(AFP / Joel Saget)

Non, un virus n'a pas besoin d'une "intervention humaine" pour muter

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une vidéo qui a ressurgi sur Facebook soutient qu'une mutation d'un virus passe nécessairement par une "intervention humaine" et que la vaccination risque de conduire à l'apparition de variants "beaucoup plus virulents". Cette double affirmation est erronée, selon deux professeurs de virologie interrogés par l'AFP, et émane d'un ancien homéopathe radié pour exercice illégal de la médecine.

La vidéo est datée du 25 octobre 2009, l'image est légèrement pixellisée et l'homme qui s'y exprime doctement n'est jamais identifié. Sur le plateau de télé sans prétention d'une chaîne baptisée "La Locale", on le voit asséner plusieurs affirmations sur la pandémie de grippe H1N1 qui sévit alors sur le globe.

"Si on veut une pandémie, il faut forcément une mutation. Pour qu’il y ait une mutation du virus, il faut une intervention humaine", affirme cet homme dans ce très court extrait.

"La vaccination contre la pandémie risque, je dis bien risque, il n'y a pas de certitudes et je prierais volontiers pour me tromper, (…) mais ça risque et il y a malheureusement un risque important d'aggravation, de déclenchement de virus beaucoup plus virulents qui puissent entraîner une pandémie", affirme-t-il. Quelques mois plus tôt, en juillet 2009, le gouvernement a lancé une vaste campagne de vaccination contre le virus H1N1 qui virera au fiasco.

Capture d'écran Facebook

Sur le post Facebook qui accompagne la vidéo et qui a été partagé plus de 3.000 fois depuis lundi 22 mars, un très court texte tente de faire le lien entre cette vidéo et l'épidémie actuelle de Covid-19 en France, qui a été notamment relancée par le variant britannique. 

"Archive 2009 pour le H1N1... Donc qu’est-ce qui a relancé l’épidémie et a provoqué des variants en 2020 ? Ils vont nous parler de variants pendant des années...", est-il indiqué.

D'où vient la vidéo?

Ces affirmations, qui font écho au débat actuel sur la vaccination contre le Covid-19, sont relayées sur une page baptisée "Open your eyes" qui met en doute la réalité de l'épidémie actuelle. En guise de profession de foi, elle affiche une citation apocryphe d'Aldous Huxley qui prête à l'écrivain britannique une référence à la dictature nazie dans "le Meilleur des mondes" alors que cet ouvrage a été publié en 1932, un an avant l'accession au pouvoir d'Hitler en Allemagne.

La vidéo provient, elle, d'un mini-documentaire complotiste "Grippe A(H1N1) l'imposture dévoilée", ancêtre plus artisanal du récent "Hold Up" censé démontrer les mensonges des autorités sur le Covid-19 et truffé de fausses informations, comme l'avait montré AFP Factuel.

L'identité de l'homme qui s'y exprime n'est pas anodine: il s'agit de Marc Vercoutère, un ancien homéopathe aujourd'hui décédé et qui avait été radié de l'Ordre des médecins en 1991 pour "charlatanisme", selon une dépêche de l'AFP du 24 février 1999. Il lui avait été reproché d'avoir administré des médicaments interdits en France à des personnes atteintes du cancer.

Il avait également fondé une association anti-vaccination, Cri pour la vie, et avait appelé sur son site, aujourd'hui fermé, à rechercher dans les vaccins "tout produit nanotechnologique ou cristaux informés qui ont pour +habitude+ de se loger au niveau du cerveau".  

Capture d'écran du site

Selon France Bleu, il avait également été renvoyé en procès en janvier 2016 à Pau pour exercice illégal de la médecine après avoir établi un certificat de contre-indication au vaccin du DT polio pour un enfant de 4 ans.

L'AFP Factuel a pu établir avec certitude son identité en recoupant plusieurs vidéos et photos qui circulent sur internet.

Capture d'écran YouTube

Des affirmations douteuses sur les virus

Sur le fond, les affirmations soutenues par M. Vercoutère dans cette vidéo ont fait bondir les deux professeurs de virologie contactés le 24 et 25 mars par l'AFP. 

En premier lieu, l'idée qu'un virus ne muterait qu'avec une "intervention humaine" --et donc notamment via la vaccination-- est "juste stupide", tranche Vincent Maréchal, professeur de virologie à Sorbonne Université.

"Les mutations d'un virus sont des phénomènes naturels liés au hasard. A chaque fois qu'un organisme vivant se réplique, en particulier les virus, il fait des erreurs et ces erreurs sont des mutations. C'est la base des théories de Darwin", explique-t-il.

"En fonction de ce que ces mutations vont ou pas lui apporter, le virus va pouvoir s'adapter pour continuer à circuler ou alors il va disparaître", poursuit-il.

"L'expression intervention humaine n'est pas adaptée parce que la mutation est un processus naturel d'adaptation à une pression de sélection", complète le professeur Olivier Schwartz, responsable de l'unité Virus et immunité à l'Institut Pasteur.

Dans la vidéo, M. Vercoutère laisse également entendre que la vaccination, à l'époque contre la grippe H1N1, risquerait de faire apparaître des "virus beaucoup plus virulents".

Cette affirmation, déjà récusée dans un précédent article d'AFP Factuel, entre en résonnance avec la situation actuelle et à la circulation active de variants du Sars Cov-2, notamment le britannique, plus contagieux et possiblement plus létaux.

Selon Santé Publique France, le variant anglais --également appelé 20I/501Y.V1-- serait reponsable de la grande majorité des cas de Covid-19 détectés dans le pays entre le 13 et le 19 mars, une proportion qui dépasse même les 75% en Ile-de-France.

Capture d'écran de Santé publique France

"Quand vous vaccinez, vous allez éduquer les systémes immunitaires à reconnaître une forme particulière de virus qui ne pourra alors pas vous infecter. Mais, si le virus a évolué et a eu par hasard une mutation qui lui permet de résister à votre système immunitaire, il réussira à passer entre les mailles du filet", détaille M. Maréchal.

Dans sa quête de survie, le virus va ainsi tenter de s'adapter aux barrières immunitaires --qu'elles proviennent d'une vaccination, d'une immunité de groupe ou d'une précédente infection-- pour pouvoir continuer à se propager.

"Les vaccins contre le Covid-19 ne fabriquent pas la variant. Le risque, c'est en revanche qu'ils ne soient pas assez efficaces pour empêcher ces mutations", indique M. Schwartz.

Tous les variants, nés de cette "pression de sélection", ne sont par ailleurs pas nécessairement plus "virulents", selon cet expert.  "Les virus qui deviennent résistants (aux barrières immunitaires, ndlr) peuvent aussi perdre leur vitalité, parce que le +coût+ de leur réplication s'accompagne d'une perte de multiplication virale", explique-t-il.

Le raisonnement global développé dans la publication Facebook est par ailleurs "démenti par l'histoire", conclut M. Maréchal 

"S'il n'y a pas de pandémie sans mutation induite par l'homme, comment expliquer qu'il y ait eu la grippe espagnole de 1918 alors que l'homme n'était pas intervenu étant donné qu'on ne savait alors pas vacciner contre la grippe?", s'interroge-t-il.

Selon l'Institut Pasteur, la grippe espagnole a fait entre 20 à 50 millions de morts.

Edit du 24 mars 2021: corrige le nom de l'ouvrage de Huxley

 

COVID-19