Non, cette vidéo d'un faux cadavre n'est pas une mise en scène de l'armée ukrainienne à Boutcha

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Une vidéo montrant deux hommes manipuler un mannequin au visage particulièrement réaliste est partagée des milliers de fois sur Facebook et sur Twitter. Elle montrerait des soldats ukrainiens "en train de préparer un cadavre à Boutcha", la ville où ont été découverts des dizaines de cadavres début avril, après le départ des forces russes. Si la Russie a constamment nié toute responsabilité dans ce massacre et dénoncé une "mise en scène" de l'Ukraine, cette vidéo n'a pas été prise à Boutcha. Elle a été filmée lors du tournage d'une série russe à Vsevolojsk, près de Saint-Pétersbourg, le 20 mars 2022, comme le confirment plusieurs témoins à l'AFP, dont l'auteur de la vidéo, ainsi que les métadonnées du fichier original.

Accroupis sur un trottoir, deux hommes, l'un vêtu d'une blouse kaki, l'autre d'une veste de treillis, s'affairent autour d'un mannequin au visage particulièrement réaliste. Tandis qu'un membre du duo maintient partiellement debout ce pantin au corps entièrement recouvert de scotch, l'autre lui enroule le bras avec quelques morceaux d'adhésif complémentaires.

A en croire la légende de cette courte vidéo partagée des centaines de fois sur Twitter et des milliers de fois sur Facebook, ces images montreraient "les forces armées ukrainiennes [...] surprises en train de préparer un cadavre à Boutcha", la ville d'Ukraine où ont été découverts des dizaines de cadavres en habits de civils le 2 avril, après le départ des forces russes.

Capture d'écran réalisée sur Twitter le 12 avril 2022.

Cette accusation d'une prétendue mise en scène de faux morts à Boutcha n'est pas nouvelle : le 3 avril, tout en niant être à l'origine de ce massacre, le ministère russe de la Défense affirmait que les images de cadavres prises dans cette localité située à 30 km de Kiev étaient "une nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux".

Dans la foulée, sur la foi de certaines images, des internautes avaient soutenu que les corps visibles dans les rues de la ville étaient des "figurants" recrutés dans le cadre d'une "mise en scène" - une affirmation sans fondement, plusieurs journalistes de l'AFP y ayant constaté la présence de cadavres, comme nous l'expliquions dans un article le 4 avril.

La vidéo du mannequin recouvert de scotch n'a aucun lien avec Boutcha et le conflit russo-ukrainien : elle a été filmée lors du tournage d'une série télévisée en Russie, près de Saint-Pétersbourg le 20 mars 2022, comme l'a indiqué son auteur à l'AFP. Ce que confirment les métadonnées de la séquence.

Une vidéo initialement publiée sur TikTok

A l'origine, cette vidéo de 16 secondes a été mise en ligne le 29 mars 2022 sur TikTok par le comédien russe Philippe Fedortchouk, avec la légende suivante : "Préparation d’un mannequin pour une chute au cinéma".

Capture d'écran réalisée sur TikTok le 12 avril 2022.

Bien qu'elle ait été vue plus d'un million de fois sur ce réseau social, la séquence a ensuite été reprise et sortie de son contexte sur d'autres plateformes, telles que Telegram. Le compte "U_G_M", mentionné sur les images détournées, l'a ainsi relayée le 6 avril en affirmant qu'elle montrait les "forces armées ukrainiennes [préparer] leurs vidéos mises en scène afin de crier à tue-tête : "c'est la faute de Poutine" pour ensuite "comme à Boutcha", disséminer ces mannequins "dans les rues de Kiev ou de Mykolaïv".

Le même jour, un influent compte Twitter russophone relayait la même vidéo tout en affirmant en anglais : "Quand la propagande ukrainienne montre "des victimes innocentes de l'armée russe", mais que les coulisses apparaissent dans le champ de la caméra".

Capture d'écran réalisée sur Telegram le 12 avril 2022.
Capture d'écran réalisée sur Twitter le 12 avril 2022.

 

 

Des images filmées le 20 mars à Vsevolojsk, sur le tournage d'une série télévisée

Joint par l'AFP, Philippe Fedortchouk confirme être "l'auteur" de cette vidéo qu'il a filmée "le 20 mars à Vsevolojsk", près de Saint-Pétersbourg, sur le tournage d'une série télévisée dont il était figurant.

Les métadonnées de la vidéo d'origine, que l'AFP a pu consulter sur le site "Metadata2go", confirment la date de ces images filmées à l'iPhone 11 Pro Max : le 20 mars, à 17h43, heure de Moscou (16h43 à l'heure de Paris).

Capture d'écran réalisée sur le site Metadata2go le 12 avril 2022.

Une fois retranscrits sur un site de données GPS, les éléments de géolocalisation de la vidéo renvoient bien à la ville de Vsevolojsk, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Saint-Pétersbourg.

Capture d'écran réalisée sur le site coordonnees-gps.fr le 12 avril 2022.

"Albertik", un mannequin entouré de scotch protecteur avant sa chute

Contactée par l'AFP, Maria Nistryanu, membre de l'équipe de cette série télévisée, explique que cette vidéo a été filmée juste avant le tournage d'une scène montrant la chute fatale d'un homme depuis l'un des étages supérieurs de l'immeuble : "On y voit notre responsable des cascades et son assistant préparer le mannequin : ils l'entourent de scotch pour éviter qu'il ne se brise en morceaux lors de la chute." Le mannequin a ensuite été recouvert "d'organes d'animaux" et vêtu d'habits en vue de sa collision sur une voiture garée au pied de l'immeuble.

Le tournage d'une telle séquence de cette série télévisée était bien prévu le 20 mars à Vsevolojsk, comme l'AFP a pu le confirmer en consultant le planning de production détaillé - scène par scène - de cette journée.

Nadezhda Kolobaeva, la première assistante réalisatrice de la série, avait en outre publié plusieurs photos et vidéos des coulisses de tournage de cette scène sur sa page Facebook le 8 avril, un jour après avoir dénoncé l'intox circulant autour de ce mannequin surnommé "Albertik".

On y voyait notamment sa chute, et, dans une autre publication, une photo de lui aux mains du responsable des cascades de la série, Alexandre Ouvarov, avec la légende suivante : "Pour ceux à qui Albertik manque. Le réalisateur des cascades Alexandre Ouvarov, le héros principal (après Albertik)."

Capture d'écran réalisée sur Facebook le 12 avril 2022.
Capture d'écran réalisée sur Facebook le 12 avril 2022.

 

 

La photo des coulisses de tournage ci-dessous, envoyée à l'AFP, permet de confirmer sur Google Street View qu'il a eu lieu au 8/9 rue Leningradskaya, à Vsevolojsk.

Photo du tournage reçue par l'AFP
Capture d'écran réalisée sur Google Street View le 12 avril 2022.

 

 

Malgré son statut de mannequin inanimé, Albertik fait figure de célébrité locale parmi les équipes de tournage de la région, selon Maria Nistryanu : "Il appartient à notre équipe de cascadeurs, qui l'utilise assez souvent pour différents projets, notamment lorsqu'il s'agit de filmer des explosions, des chutes ou des séquences dangereuses. Cette équipe de cascadeurs est l'une des plus populaires dans le milieu du cinéma de Saint-Pétersbourg donc elle travaille avec beaucoup de monde et Alexandre Uvarov est un professionnel très célèbre."

Le massacre de Boutcha, un "fake" selon Vladimir Poutine

Le 5 avril, l'armée russe a plus largement accusé les autorités ukrainiennes de préparer de multiples "mises en scène" de civils tués par les soldats russes.

"Des membres du 72e centre ukrainien des opérations psychologiques ont tourné, le soir du 4 avril, une nouvelle mise en scène filmée de civils prétendument tués par des actions violentes de l'armée russe dans le village de Mochtchoun, à 23 km au nord-ouest de Kiev", avait ainsi déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, avant d'ajouter : "Des événements similaires sont en train d'être organisés par les services spéciaux ukrainiens à Soumy (nord-est), Konotop (nord-est) et dans d'autres villes."

Le lendemain, l'accusation de duperie sur le massacre de Boutcha avait toutefois été jugée "non tenable" par le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit, sur la base d'images satellite de la ville diffusées plus tôt dans la presse : "Il y a des analyses d'images satellites prises entre le 10 et le 18 mars 2020 [montrant] que les victimes à Boutcha étaient allongées là depuis au moins le 10 mars. Des indices crédibles montrent qu'à partir du 7 mars et jusqu'au 30 mars inclus, les forces russes étaient présentes dans la zone."

Vladimir Poutine a toutefois poursuivi ces accusations le 12 avril, en affirmant que le massacre de civils à Boutcha était un "fake". Selon la justice ukrainienne, 1.222 personnes - sans préciser s'il s'agit uniquement de civils - ont été tuées dans la région de Kiev depuis le début de l'invasion russe.

Conflit russo-ukrainien