouve à l'identique, partagées plus d'un millier de fois sur Facebook

Pourtant, les chiffres avancés par cet internaute sont faux.

D'abord, le nombre décès en 2019 est de 613.395, selon la page de l'Insee consacrée aux chiffres détaillés des décès quotidiens en France, et non 619.286, comme écrit dans la publication.

De plus, les données sur les décès de 2020 ne couvrent pour le moment que la période allant du 1er janvier au 7 décembre à ce stade, la dernière mise à jour ayant eu lieu le 28 décembre 2020.

Et comme l'a noté l'Insee dans un tweet du 21 décembre, le nombre de décès sur cette période est de 617.197. 

Un nombre déjà supérieur au total des morts de 2019, malgré une vingtaine de jours comptabilisés en moins.

Si l'on compare sur une période équivalente -du 1er janvier au 7 décembre-, le total des morts en 2019 "était de 570.494", a précisé l'Insee, soit 46.703 morts de moins.

"Ces données sont provisoires et seront révisées à la hausse dans les prochaines semaines", a expliqué l'institut.

Enfin, pour analyser les effets de l'épidémie de Covid-19 sur la mortalité, il n'est pas judicieux de comparer sur douze mois. 

En France, le stade 3 de l'épidémie de Covid-19, c'est-à-dire le moment où l'épidémie a démarre, a été déclaré le 14 mars en France. Le pays recensait alors 91 morts du nouveau coronavirus, contre 9 morts comptabilisés une semaine auparavant. 

"Au total, entre le 1ᵉʳ mars et le 14 décembre 2020, d’après les décès enregistrés à la date du 25 décembre, 523 536 décès ont eu lieu en France en 2020, soit 12 % de plus qu’en 2019 et 2018 (+ 57 000 décès par rapport à 2019 et + 55 000 par rapport à 2018)", a ainsi relevé l'Insee.

Rappelons toutefois qu'il s'agit là de décès toutes causes. La différence entre les années ne peut donc pas être imputée automatiquement au Covid-19.

Comme l'avait expliqué Daniel Lévy-Bruhl, épidémiologiste à Santé Publique France, dans un article de mai 2020, utiliser la mortalité toutes causes confondues publiée par l'Insee, pour analyser la gravité de l'épidémie est insuffisant à ce stade car ces données restent provisoires et n'indiquent pas la cause des décès. 

"Le bilan final de l'épidémie est loin d'être fait", avait-il alors estimé. C'est toujours le cas.

Depuis le début de la pandémie, de nombreuses publications erronées ont détourné, mal interprété ou truqué les chiffres de l'Insee pour minimiser les conséquences du Covid-19 sur la mortalité en France. Elles ont fait l'objet de plusieurs articles de vérification (1,2,3,4).

EDIT 4/1/2020 à 11h15 : ajoute graphique sur la surmortalité en France
CORONAVIRUS