Covid-19 : Attention, celle liste de "preuves que la pandémie était planifiée" contient des affirmations trompeuses

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Un article partagé des milliers de fois sur plusieurs sites depuis le 25 octobre prétend lister les "preuves que la pandémie (de Covid-19) était planifiée dans un but précis". Mais de nombreuses affirmations avancées dans le texte sont trompeuses ou inexactes, selon les vérifications de l'AFP.

"Preuves que la pandémie était planifiée dans un but précis (...) L’objectif de l’auteur est de présenter des informations exactes à 100%", peut-on lire depuis le 25 octobre sur les blogs cv19.fr, reseauinternational.net et profession-gendarme.com.

Ces trois articles, similaires aux mots près, cumulent plusieurs milliers de partages sur Facebook à eux trois, selon l'outil d'analyse des réseaux sociaux CrowdTangle.

(Capture d'écran réalisée sur Facebook le 1 décembre 2020)

Pourtant, cette liste de "preuves" contient de nombreuses affirmations erronées ou trompeuses.

Selon l'article, un collectif appelé "Médecins pour la vérité" a assuré que le Covid-19 était "une fausse pandémie créée à des fins politiques".

Ces propos ont bien été tenus par un groupe d'intervenants du nom de "Médecins pour la vérité" lors d'une conférence à Madrid le 25 juillet 2020, qui avait fait l'objet d'un précédent article de vérification.

Ce collectif n'est toutefois pas une source fiable.

Cette conférence avait été filmée puis diffusée sur les réseaux sociaux, avant d'être supprimée par certaines plateformes, comme Youtube, car elle comportait de nombreuses fausses affirmations.

Dans leur prise de parole, les intervenants dénonçaient des manquements dans la gestion de la crise sanitaire du Covid-19, en affirmant que le masque était dangereux pour la santé ou en assurant que le virus peut se propager à travers les ondes électromagnétiques des réseaux 5G.

Des affirmations fausses, selon de nombreux experts et des documents consultés par l'AFP,

"Aux Etats-Unis, un documentaire intitulé 'Plandemic', qui présente le Covid-19 comme une opération criminelle, est soutenue par plus de 27.000 médecins", soutient ensuite l'article.

La vidéo "Plandemic" a été largement diffusée en mai dernier sur internet, mais elle contenait elle aussi de nombreuses fausses informations, comme nous l'avions écrit dans cet article.

Les articles diffusent une capture d'écran d'un document de la Banque Mondiale en affirmant que "le Covid-19 est un projet qui devrait se poursuivre jusqu'à fin mars 2025".

(Capture d'écran du site Réseau International réalisée le 1er décembre 2020)

Ce document est public et disponible ici. Il s'agit d'un "programme de réponses" financières de la Banque Mondiale de la pandémie.

Le document - diffusé le 2 avril 2020, soit plusieurs mois après l'apparition du virus - contient une série de propositions pour "prévenir, détecter et répondre à la menace posée par le Covid-19 et renforcer les systèmes nationaux de santé publique".

La Banque mondiale s'est dite prête à déployer jusqu'à 160 milliards de dollars au cours des 15 prochains mois pour aider les pays à répondre aux conséquences sanitaires immédiates de la pandémie et soutenir la reprise économique.

La date de 2025, mise en valeur dans la capture d'écran, ne signifie pas l'arrêt de la pandémie, mais la clôture "attendue" de ce programme d'aides financières. 

L'organisme effectue régulièrement des projections sur cinq ans. C'est notamment le cas de son programme d'aides financières pour lutter contre le réchauffement climatique et de celui qui vient en aide aux populations qui habitent dans des zones de conflits

Comme le souligne l'agence Reuters dans cette dépêche, la Banque Mondiale estime que l'économie globale pourrait mettre cinq ans à revenir à son niveau d'avant-crise, d'où cette projection à 2025.

​"Quelques mois avant l’épidémie, Bill Gates – le numéro un mondial du commerce des vaccins – a organisé un événement à New York. Devinez de quoi il s’agissait ? Il s’agissait d’un exercice de pandémie de coronavirus'", écrit l'article.

(Capture d'écran du site profession-gendarme, réalisée le 1er décembre 2020)

L’exercice mentionné, organisé en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates, a effectivement eu lieu en octobre 2019, mais il ne concernait pas le Covid-19.

Selon le site d’Event 201, il s'agissait d'une simulation de réponse à de "graves pandémies", avec comme objectif de "minimiser leurs conséquences économiques et sociales à grande échelle".  

L'organisateur de la simulation, le Centre de sécurité sanitaire de l’Université Johns Hopkins, a diffusé un communiqué le 24 janvier après des accusations similaires :

"Pour clarifier les choses, le Centre de sécurité sanitaire et ses partenaires n’ont pas fait de prédiction pendant cet exercice de simulation. Pour ce scénario, nous avons modélisé une pandémie de coronavirus fictive, mais nous avons explicitement précisé qu’il ne s'agissait pas d'une prédiction".

Le Centre de sécurité sanitaire précise qu'il n'y a aucun lien avec l'épidémie de Covid-19 : "Bien que notre exercice de simulation ait inclus un nouveau coronavirus, les données que nous avons utilisées pour modéliser l’impact potentiel de ce virus fictif ne sont pas similaires à celles du nCOV-2019", que l'on connaît aujourd’hui sous le nom de SARS-CoV-2.

Cet exercice portait sur un modèle de virus fictif, appartenant à la famille des coronavirus, et possédant des caractéristiques différentes de celles du SARS-CoV-2.

"En 2013, un musicien a écrit une chanson intitulée PANDEMIC. Dans ses paroles, il décrivait une pandémie mondiale qui tue des millions de personnes, arrête les économies et donne lieu à des émeutes (...) Il a même mentionné l’année exacte de la pandémie : 2020, et le type spécifique de virus : un coronavirus", souligne l'article.

Cette chanson est disponible sur Youtube ici. Mais son auteur, l'artiste américain Dr Creep, a estimé dans une publication sur Facebook qu'il s'agisait "plus d'une coïncidence que d'une prédiction".

There was already 6 or so coronaviruses in 2012/2013 when the Pandemic song was created and a coronavirus was being...

Publiée par Dr Creep sur Dimanche 29 mars 2020

"Il y avait déjà environ 6 coronavirus en 2012/2013 lorsque la chanson Pandemic a été créée et on parlait beaucoup d'un coronavirus à l'époque. Quant à la mention de l'année 2020, et bien la décennie 2020-2030 était une période importante pour moi", a-t-il écrit.

François D'Astier
CORONAVIRUS