Cette cascade de liens supposés entre le laboratoire de Wuhan et des géants pharmaceutiques, Gates ou Soros est incorrecte

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plusieurs milliers de fois sur Facebook depuis mi-novembre prétendent mettre en lumière les connexions entre le laboratoire P4 de Wuhan, d'où serait sorti le Covid, le laboratoire Pfizer, l’industriel GlaxoSmithKline, les milliardaires Bill Gates et George Soros et des sociétés d'assurances. Mais elles contiennent plusieurs fausses informations: l'Institut de virologie de Wuhan, que rien ne permet de relier à l’origine de l’épidémie, n'a rien à voir avec GSK, entreprise qui ne possède pas l'Américain Pfizer. 

"Le laboratoire biologique chinois de Wuhan appartient en fait à Glaxo, qui par coïncidence possède Pfizer (vaccin Covid-19), qui par coïncidence est lié aux  finances de Black Rock (Larry Flynt), qui par coïncidence gère les finances de la Open Foundation Society (Soros)"... Cette publication ironique, partagée près de 1.000 fois depuis le 24 novembre sur Facebook, relie le laboratoire de Wuhan à des entreprises pharmaceutiques, aux milliardaires George Soros et Bill Gates et vise à prouver que la pandémie de  coronavirus était planifiée. 

Capture d'écran réalisée le 10/12/2020 sur Facebook

Cette publication est accompagnée d'une photo de la visite de l'ancien Premier ministre français Bernard Cazeneuve au laboratoire de Wuhan le 23 février 2017. Le laboratoire de Wuhan a été conçu avec l'aide de sociétés françaises dans le cadre d'un accord franco-chinois, comme l'expliquait Bernard Cazeneuve dans son discours tenu à l'occasion de cette visite.

Cette publication circule également en néerlandais, en allemand, en slovaque ou encore en espagnol. La première publication sur Facebook retrouvée par l'AFP date du 12 novembre et a été partagée en italien. Elle attribue ce texte à un certain "Giuseppe Renda".

Une recherche sur Google avec ce nom mène au profil Linkedin d'un employé de Pfizer en Italie. L'AFP a cherché à contacter Giuseppe Renda mais n'avait pas reçu de réponse à la date de publication de cet article. 

Aucun lien entre le laboratoire de Wuhan et Glaxo

Cette publication évoque "le laboratoire biologique" de Wuhan qui appartiendrait au géant de l'industrie pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK). 

De nombreuses théories affirment que le Sars-Cov-2 a été créé dans le laboratoire P4 de Wuhan et s'en serait échappé. Donald Trump lui-même a déclaré en avril qu'il "avait la preuve" que la pandémie était originaire dudit institut, mais n'a jamais présenté cette preuve. Or rien ne prouve cette allégation, comme l'a déjà expliqué l'AFP

L'AFP n'a trouvé aucun lien entre l'Institut de virologie de Wuhan (WIV), où se trouve ce laboratoire, et la société GlaxoSmithKline. Selon cet article de la revue scientifique Nature de 2017, qui présente les activités du laboratoire P4 du WIV, sa création a été approuvée en 2003 par l'Académie chinoise des sciences (CAS) et construit avec l'aide de la France dans le cadre d'un accord de coopération sur la prévention et le contrôle des nouvelles maladies infectieuses. 

Ce communiqué de presse de la CAS indique également que le WIV P4 a été inauguré en 2015 par la Commission nationale de la santé et du planning familial de la République populaire de Chine et l'Académie chinoise des sciences. Il a été financé par la Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC) et "conçu par la France et la Chine". Le communiqué ne mentionne pas l'entreprise GSK. 

Capture d'écran réalisée le 09/12/2020 sur le site de l'Institut de virologie de Wuhan

Le site web du WIV ne contient aucune mention d'une quelconque participation d'une entreprise étrangère. Il dépend de la CAS, qui dépend du gouvernement chinois. Le site de GSK en Chine ne mentionne pas non plus une quelconque participation à la WIV. Il indique que GSK est implanté en Chine dans les villes de Shanghai, Pékin et Tianjin. 

L'AFP a contacté l'Académie chinoise des sciences, mais n'avait pas reçu de réponse au moment de la publication de cet article

Une vue aérienne du laboratoire P4 de Wuhan, en Chine, le 27 mai 2020 (AFP / Hector Retamal)

Glaxo ne possède pas Pfizer 

"Glaxo, qui par coïncidence possède Pfizer (vaccin Covid-19)", poursuit la publication. Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a développé le vaccin contre le Covid-19 actuellement utilisé au Royaume-Uni. 

Selon CNN Business, Pfizer est majoritairement contrôlé par The Vanguard Group, qui possède une participation de 7,67% dans le laboratoire américain. La multinationale américaine BlackRock, mentionnée dans cette publication, fait également partie de ses actionnaires. 

Mais la société Glaxo ne figure pas dans la liste des actionnaires de Pfizer. 

Contacté par l'AFP, un porte-parole de Pfizer a confirmé que l'affirmation selon laquelle GSK est propriétaire de la société pharmaceutique n'est "pas correcte". "Pfizer n'appartient PAS à Glaxo! Pfizer est une société cotée à la bourse de New-York", a déclaré la porte-parole Dervila Keane à l'AFP dans un mail reçu le 7 décembre 2020.

En décembre 2018, GSK et Pfizer ont annoncé la fusion de leurs activités de médicament sans ordonnance au sein d'une entreprise commune ("joint-venture"), créant ainsi en 2019 GSK Consumer Healthcare, une alliance pour la commercialisation de produits tels que le Voltaren, le Panadol et l'Advil. Il ne s'agissait toutefois pas d'une opération de rachat d’une entreprise par une autre. Dans le secteur pharmaceutique, les deux entreprises restent concurrentes. 

Confusions dans les liens entre BlackRock, AXA, Winterthur et Allianz

Les publications Facebook affirment ensuite que le laboratoire Pfizer "est lié aux finances de BlackRock", qui "par coïncidence gère les finances" du réseau de fondations Open Society Foundations créé par l'Américain George Soros, qui "est par coïncidence proche" de la société d'assurances française AXA et de la société suisse Winterthur "qui a construit ce laboratoire". 

L'homme d'affaires et philanthrope George Soros, il fait régulièrement l'objet de fausses informations, vérifiées par l'AFP. Entre autres, il a été faussement présenté comme ayant été arrêté en Suisse puis plus tard à Philadelphie pour ingérence électorale après la présidentielle américaine et il aurait déclaré vouloir "faire tomber les Etats-Unis en finançant des groupes de haine noirs"

Certaines publications mentionnent par ailleurs "Larry Flynt",  le désignant comme le propriétaire du gestionnaire d'actifs BlackRock. Elles confondent Larry Flynt, fondateur et patron du magazine pornographique américain Hustler, et Larry Fink, ancien trader et PDG de BlackRock. 

BlackRock est le premier gestionnaire d'actifs au monde, et à ce titre possède des participations dans des milliers d'entreprises, dont Pfizer. Il compte également des milliers d'investisseurs, dont le magnat George Soros, parmi ses nombreux portefeuilles. 

Le site des Open Society Foundations ne fait cependant aucune mention de la compagnie d'assurances française Axa, à l'exception d'un document dans lequel sont évoquées, à titre d'exemple, des poursuites engagées par Axa contre des particuliers coupables de fausses déclarations d'assurance. 

Quant à Winterthur, la compagnie d'assurances suisse a été rachetée par Axa en 2006. L'AFP n'a trouvé aucune trace d'une construction d'un laboratoire à Wuhan par le groupe. 

Selon ces publications, le laboratoire P4 de Wuhan aurait également été "acheté accidentellement" par l'assureur Allianz. Ce qui n'a pas de sens puisque, plus haut, les mêmes publications affirment que le laboratoire appartient à Glaxo. Allianz indique sur son site qu'elle possède des bureaux à Pékin, à Shanghai et à Guangzhou, mais pas à Wuhan. L'entreprise ne mentionne pas non plus la présence d'un laboratoire en Chine. 

Bill Gates n'est pas un grand actionnaire de Pfizer

Le message relie également BlackRock à Bill Gates, qui n'est pas nommé mais désigné comme "un actionnaire de Pfizer", "un grand actionnaire de Microsoft et Gates", "actuellement le premier parrain de l'OMS". Comme George Soros, Bill Gates est la cible de nombreuses fausses informations depuis le début de la pandémie de Covid-19. 

Le laboratoire Pfizer a en effet reçu de l'argent du Fonds d'investissement stratégique de la Fondation Bill et Melinda Gates. La fondation a investi dans la société pharmaceutique pour élargir l'accès à Sayana, un contraceptif injectable, aux pays en développement, explique-t-elle sur son site. Elle a également annoncé en septembre 2020 qu'elle collaborerait avec plusieurs des entreprises travaillant au développement d'un vaccin Covid-19. Cependant, la Fondation Bill et Melinda Gates ne compte pas parmi les principaux actionnaires de Pfizer. 

Principaux actionnaires de Pfizer. Capture d'écran réalisée sur le site marketscreener.com, le 8 décembre 2020

La Fondation Bill & Melinda Gates est bien l'un des plus grands contributeurs de l'OMS, contribuant à hauteur de 11,65% du budget de l'Organisation Mondiale de la Santé. Elle se situe juste derrière le gouvernement allemand, qui fournit 12,18% du budget. 

En conclusion, rien ne prouve que Wuhan WIV soit la propriété de la société GlaxoSmithKline, et il n'est pas vrai non plus que la société possède Pfizer. Il n'y a pas non plus de trace de l'implication des compagnies d'assurances Winterthur et AXA dans le WIV. En revanche, le gestionnaire de fonds BlackRock, qui détient une partie des actions de Pfizer, a George Soros comme investisseur, ainsi que de nombreuses autres fortunes mondiales. En outre, Bill et Melinda Gates ont investi dans Pfizer pour le développement de projets spécifiques mais ne sont pas des actionnaires importants.

 
AFP España
Traduction et adaptation :
COVID-19 BILL GATES George Soros