Des soldats ukrainiens patrouillent dans une rue de Boutcha, au nord-ouest de Kiev, le 2 avril 2022. ( AFP / RONALDO SCHEMIDT)

Ukraine : non, cette photo de voitures renversées n'est pas la preuve d'une mise en scène à Boutcha

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plusieurs centaines de fois sur Facebook en avril présentent une photo prise à Boutcha, en Ukraine, comme étant la preuve d'une mise en scène censée faire croire à une explosion. La photo montre des véhicules renversés et endommagés mais, comme le soulignent les internautes, les fenêtres des immeubles autour sont intactes. En réalité, cette observation ne prouve pas que la scène a été montée de toutes pièces. Des habitants, des reportages et d'autres images témoignent de la violence qui a secoué cet endroit précis. Si la cause spécifique des dommages subis par les voitures n'a pas pu être vérifiée de manière indépendante par l'AFP, les informations que nous avons recueillies suggèrent qu'il ne s'agit pas d'un bombardement mais plutôt de collisions avec d'autres véhicules alors que le lotissement était occupé par des soldats et des chars russes.

"Je voudrais passer une commande pour ces fenêtres super résistantes de haute qualité en provenance d'Ukraine, qui sont restées intactes et non marquées après l'explosion d'une bombe russe qui a renversé toutes ces voitures" affirme, ironiquement, cette publication, datée du 3 mai 2022, qui ajoute: "Et je veux aussi acheter le même enduit que sur la maison, qui est restée intacte et propre après l'explosion".

Cette photo, accompagnée de légendes similaires sous-entendant que ces voitures renversées devant un immeuble intact démontreraient une mise en scène, a également circulé sur Facebook en grec, en espagnol et a été vérifiée par l'AFP en Pologne.

Capture d'écran réalisée sur Facebook le 9 mai 2022

Ces publications sont apparues après le retrait des troupes russes de Boutcha, près de Kiev, après environ un mois d'occupation. Début avril, la découverte de cadavres dans cette ville ukrainienne a provoqué l'indignation de la communauté internationale. La ville est devenue le symbole des atrocités dont sont accusées les forces russes qui occupaient la zone en mars.

Une équipe de l'AFP arrivée sur place le 2 avril a découvert au moins 20 cadavres habillés en civil dans une seule rue, la rue Iablounska.

En tout, plus de 900 corps ont été découverts dans la zone de Boutcha selon les autorités ukrainiennes, qui accusent la Russie d'avoir commis des crimes de guerre contre des civils. Les Nations unies ont documenté le "meurtre, y compris par exécution sommaire" d'une cinquantaine d'entre eux dans la ville. La Russie a nié toute responsabilité et a accusé l'Ukraine d'avoir mis en scène les corps après le retrait de ses troupes, une affirmation démontée grâce à des images satellite qui montrent que certains corps étaient depuis des semaines dans la rue Iablounska.

La photo de ces voitures renversées est censée être un autre exemple de "mise en scène", cette fois d'un bombardement. Cependant, une analyse de reportages, d'images et de témoignages n'a mis en évidence aucune preuve d'un bombardement sur cet endroit précis de Boutcha. Selon les éléments rassemblés par l'AFP, ce quartier avait été réquisitionné par des soldats russes et leurs chars. En outre, des images de drone semblent montrer que les voitures endommagées étaient déjà là durant l'occupation russe, et n'ont pas été placées là après le retrait des troupes.

L'AFP a vérifié d'autres images censées prouver que les violences à Boutcha ont été mises en scène, comme ici ou ici.

Cette photo montre un bâtiment investi par des soldats russes

Une recherche inversée d'image grâce à l'outil Google Lens - voir ici comment faire - renvoie à plusieurs articles (1,2) indiquant que cette photo a été prise le 4 avril 2022 par Rodrigo Abd, photographe pour l'agence de presse américaine Associated Press (AP). On retrouve en effet la photo sur le site de AP, accompagnée de cette description: "Un soldat ukrainien et des enfants passent devant des voitures détruites par la guerre contre la Russie, à Boutcha, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, lundi 4 avril 2022. Les autorités locales ont déclaré à Associated Press qu'au moins 16 enfants figuraient parmi les centaines de personnes tuées à Bucha".

Capture d'écran réalisée le 10/05/2022 sur le site de l'agence de presse américaine Associated Press

Rodrigo Abd a expliqué à l'AFP le 14 avril 2022 avoir discuté avec des habitants du quartier, qui lui ont rapporté que des soldats russes avaient réquisitionné l'immeuble que l'on voit derrière les voitures.

"Ce bâtiment était l'un des quartiers généraux de l'armée russe à Boutcha", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il y avait des preuves de destructions importantes dans le quartier, y compris les marques d'un char dans la boue près des voitures renversées.

En plus de la photo, AP a également publié une vidéo prise au même endroit.

En cherchant des bâtiments avec la même forme en "L" sur Google Earth et Google Street View, l'AFP a géolocalisé l'immeuble sur une place bordée par les rues Tsentralna, Sadova, Vodoprovidna et Iablounska.

Des images du même endroit à des dates différentes, montrant des voitures renversées et des débris devant l'immeuble, ont également été publiées par Reuters et Getty Images.

L'AFP a également retrouvé sur un groupe Facebook regroupant des habitants de Boutcha une publication montrant plusieurs photos et vidéos prises devant l'immeuble. On y voit, entre autres, des voitures avec de profondes rayures sur le côté, d'autres avec des impacts.

Sur ce même groupe Facebook, dans lequel l'AFP a fait un appel à témoignages, un internaute a publié le 24 avril 2022 la photo que nous vérifions (depuis supprimée), demandant de l'aide pour identifier sa localisation.

Dans l'un des commentaires, un internaute répondait: "Ces voitures ont été renversées par des équipements lourds, pas par des bombes". Il notait notamment la présence d'une "grosse rayure sur le côté de la voiture orange, on peut voir qu'elle a été renversée par un véhicule blindé de transport de troupes ou quelque chose de similaire".

Les internautes ont également confirmé l'adresse exacte où ont été prises ces photos: 33 rue Centrale, à côte du jardin d'enfants n°6 "Iablounka", à Boutcha. Ce lotissement n'est qu'à une dizaine de minutes à pied de la tristement célèbre rue Iablounska, où les journalistes de l'AFP ont trouvé une vingtaine de cadavres.

Dans l'album partagé dans le groupe Facebook des habitants de Boutcha et cité plus haut, une camionnette blanche, également endommagée, apparaît dans la deuxième vidéo.

Une autre publication, supprimée depuis, montre cette camionnette garée à proximité de la voiture orange renversée qui apparaît dans la photo que nous vérifions, comme le montre la capture d'écran ci-dessous.

Capture d'écran réalisée le 04/05/2022 sur Facebook
Capture d'écran réalisée le 04/05/2022 sur Facebook

L'AFP a appelé le numéro apparaissant sur cette camionnette blanche et a joint le 26 avril Pavel Stanislavovich Dirinko, directeur de l'entreprise à laquelle ce van appartient.

"Il s'agit de notre véhicule, l'un de ceux qui ont été volés sur notre base à Boutcha", a-t-il déclaré. Il s'est rendu sur les lieux où se trouve la camionnette et a déclaré à l'AFP: "La voiture est endommagée de tous les côtés. On dirait qu'un gros véhicule - un char ou un véhicule blindé de transport de troupes - l'a percutée. Il devait s'agir d'un véhicule avec des roues larges ou des chaînes. Il y a des traces profondes dans le sol. Il y a des trous dans l'asphalte. Il y a des éraflures de couleur vert foncé sur la carrosserie blanche".

Pavel Stanislavovich Dirinko a envoyé à l'AFP des photos des dommages visibles sur la camionnette.

Photos des dommages sur la camionnette et la chaussée, prises à Boutcha par Pavel Stanislavovich Dirinko et envoyées à l'AFP le 26 avril 2022

Nous avons montré une photo de l'asphalte à des experts militaires. Le lieutenant-colonel Marcel Podhorodecki, porte-parole adjoint du commandant général des forces armées polonaises, a déclaré: "Ce sont sans aucun doute des traces laissées par des chenilles, soit d'un char ou soit d'un véhicule blindé".

Pas de preuves d'une explosion à cet endroit

Afin de trouver plus de témoins, l'AFP a recherché l'adresse de l'immeuble - 33 Central street - sur Google et a trouvé le nom d'un laboratoire médical. Sa directrice, Olena Trusz, a expliqué à l'AFP le 28 avril que son appartement, au 4ème étage de l'immeuble,"était occupé par des soldats russes" durant un mois, ainsi que d'autres appartements. Elle a déclaré avoir quitté Boutcha le 26 février et n'avoir pu y retourner qu'après le retrait des troupes russes.

"La plupart des appartements sont maintenant complètement détruits. J'ai de la chance que le mien ne soit pas tant détruit que ça. Des soldats ont dormi là, bu tout l'alcool et utilisé mes installations", a-t-elle déclaré.

Interrogée sur de potentiels signes d'explosion de bombes dans le quartier, évoquées par les publications sur les réseaux sociaux, elle a répondu : "Il n'y a pas de traces d'explosion autour du bâtiment. Je n'en ai pas vues lorsque je m'y suis rendue".

Son témoignage correspond au reportage de Reuters sur ce même ensemble immobilier, publié le 7 avril et qui montre entre autres des véhicules militaires russes stationnés à l'extérieur du bâtiment. Le reportage, qui cite au moins une douzaine de résidents comme sources, décrit des meurtres et actes d'intimidation présumés commis par des soldats russes qui occupaient plusieurs appartements de l'immeuble. Il ne mentionne aucun bombardement.

Un résident cité dans l'article de Reuters, Oleksii Tarasevich, a parlé au site grec de fact-checking Ellinika Hoaxes, dans un article publié le 20 avril, des voitures apparaissant sur la photo que nous vérifions.

"Les voitures dans la cour de notre maison ont été renversées par des soldats russes", a-t-il déclaré, "Ils l'ont fait pour cacher leur équipement militaire. Lors de la construction de ces "abris", les soldats russes ont maintenu leur matériel à proximité des bâtiments et l'ont recouvert de voitures des deux côtés. Ils ont également recouvert le matériel avec des tapis et des couvertures qu'ils ont pris après s'être introduits dans les appartements de la maison sur la photo, afin d'éviter qu'il ne soit vu par des images satellites ou des drones."

Les voitures endommagées semblent également être visibles sur des images de drone prises par des combattants pro-Ukraine à Boutcha le 29 mars 2022, alors que la ville était toujours sous occupation russe. La résolution des images est trop faible pour que l'AFP puisse en tirer des conclusions définitives, mais elles semblent en effet montrer les mêmes voitures renversées que celles apparaissant dans les publications que nous vérifions, ce qui contredit le discours selon lequel elles auraient été placées là après le retrait russe.

Ces images ont été vérifiées par le média indépendant russophone Meduza.

Capture d'écran des images de drone prises le 29 mars 2022. L'emplacement supposé des voitures endommagées est entouré d'un cercle orange
Comparaison d'un gros plan de la séquence de drone du 29 mars 2022 (à gauche) et de l'image circulant sur Facebook (à droite).

A l'occasion de la célébration de la victoire de 1945 sur l'Allemagne nazie, Vladimir Poutine a réaffirmé le 9 mai sa volonté de poursuivre son offensive en Ukraine, affirmant défendre "la patrie" contre la "menace inacceptable" que représente selon lui son voisin soutenu par l'Occident.

Ces dernières semaines, plusieurs dirigeants et responsables étrangers se sont rendus à Boutcha, comme le chancelier autrichien Karl Nehammer, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et plus récemment la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock.

11 mai 2022 Ajout citation sur les traces de chenilles de chars
Traduction et adaptation :
Conflit ukrainien-russe