Un homme marchant à Boutcha le 2 avril 2022 ( AFP / RONALDO SCHEMIDT)

Ukraine : Non, la découverte de cadavres à Boutcha n'est pas une "mise en scène" avec des "figurants"

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

La découverte samedi 2 avril de nombreux cadavres à Boutcha, une petite ville au nord-ouest de Kiev, a entraîné un tollé international. L'Ukraine a accusé l'armée russe, récemment retirée, d'être à l'origine d'un massacre de civils, ce que Moscou dément. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses publications affirment, images à l'appui, qu'il s'agit d'une "mise en scène" des forces ukrainiennes. Mais des journalistes AFP sur place confirment la présence de nombreux cadavres dans les rues de la ville, et les images utilisées ne prouvent pas qu'il s'agit de "figurants" qui bougent.

Sur son compte Telegram, suivi par près de 200.000 abonnés, le ministère russe de la Défense a partagé le 3 avril une vidéo d'une vingtaine de secondes, accompagnée de l'analyse suivante : "Ce qui est faux : Les militaires russes ont quitté Boutcha, en laissant de nombreux morts parmi les civils. La réalité : la vidéo avec les corps laisse perplexe : un des 'corps' à droite bouge sa main".

Ces accusations de manipulation ont rapidement essaimé sur les réseaux sociaux dans une multitude de langues, certains évoquant de "soi-disant 'crimes de guerre". "Après le passage de la voiture devant les corps étendus sur le sol nous voyons dans le rétroviseur un figurant qui se relève", écrit le 3 avril un internaute français sur Twitter en partageant la même vidéo.

Capture d'écran Twitter, prise le 4 avril 2022

D'où vient la vidéo ?

Filmées depuis un véhicule dans un convoi de militaires ukrainiens, les images montrent de nombreux corps, au sol, le long d'une route au milieu des maisons et des trous d'obus.

On peut trouver la vidéo publié le 2 avril sur la chaîne Youtube de la télévision Ukrainienne Espreso.TV. La journaliste présente ces images comme une preuve des "atrocités commises par les occupants russes à Boutcha".

Il est également possible d'en trouver une version plus longue, cette fois avec du son et une meilleure qualité d'image, publiée le même jour sur le compte Twitter du ministère ukrainien de la Défense. Il affirme que les images montrent des "civils exécutés de manière arbitraire".

Des corps qui bougent ?

Dans les publications trompeuses, la vidéo est ralentie et de mauvaise qualité. Mais, comme l'ont repéré de nombreux internautes (1,2,3), en regardant attentivement la séquence en meilleure qualité, ces corps ne bougent pas.

Le premier homme à droite de la vidéo ne lève pas sa main, il s'agit en réalité d'une goutte sur le pare-brise du véhicule qui filme la scène :

Le 2 avril, une première équipe de l'AFP est arrivée dans cette rue de Boutcha à environ 15h30 locales. "Dès notre arrivée, nous avons pu voir que la rue était jonchée de cadavres", a expliqué Danny Kemp, reporter.

Nous avons comparé la séquence virale avec les images prises par l'AFP sur place. Plusieurs éléments visuels permettent de s'assurer qu'il s'agit de la même scène. Nous avons entouré dans les images ci-dessous en rouge le corps de la victime et en vert les éléments qui correspondent : le véhicule endommagé, le poteau en arrière plan et le trottoir :

AVERTISSEMENT SUR CONTENU

Capture d'écran réalisée sur Twitter le 4 avril 2022


Danny Kemp nous a transmis deux clichés qu'il a pris lui-même le 2 avril, le jour de la découverte des corps :

AVERTISSEMENT SUR CONTENU

Photo prise le 2 avril à Boutcha ( Danny Kemp / AFP)
Photo prise le 2 avril à Boutcha ( Danny Kemp / AFP)

 

 


Et deux autres photos de l'AFP, prises un jour plus tard lors de la venue sur place d'une seconde équipe, montrent des employés municipaux de Boutcha qui s'apprêtent à placer ce même corps dans une housse mortuaire.

AVERTISSEMENT SUR CONTENU

Des agents communaux s'apprêtent à transporter le corps d'un homme à Boutcha le 3 avril 2022 ( AFP / SERGEI SUPINSKY)
Des agents communaux s'apprêtent à transporter le corps d'un homme à Boutcha le 3 avril 2022 ( AFP / SERGEI SUPINSKY)

 

 


Concernant le "figurant qui se relève" évoqué dans certaines publications, il apparaît à deux reprises, sur le sol et deux secondes plus tard dans le rétroviseur du véhicule dans la vidéo du 2 avril :

AVERTISSEMENT SUR CONTENU

Capture d'écran réalisée sur Twitter le 4 avril 2022
Capture d'écran réalisée sur Twitter le 4 avril 2022

 

 


Mais lui aussi a été photographié le 3 avril par l'AFP, soit 24 heures plus tard, dans la même position et au même endroit :

AVERTISSEMENT SUR CONTENU

Le cadavre d'un homme à Boutcha le 3 avril 2022 ( AFP / SERGEI SUPINSKY)


Le 2 avril, "nous avons parcouru toute la rue deux fois. Nous avons compté les corps (...). A aucun moment nous n'avons vu l'un d'eux bouger", a précisé Danny Kemp. "Ils avaient une peau cireuse et jaunâtre et des doigts raides, certains ayant des ongles décolorés (...) Ils étaient clairement morts depuis plusieurs jours, sinon plus", a-t-il détaillé.

Images satellites

Lundi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a rejeté "catégoriquement" toutes ces accusations, assurant que les experts du ministère de la Défense russe avaient découvert des signes de "falsifications" dans les images présentées par les autorités ukrainiennes comme preuves d'un massacre russe.

Mais des images satellite publiées le même jour par la société américaine Maxar Technologies et l’analyse des photos prises par l’AFP sur place mettent à mal ces affirmations.

Ces "images haute résolution (...) corroborent de récentes vidéos et photos sur les réseaux sociaux révélant la présence de corps étendus dans les rues (de Boutcha) et abandonnés depuis plusieurs semaines", a indiqué Maxar Technologies dans un communiqué.

Dans une analyse de gros plans de la rue Iablonska fournis par Maxar, le New York Times a écrit lundi, après les avoir comparés avec des images vidéo des corps jonchant cette rue tournées les 1er et 2 avril, que nombre d'entre eux étaient là depuis trois semaines au moins, lorsque les forces russes contrôlaient la ville.

Corroborant l’analyse du New York Times, l’AFP a également pu recouper ces images satellites avec les photos prises sur place le 2 avril par son équipe.

Comparaison de deux images prises les 19 mars et 2 avril montrant des corps de personnes en vêtements civils dans une rue de Boutcha ( SIMON MALFATTO, VALENTINA BRESCHI / AFP)

De nombreux corps présents sur une image satellite, fournie par Maxar et datée du 19 mars, apparaissent dans la même position au sol et au même endroit que dans les photos de l’AFP, prises deux semaines plus tard.

Ce que l'on sait des morts de Boutcha

Boutcha, petite ville au nord-ouest de Kiev, a été occupée par l'armée russe dès le 27 février, restant inaccessible pendant plus d'un mois. Les bombardements y ont cessé jeudi 31 mars et les forces ukrainiennes n'ont pu complètement y pénétrer qu'il y a quelques jours. L'Ukraine accusé les Russes d'être responsables de ces morts.

Moscou, qui dément toute exaction de son fait, a annoncé qu'elle allait enquêter sur cette "provocation haineuse" qui vise selon elle à "discréditer" les forces russes en Ukraine.

L'AFP a vu le 2 avril dans la rue les cadavres d'au moins 22 personnes portant des vêtements civils. Un cadavre avait les mains liées dans le dos et la plupart des corps étaient éparpillés sur plusieurs centaines de mètres. On ne pouvait pas dans l'immédiat déterminer la cause de la mort de ces personnes, mais au moins deux d'entre elles présentaient de larges blessures à la tête.

Localisation de Boutcha, au nord-ouest de Kiev, où l'armée russe est accusée par l'Ukraine d'avoir tué de nombreux civils ( SABRINA BLANCHARD, SYLVIE HUSSON / AFP)

Selon le maire de Boutcha, Anatoli Fedorouk, ces personnes ont été tuées par les soldats russes d'"une balle dans la nuque". Les cadavres de 57 personnes ont également été retrouvés dans une fosse commune, a déclaré dimanche 3 avril le chef des secours locaux, Serhiï Kaplytchny, en montrant à une équipe de l'AFP ce site.

Une fosse commune à Boutcha le 3 avril 2022 ( AFP / SERGEI SUPINSKY)

Une dizaine de cadavres étaient visibles, certains seulement partiellement inhumés, derrière une église du centre de la ville. Plusieurs d'entre eux étaient dans des sacs mortuaires noirs et ceux que l'on pouvait voir portaient des vêtements civils.

Le 2 avril, M. Fedorouk avait affirmé que "280 personnes" avaient été enterrées "dans des fosses communes" car elles ne pouvaient être inhumées dans les cimetières de Boutcha. Le nombre exact des victimes n'est pas encore connu, a déclaré à l'AFP le maire de Kiev, Vitali Klitschko, qui s'est rendu dimanche 3 avril à Boutcha : "Nous pensons que plus de 300 civils sont morts".

Tollé international

Plusieurs capitales occidentales et l'ONU ont exprimé leur indignation après la découverte des corps. La Haute-commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, s'est dite "horrifiée" par ces informations qui "soulèvent des questions graves et inquiétantes sur de possibles crimes de guerre" et "violations graves des droits de l'homme"

Après la diffusion de ces images, l'Union européenne discutait le 4 avril en "urgence" de nouvelles sanctions contre Moscou, réclamées notamment par la France et l'Allemagne, a indiqué le haut représentant de l'UE Josep Borrell. Dans la foulée, le Premier ministre de la Pologne, voisine occidentale de l'Ukraine, a repris le terme de "génocide" et réclamé la création d'une commission d'enquête internationale sur ce sujet.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Boutcha le 4 avril 2022 ( AFP / RONALDO SCHEMIDT)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu quant à lui lundi à Boutcha, ville proche de Kiev et a qualifié ces actions de "crimes de guerre" qui seront "reconnus comme un génocide".

5 avril 2022 AJOUTE analyses images satellites NYT et AFP
Conflit russo-ukrainien