Frappes iraniennes en Irak : attention aux images détournées

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Des images très virales, diffusées sur les réseaux sociaux mais aussi par certains médias dans la nuit du 7 au 8 janvier 2020, prétendent montrer les tirs nocturnes de missiles iraniens sur des bases abritant des soldats américains en Irak. Mais elles datent au moins de 2018. 

- Trois vidéos de lancements de missiles -

La vidéo a été partagée plusieurs dizaines de milliers de fois, et vue plus de 2,5 millions de fois selon le compteur de Twitter. Elle montre notamment trois lancements d'un ou plusieurs missiles de nuit. 

"Premières images des missiles lancées par l'Iran sur les bases américaines", "L'Iran met sa menace à exécution contre les Américains",  "L'Iran a lancé dans la nuit de mardi à mercredi 8 janvier la riposte contre les Etats-Unis", affirment les différents auteurs des publications.

Capture d'écran Facebook prise le 8 janvier 2020

Les mêmes séquences ont également été diffusées à plusieurs reprises le 8 janvier par la chaîne américaine CNN, à la fois à l'antenne et sur son site internet (CNN a depuis supprimé la vidéo de son site). 

"CNN a bien diffusé ces images mais a prévenu ses téléspectateurs qu'elle ne pouvait pas les vérifier de manière indépendanteDès que nous avons pu vérifier que ces vidéos n'étaient pas authentiques (ne dataient pas de 2020, NDLR), nous les avons retirées de tous nos canaux et plates-formes", a déclaré une porte-parole de CNN, contactée par l'AFP le 8 janvier 2020.  

Capture d'écran de la chaîne américaine CNN, prise le 8 janvier 2020

Mais ces trois tirs ne peuvent pas êtres ceux que l'Iran a effectué dans la nuit du 7 au 8, puisque l'on retrouve exactement les mêmes séquences dans une vidéo diffusée sur le compte Youtube Al-Jazeera English, le 1er octobre 2018 (à 6 secondes, 28 secondes et 36 secondes dans la vidéo). 

Selon la légende, elle montrait des frappes iraniennes lancées vers l'est de la Syrie en représailles à l'attentat ayant endeuillé le 22 septembre 2018 la ville iranienne d'Ahvaz. 

Pour la première séquence, on peut voir qu'exactement trois missiles sont tirés dans les deux vidéos, avec le même intervalle de temps entre chacun d'entre eux, et que la traînée de fumée derrière le premier tir se divise en deux. Il s'agit bien de la même vidéo. 

Capture d'écran de la vidéo circulant en 2020 / Capture d'écran de la vidéo diffusée par Al-Jazeera English en 2018
Capture d'écran de la vidéo circulant en 2020 / Capture d'écran de la vidéo diffusée par Al-Jazeera English en 2018

S'agissant du deuxième tir, au-delà des éléments qui concordent (les arbres, la crête sur la droite de l'image), c'est le mouvement de la caméra qui nous permet de comparer les deux vidéos. La personne filmant ce tir, fait d'abord un mouvement prononcé vers sa gauche, avant de remonter pour suivre le missile. Il s'agit de la même vidéo. (pour comparer les deux mouvements, allez à la 6e seconde de la première vidéo, puis cliquez sur la vidéo Youtube). 

 

Enfin, en ce qui concerne le troisième lancement, on peut observer à l'instar du premier que les deux vidéos montrent trois missiles tirés avec exactement le même intervalle entre chacun d'entre eux. 

Voici une comparaison entre les images de la vidéo diffusée la nuit dernière et celles diffusées en 2018 par Al-Jazeera. 

Capture d'écran de la vidéo circulant en 2020 / Capture d'écran de la vidéo diffusée par Al-Jazeera English en 2018

L'Iran a revendiqué ces tirs de missiles en représailles à la frappe américaine qui a tué le puissant général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient.

Au total, 22 missiles sol-sol se sont abattus sur les bases de Aïn al-Assad (ouest) et Erbil (nord), où sont stationnés certains des 5.200 soldats américains déployés en Irak.

- Une frappe sur la Syrie, une autre à Gaza -

Parmi les autres images qui circulent depuis la nuit du 7 au 8 janvier, deux photos montrant des lancements de missiles et une large explosion. 

"L'Iran répond. Base américaine en Irak", écrit dans la nuit du 7 au 8 janvier un utilisateur de Facebook dans une publication commentée près de 100 fois en moins en 24 heures.

Deux clichés accompagnent la publication : le premier montre deux missiles s'élevant dans le ciel, le second une importante explosion derrière de nombreux bâtiments.

Mais ces images n'ont rien à voir avec les frappes iraniennes récentes.

Celle du haut a été fournie par les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime iranien, à de nombreux médias, dont l'AFP, le 1er octobre 2018.

Elle est disponible dans notre banque d'images et la légende qui l'accompagne explique qu'elle montre un tir nocturne qui visait des positions jihadistes en Syrie.

L'AFP avait évoqué ce tir de missile dans une dépêche, reprise par de nombreux médias, qui utilisaient également la photo.

Celle du bas a été prise par un photographe de l'AFP dans les territoires palestiniens le 15 novembre 2019. Elle est disponible dans notre banque d'images et montre une frappe aérienne israélienne sur des positions du jihad islamique dans la bande de Gaza.

L'AFP avait fait état dans une dépêche de cette offensive qui venait fragiliser un accord de cessez-le-feu entré en vigueur la veille entre des factions palestiniennes et Israël.

Edit du 8 janvier : ajoute nouvelles images vérifiées
Sami Acef
François D'Astier