Non, 50% des femmes enceintes vaccinées avec Pfizer en France n'ont pas fait une fausse couche

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Un médecin affirme, dans une vidéo partagée plusieurs milliers de fois sur les réseaux sociaux depuis le 27 mai, que, selon l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), "sur 28 femmes vaccinées" avec le vaccin Pfizer-BioNTech, "il y a eu 14 fausses couches spontanées". En réalité, les données de l'ANSM indiquent que les cas de fausses couches représentent 50% des 28 signalements d'effets secondaires concernant des femmes enceintes vaccinées avec Pfizer, et non 50% des grossesses.

"Je suis là pour alerter, pour informer, pour réinformer (...) Ce qui est vraiment très très très important, c'est que vous parliez autour de vous, aux femmes et notamment aux femmes enceintes, pour qu'elles soient informées : Pfizer, sur 28 femmes vaccinées, il y a eu 14 fausses couches spontanées, donc c'est des messages très inquiétants, parce que ça veut dire qu'il y a 50% des femmes vaccinées qui vont faire des fausses couches parce qu'elles ont été vaccinées avec Pfizer", affirme Denis Agret dans sa vidéo, invitant les internautes à aller "regarder les données sur l'Agence nationale de sécurité du médicament".

Capture d'écran Twitter prise le 01/06/2021
Capture d'écran Facebook prise le 01/06/2021

 

Nous l'avons fait et les données de l'ANSM diffèrent de l'affirmation du Dr Denis Agret – inscrit en médecine générale auprès du conseil départemental de l'Ordre de l'Hérault, selon le Conseil national de l'Ordre des médecins.

L'Agence de sécurité du médicament a publié le 21 mai une "enquête de pharmacovigilance sur les effets indésirables des vaccins Covid19 chez les femmes enceintes et allaitantes", longue de 23 pages. La voici ici.

"Sur les 28 notifications d'effets indésirables avec le vaccin Comirnaty®, 14 soit 50% étaient des fausses couches", écrit l'ANSM dans la partie consacrée au vaccin Pfizer-BioNTech.

Capture d'écran de l'"enquête de pharmacovigilance sur les effets indésirables des vaccins Covid19 chez les femmes enceintes et allaitant" de l'ANSM

Cela ne signifie pas que 50% des femmes enceintes ont ou "vont faire des fausses couches parce qu'elles ont été vaccinées avec Pfizer", contrairement à ce qu'affirme Denis Agret, mais que les cas de fausses couches représentent 50% des 28 signalements d'effets indésirables concernant des femmes enceintes ayant reçu au moins une dose du vaccin Pfizer-BioNTech.

"Les effets indésirables les plus fréquents sont les fausses couches spontanées (FCS), sans autre effet indésirable associé (notamment réactogenicité). Il s'agit d'un évènement très fréquent en population générale, de 12 à 20% selon les études", écrit l'ANSM, qui analyse ces effets indésirables en fonction des signalements effectués mais n'étudie pas un échantillon de femmes enceintes en particulier.

L'ANSM explique ne pas connaître le nombre de femmes enceintes parmi l'ensemble des femmes vaccinées avec le vaccin Pfizer.

"Dans ce suivi, on ne peut calculer l'incidence des fausses couches spontanées en l'absence du dénominateur (nombre de femmes vaccinées avant 22 semaines d’aménorrhée)", explique l'Agence. "Dans plusieurs cas, il existait des facteurs de risque de FCS tels que l'obésité, des antécédents de FCS, un âge supérieur à 35 ans… Pour ces fausses couches spontanées, le lien avec la vaccination ne peut pas être établi", conclut l'ANSM.

Une femme reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), le 31 mai 2021 (AFP / Bertrand Guay)

Les auteurs d'un rapport publié mardi 27 avril dans la revue The Lancet estiment que 23 millions de fausses couches se produisent chaque année dans le monde, soit environ 15% du total des grossesses. Un chiffre cohérent avec ceux avancés notamment par le Collège américain des obstétriciens et gynécologues (ACOG) et l'OMS.

En France, la Haute autorité de santé (HAS) a rendu un avis le 2 mars, dans lequel elle indique "que l'administration des vaccins contre la Covid-19 chez la femme enceinte n'est pas contre-indiquée".

Plus récemment, le 6 avril, le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale s'est déclaré favorable à la vaccination de "toutes les femmes enceintes".

"Dans la lignée des recommandations du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale recommande la vaccination de toutes les femmes enceintes – avec ou sans comorbidités – contre la Covid-19, et ce à partir du deuxième trimestre de grossesse", indiquait le Conseil dans un avis.

Capture d'écran d'un avis du 6 avril 2021 du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale

"Bien qu'aucune étude sur l'efficacité et le profil de sécurité de la vaccination pendant la grossesse ne soit publiée, il n'existe pas de raison a priori d'exclure les femmes enceintes des campagnes de vaccination. Les vaccins proposés ne sont pas des vaccins vivants. Des études chez l'animal n’ont pas montré d'effet tératogène, ni aucun effet sur la reproduction. L'ARNm du vaccin est rapidement dégradé par les cellules humaines et sans rentrer dans le noyau", soulignait le Conseil.

"Les résultats préliminaires ne montrent pas de signaux d'alarme manifestes parmi les personnes enceintes ayant reçu des vaccins anti-Covid à ARN messager", écrivent pour leur part les auteurs d'un article sur la vaccination des femmes enceintes paru le 21 avril dans le New England Journal of Medicine (NEJM), prestigieuse revue médicale américaine.

Quelque 25,5 millions d'adultes ont reçu en France une première dose d'un vaccin anti-Covid et "l'objectif de 30 millions mi-juin est à notre portée", a affirmé lundi 31 mai Jean Castex en précisant que la France, qui a reçu 12 millions de doses en avril et 15 millions en mai, en recevra 27 en juin.

Au 20 mai, 23.890.000 injections avaient été réalisées avec le vaccin Pfizer-BioNTech, selon le dernier point de surveillance de l'ANSM, publié le 28 mai. Sur ces injections, 20.987 cas d'effets secondaires ont été analysés, dont 73% sont "non graves" et 27% sont "graves", selon l'autorité de santé.

A lire aussi : "Non, un article paru dans le New England Journal of Medicine ne conclut pas à un risque accru de fausses couches chez les femmes vaccinées" et "Non, il n'y a pas eu d'explosion des fausses couches chez les femmes vaccinées au Royaume-Uni"

Rémi Banet
Covid-19