Un "test au Coca" positif au Covid-19 ? Une blague entre amis reprise au premier degré, selon le pharmacien sur la vidéo

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une vidéo partagée plus de 40.000 fois sur Facebook depuis le 25 janvier montre un pharmacien effectuer un test antigénique avec du Coca-Cola et obtenir un résultat positif. Mais ce type d'expériences ne prouvent rien, affirment des experts et le fabricant du test à l'AFP. Le pharmacien a par ailleurs affirmé mardi 26 janvier que sa vidéo, prise au sérieux sur des dizaines de pages Facebook, était une blague entre amis qui a été reprise au premier degré.

"Il y a un truc de dingue qui est en train de se passer : je vois un petit trait... le test va être positif, c'est un truc de malade", affirme le pharmacien dans la vidéo. "Voilà, le test au coca est positif (...) Incroyable, in-cro-yable", ajoute-il quelques secondes plus tard. "Je sais vraiment pas quoi vous dire. C'est fou, c'est fou. Donc comment le comprendre ? Je ne sais pas. Mais bon, au moins vous le savez, maintenant", conclut-il.

Capture d'écran Facebook prise le 26/01/2021
Capture d'écran Facebook prise le 26/01/2021

 

Le test utilisé dans la vidéo est un test antigénique Covid-Viro de l'entreprise française AAZ. Ce test avait "montré les meilleures performances analytiques" lors d'une évaluation comparative de neuf tests rapides antigéniques menée par le CHU Henri-Mondor, selon un communiqué publié le 10 décembre sur le site de l'APHP.

Pour autant, la vidéo virale du pharmacien ne remet pas en cause la fiabilité du test d'AAZ et des tests antigéniques dans leur ensemble, affirme à l'AFP le directeur général d'AAZ, Fabien Larue.

"C'est simplement l'acidité du liquide [le Coca-Cola] qui dégrade le test, qui détruit ses composants, et c'est cette acidité qui va induire la réaction non spécifique que l'on voit. Vous pouvez mettre du jus de citron, du décapant, toute solution acide, ça fera la même chose, ça pète le test", explique-t-il.

"Le test doit impérativement être utilisé avec un réactif d'extraction [ce qui n'est pas le cas dans la vidéo], qui est fourni dans le kit et qui est indispensable. Il a un rôle crucial parce qu'il permet d'équilibrer le pH de la réaction, ce qui garantit la performance du test", souligne le directeur général d'AAZ.

"Si vous mettez du coca dans ce tampon d'extraction, ça ne va pas sortir positif, c'est évident", assure-t-il. "C'est stupide, c'est bête comme chou. Votre voiture, si vous lui mettez de l'eau à l'intérieur et pas de l'essence, elle va fonctionner ou pas ? Là c'est pareil, si vous ne mettez pas le réactif du test, c'est sûr que ce n'est pas la même chose."

"Rigolade entre copains"

Le pharmacien sur la vidéo a par ailleurs contacté l'AFP après la publication de notre article. L'homme, qui souhaite conserver l'anonymat, mais dont l'AFP a pu confirmer l'identité, affirme que sa vidéo est une blague qui a été reprise au premier degré.

"On déconnait entre potes. Je l'ai faite [la vidéo] parce que plein de patients à moi me disent 'Oui, il paraît que si on boit du coca on a le Covid' (...) J'ai fait le test et je l'ai envoyé à un groupe comme ça et puis ils ont dû l'envoyer à des amis à eux et c'est parti comme ça", explique-t-il.

Le pharmacien a d'ailleurs partagé tard lundi soir dans sa story Facebook (voir vidéo ci-dessous) un article de l'AFP Factuel du mois de décembre sur le même sujet ("Covid-19 : des tests positifs sur du Coca ou de la compote ne prouvent pas leur inutilité"), avant d'y publier mardi une mise au point dans laquelle il explique que sa vidéo est partie d'une "rigolade entre copains" et qu'elle ne prouve rien.

 

"J'ai vu qu'il y a des trucs complotistes qui ont repris ma vidéo, des trucs que je combats et désormais je suis leur porte-drapeau, c'est horrible, je suis complètement dépassé", a-t-il ajouté à l'AFP, déplorant que sa mise au point sur Facebook n'ait fait "que 17 vues".

L'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO) a également réagi mardi 26 janvier, en dénonçant dans un communiqué "une tentative d'humour (...) irresponsable et inappropriée".

"Les modalités et conditions d'utilisation sont très précises (...) et respectées par les professionnels qui les réalisent. Toute utilisation en dehors de ces conditions n'a aucun sens et ne permet pas de conclure à la fiabilité ou non des tests", souligne l'USPO.

Des vidéos similaires, montrant des "tests" réalisés avec de la compote et du Coca-Cola, avaient circulé dans plusieurs pays européens en décembre. De nombreux internautes en concluaient au manque de fiabilité des tests de dépistage du Covid-19.

"Notre tâche est de nous assurer que le test fournit des résultats fiables chez l'homme. L'appliquer à des produits alimentaires ne signifie pas qu'il y a un doute sur sa validité pour détecter le Sars-CoV-2", avait réagi auprès de l'AFP le fabricant du test antigénique MEDsan, mis en cause dans l'une de ces vidéos.

L'AFP avait également montré la vidéo intitulée "Une compote de pommes positive au test Covid-19" à des experts en immunologie et de biochimie. Ces derniers soulignaient eux aussi que les conditions du test, notamment l'acidité, sont cruciales pour parvenir à un résultat valable.

"Le test a été mis au point permettre la fixation d'un anticorps aux antigènes, et non pour subir des réactions à certains aliments", expliquait Thomas Decker, professeur d'immunobiologie à l'université de Vienne (Autriche).

"Un test ne peut fonctionner que si vous maintenez les conditions correctes", abondait Annette Beck-Sickinger, professeure de biochimie à l'Université de Leipzig (Allemagne).

Pour effectuer un test antigénique dans de bonnes conditions, il faut d'abord plonger le prélèvement dans une solution tampon. Mais "elle n'est pas capable de neutraliser de grandes quantités d'acide (comme ceux contenus dans une pomme)", détaillait-elle.

En modifiant les conditions du test, comme son pH ou sa température, celui-ci peut "provoquer une réaction non spécifique aux anticorps [recherchés]", générant ainsi un faux positif, expliquait la chercheuse. 

Le même principe vaut pour la vidéo du "test" au Coca-Cola : les conditions du test ne respectent pas celles préconisées, notamment le passage dans une solution tampon, et le pH acide de la boisson "détruit" la protéine de l'anticorps nécessaire au test, qui réagit avec le virus, avait réagi le fabricant du test, Dialab GMBH, sur sa page Facebook.

Capture d'écran Facebook prise le 15/12/2020
EDIT : article mis à jour le 26/01 avec explications du pharmacien, image de tête modifiée et
communiqué de l'USPO
COVID-19