Le ministre de l'économie et des finances Bruno Lemaire, lors d'une conférence de presse au FMI le 12 avril 2019 ( AFP / SAUL LOEB)

Rouler "un jour sur deux" pour limiter la facture d'essence ? Attention à cette fausse citation prêtée à Bruno Le Maire

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Bruno Le Maire a-t-il demandé aux Français de rouler "un jour sur deux" afin de réduire leur facture d'essence ? Alors que les prix à la pompe flambent à cause de la guerre en Ukraine, des dizaines de publications sur Facebook accusent le ministre de l'Economie d'avoir tenu de tels propos. Ces propos ont toutefois été inventés et proviennent d'un compte parodique sur Twitter. Ces derniers jours, d'autres fausses citations attribuées à des ministres ont circulé sur le sujet sensible de la hausse des prix de l'essence.

"Si les Français roulent un jour sur deux, le tarif de l'essence redescend mécaniquement à 1 euro le litre" : depuis le 8 mars, des dizaines de publications sur Facebook et Twitter s'indignent de propos prêtés au ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire,

"J'ai cru à un hoax quand j'ai vu passer l'info…mais apparemment non ???" se demande une internaute. "Pauvre Mr Le Maire, il faut dire ça aux transporteurs, paysans , BTP , toutes les petites entreprises sans oublier le personnel qui va avec", critique un autre compte Facebook, alors que la flambée des prix de l'essence, qui ont dépassé les 2 euros le litre un peu partout en France, touchent tous les automobilistes.

La citation a par ailleurs aussi été partagée par des comptes plus officiels, comme la page Facebook du mouvement Reconquête! du candidat Eric Zemmour dans le département de l'Allier, selon qui la source de cette citation est l'Agence France-Presse (AFP).

Capture d'écran du moteur de recherche de Facebook, illustrant les dizaines de publications Facebook partageant la fausse citation de Bruno Lemaire. La plus grande partie de ces posts ne mentionne pas la dimension satirique de cette fausse citation.

Une citation inventée par un compte parodique

Or l'AFP n'a jamais relayé une telle citation tout simplement parce que Bruno Le Maire n'a jamais tenu de tels propos. Il n'existe en effet aucune trace d'une telle déclaration du ministre de l'Economie.

En réalité, l'origine de cette citation provient du compte Twitter satirique aux 6.000 abonnés Agence France Presque.

Le compte se définit comme un "compte 100% parodique" et considère ses publications comme "un condensé de conneries plus vraies que nature".

Le 8 mars, le compte publie ce tweet : "Hausse du prix de l’essence, Bruno Le Maire se veut rassurant : 'Si les français roulent un jour sur deux, le tarif de l’essence redescend mécaniquement à 1 euro le litre'. Accompagné d'une photo de Bruno Le Maire lors d'un passage à RTL en octobre 2021, le tweet est partagé plus de 600 fois sur Twitter et sa citation se retrouve relayée par des dizaines de comptes Facebook.

Le tweet de l'Agence France Presque, publié le 8 mars 2022

Le problème, c'est qu'une grande partie de ces publications postées sur Facebook comme sur Twitter ne font pas mention d'une quelconque dimension satirique. Certaines publications ne sourcent même pas la citation tout en conservant l'image d'illustration, donnant l'impression que ces propos ont été tenus sur les ondes de RTL.

Capture d'écran du 15 mars 2022
Capture d'écran du 15 mars 2022

 

 

Le ministre de l'Economie critiqué à droite pour sa gestion de la crise ukrainienne

Si Bruno Le Maire n'a jamais tenu ces propos, il a toutefois été critiqué à droite pour certaines de ses prises de parole sur la crise en Ukraine et les prix de l'essence. Depuis début mars, plusieurs comptes, issus notamment de la droite conservatrice, ont ainsi lancé le hashtag ironique #LemaireEstUnGenie, repris par le tweet de l'Agence France Presque, pour moquer ses propos sur les sanctions russes et les efforts demandés à la population face à la hausse des prix des énergies fossiles.

La veille du tweet parodique sur sa fausse citation, Bruno Le Maire avait ainsi demandé sur le plateau de BFMTV à faire "beaucoup plus attention à notre consommation d'énergie" et avait notamment appelé les Français à "baisser la température" au sein de leurs logements. Des propos critiqués notamment par Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national, qui avait accusé le gouvernement de "culpabiliser les Français".

D'autres fausses citations prêtées à des ministres sur l'essence

Ce n'est pas la première fois que de faux propos sur le sujet sont attribués à un membre du gouvernement, dans un contexte où la tension sociale liée à la hausse des prix de l'essence s'ajoute à la crise géopolitique autour de l'Ukraine.

La semaine dernière, de nombreux posts sur Facebook avaient ainsi pris au premier degré un autre tweet parodique faisant dire à la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, que la baisse des taxes sur le carburant était "inutile car les Français peuvent toujours recourir au télétravail". L'AFP y a consacré un article de vérification.

Plus récemment, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s'est, lui, vu critiquer pour sa déconnexion "avec le réel" pour avoir supposément affirmé qu'il était possible de faire "50 pleins à 2€/litre" grâce "à la prime inflation de 100€". Une citation elle aussi inventée par un média parodique.

Une remise de 15 centimes par litre d'essence

Graphique montrant l'évolution du prix de vente du gazole, du Sans plomb 95 et du Sans plomb 98 en France du 31 décembre 2021 au 11 mars 2022 ( AFP / Sophie RAMIS, Valentina BRESCHI, Kenan AUGEARD)

Dans les faits, la France est touchée depuis le milieu de l'année 2021 par la hausse des énergies fossiles, du fait d'une crise mondiale causée par une très forte demande, à laquelle les fournisseurs peinent à répondre. L'invasion de l'Ukraine par la Russie débutée le 24 février en a accentué les effets, faisant fortement augmenter les prix du baril de pétrole.

Pour y répondre, Jean Castex a annoncé le 13 mars une "remise à la pompe de 15 centimes par litre" de carburant, à partir du 1er avril et pendant quatre mois. La mesure coûtera environ 2 milliards d'euros à l'Etat, concernera les ménages comme les entreprises et sera "valable sur tous les carburants", a précisé le Premier ministre.

Malgré ces annonces, des transporteurs, agriculteurs et pêcheurs en Bretagne ont bloqué ce 15 mars les dépôts pétroliers de Lorient et Brest, dénonçant un gasoil "trop cher".

Protesters stand next a banner reading "diesel oil is too expensive" in Brest, western France, on March 15, 2022, as transport company workers, farmers and fishermen gather to blockade petroleum and oil depots and protest against rising fuel prices. ( AFP / FRED TANNEAU)
15 mars 2022 Corrige l'orthographe du nom du ministre
Elections 2022