Non, ce supermarché ne vend pas les mêmes pommes de terre cinq fois plus cher que début avril

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une publication partagée plus de 3.500 fois en moins de 24 heures prétend qu'un supermarché de Charente-Maritime facture ses pommes de terre 7,50€ le kilo, contre 1,39€ une semaine auparavant. Il s'agit en réalité de deux variétés différentes, explique le gérant du supermarché, qui dit constater "une légère hausse des prix fournisseurs" sur les fruits et légumes du fait d'une "baisse de la production". Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire reconnaît lui aussi une "forte augmentation" des prix de certains fruits et légumes frais.

"Faites-leur de la pub : chez Carrefour, le prix au kilo des pommes de terre passe de 1,39€ à 7,50€ en une semaine....", écrit la page "Les Agriculteurs de France", suivie par plus de 100.000 personnes.

Capture d'écran Facebook prise le 13/04/2020

"Des voleurs et rien pour les producteurs", réagit une internaute dans les commentaires. "Ils se gavent c'est des ordures, profitez de la période c'est honteux", tonne un autre.

En réalité, la publication de la page "Les Agriculteurs de France" est trompeuse : les deux étiquettes – qui comportent la même mention "pomme de terre primeur" – ne correspondent pas au même produit, selon la direction du supermarché.

"Il y a une semaine, on a décidé d'arrêter une variété de pommes de terre primeur plus ordinaire, la Celtiane, qui n'était pas locale, pour faire de la pomme de terre de l'île de Ré, car elles viennent d'arriver sur le marché", explique à l'AFP le gérant du supermarché Carrefour, situé à 80km de l'île de Ré.

Sur la première étiquette, le prix au kilo (1,39€) correspond donc à l'ancienne variété primeur, vendue jusqu'au 4 avril, affirme le gérant. La deuxième étiquette montre elle le prix (7,50€/kg) de pommes de terre de l'île de Ré, variété "qui est plus chère car c'est le début de saison et de sa petite production", selon la direction du supermarché.

La récolte des pommes de terre de l'île de Ré a bien démarré fin mars, selon cet article.

"Nous avons toujours en vente une variété de pommes de terre basique, la Agata, à 1,39 le kilo" également, souligne par ailleurs le gérant du supermarché charentais, qui a envoyé à l'AFP une photo de son étal confirmant ses dires.

Photo prise le 13/04/2020 et envoyée par le gérant du Carrefour Market de Pont-L'abbé-D'arnoult (DR)

Les métadonnées de l'image, consultées via l'extension Invid-WeVerify, indiquent que la photo a été prise lundi matin.

Capture d'écran de l'extension Invid-WeVerify prise le 13/04/2020

Le responsable du magasin dit toutefois déplorer "une légère hausse des prix fournisseurs, qui s'explique par une baisse de la production" liée aux mesures de confinement.

"Mes choux-fleurs, par exemple, sont pratiquement à 4 euros le kilo, au lieu de 2-3 euros à cette saison normalement, parce qu'il n'y a personne dans les champs pour récolter. Il y a des producteurs qui veulent même arrêter leur production parce qu'ils ne font pas assez de rendement", avance-t-il.

"C’est vrai, je le reconnais, il y a sur certains fruits et légumes frais une forte augmentation", a d'ailleurs concédé mercredi 8 avril le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Cette hausse des prix s'explique selon lui par "une chose très simple" : "les produits qui venaient de pays européens dans lesquels les produits n'étaient pas forcément de la même qualité, désormais c'est des produits français", a-t-il déclaré.

"Pour faire simple, la fraise gariguette française elle est beaucoup plus chère que la fraise espagnole. Le concombre français il est environ 2 à 3 fois plus cher que le concombre néerlandais, même chose pour la tomate", a-t-il poursuivi, assurant que "ces produits feront l'objet d'une très grande vigilance" de la part du gouvernement.

Nos confrères de France 2 ont consacré un reportage à ce sujet, évoquant notamment une hausse des "coûts de livraison" qui se répercute sur les prix des fruits et légumes en supermarchés.

EDIT : article mis à jour le 13/04 avec date de récolte à l'île de Ré modifiée
Rémi Banet
CORONAVIRUS