Une personne prépare une dose du vaccin anti-Covid AstraZeneca, à Damas en Syrie, le 9 Septembre 2021. ( AFP / LOUAI BESHARA)

Non, les vaccins anti-Covid ne vont pas être remplacés par des médicaments le 20 octobre

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Dans une vidéo partagée plus de 10.000 fois sur Facebook, Silvano Trotta, figure du complotisme, affirme que la campagne de vaccination contre le Covid-19 prendra fin le 20 octobre en Europe, au profit de traitements. Cette affirmation est fausse. Si l'Union Européenne travaille bien sur le développement de médicaments contre le Covid, c'est une stratégie complémentaire aux vaccins.

"Silvano Trotta nous avait déjà balancé l'info en juillet. Ca se concrétise," écrit un internaute en légende d'une publication partagée plus de 10.000 fois sur Facebook depuis le 5 septembre. On la trouve également sur Twitter. Dans la vidéo, il prétend détenir des informations exclusives grâce à "un ami" qui serait "responsable d'un centre de vaccination", affirme que "les vaccins, c'est fini à partir du 20 octobre" et cite plusieurs articles qui prouvent selon lui que "l’Europe lance cinq protocoles, trois protocoles tout de suite, cinq peut-être, de guérison du Covid", concluant ensuite que "comme ces traitements existent, les vaccins expérimentaux n’ont plus lieu d’être, et donc y aura plus de vaccin".

Capture d'écran prise sur Facebook le 9 septembre 2021.

Qui est Silvano Trotta?

Créateur d'une société de télécommunication, Silvano Trotta a d'abord gagné une certaine notoriété en ligne sur sa chaîne YouTube suivie par 175.000 abonnés avant sa suppression au printemps dernier, sur laquelle il parlait des "vérités cachées" sur les ovnis et divers faits d'actualité. Il compte plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur Facebook et sur les réseaux sociaux russes Telegram et VKontakte. Son compte Twitter a également été suspendu. Selon l'observatoire en ligne des théories du complot Conspiracy Watch, qui a dressé son portrait, "c'est surtout à la faveur de la pandémie de Covid-19 que le youtubeur s'est fait connaître d'un plus large public."

L'AFP Factuel avait déjà mentionné Silvano Trotta ici, dans un article revenant sur les fausses affirmations sur les tests RT-PCR dans la vidéo "Hold-Up". Selon Le Monde, "l’idée d’être taxé de conspirationniste ne l’offusque d’ailleurs pas."

Vaccins et traitements: des stratégies complémentaires

"Les vaccins c'est fini à partir du 20 octobre. Pourquoi? Parce que l'Europe lance cinq protocoles, trois protocoles tout de suite, cinq peut-être, de guérison du Covid, des traitements," affirme Silvano Trotta. Il se base sur un communiqué de presse publié par la Commission Européenne le 6 mai 2021 et disponible ici.

Dès le 29 juin 2021, la Commission européenne avait annoncé un "premier portefeuille de cinq traitements qui pourraient bientôt être disponibles pour traiter les patients dans l'ensemble de l'Union Européenne (UE)." En mai 2021, dans un nouveau communiqué, elle précise : "La stratégie comprend des actions et des objectifs clairs, notamment l'autorisation de trois nouveaux traitements pour traiter la Covid-19 d'ici octobre 2021 et éventuellement deux autres d'ici la fin de l'année." 90 millions d'euros ont été investis en recherche et développement pour progressivement mettre en place ces traitements.

Aucun élément n'indique dans le communiqué de presse de la Commission européenne, ou dans l'article d'Euractiv, que Silvano Trotta cite en guise de preuves, que l'arrivée de ces traitements signerait la fin de la campagne de vaccination mise en place à l'échelle européenne. Au contraire, il est écrit dans le communiqué que c'est "en complément de la stratégie de l'UE pour les vaccins, laquelle a fait ses preuves" qu'est proposée la stratégie de traitements. Dans l'article d'Euractiv, il est écrit que "si les vaccins jouent un rôle crucial dans la lutte contre la Covid-19, les traitements sont nécessaires pour limiter le besoin d’hospitalisation, accélérer le temps de guérison, réduire la mortalité et soulager les symptômes durables ou la Covid-19 longue. Ils continueront à jouer un rôle essentiel alors que le coronavirus ne cesse de muter et qu’il reste de nombreuses personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas se faire vacciner."

Selon Margaritis Schinas, vice-président de la Commission Européenne chargé de la promotion du mode de vie européen : "La situation dans de nombreux services de réanimation reste critique partout en Europe. Nous devons nous concentrer à la fois sur les vaccins et les traitements, deux moyens puissants et complémentaires de lutte contre la Covid-19."

Stella Kyriakides, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire note que "les vaccinations sauvent des vies, mais elles ne peuvent pas encore éradiquer la Covid-19. Il nous faut déployer des efforts d'envergure dans le domaine des traitements afin de limiter les besoins d'hospitalisation, d'accélérer les délais de rétablissement et de réduire la mortalité."

S'il est donc bien vrai que l'Union Européenne (UE) encourage le développement de traitements contre le Covid-19, c'est une stratégie qui vient en complément de la stratégie de l'UE sur les vaccins de juin 2020, et il est faux de dire que la vaccination va s'arrêter le 20 octobre.

Concernant le pass sanitaire, Silvano Trotta affirme qu'il disparaîtra en octobre également avec la prétendue fin de la campagne de vaccination. Dans le cadre du régime de sortie de l'état d'urgence sanitaire, mis en place par la loi du 31 mai 2021 jusqu'au 30 septembre 2021, et prolongé jusqu'au 15 novembre 2021, le pass sanitaire peut désormais être imposé jusqu'au 15 novembre 2021.

Une autorisation de mise sur le marché "conditionnelle" ne signifie pas que les vaccins sont "expérimentaux"

Le complotiste qualifie également des vaccins d'"expérimentaux". Comme bien d'autres diffuseurs de désinformation vaccinale, il cherche à montrer que les vaccins auraient été lancés sans précaution, le terme "expérimentaux" se voulant volontairement anxiogène. L'AFP Factuel a déjà expliqué dans plusieurs articles que cela était trompeur, comme ici ou . En Europe, les vaccins ont reçu de la part de l'Agence européennes des médicaments (AEM) des autorisations de mises sur le marché (AMM) dites conditionnelles.

Comme expliqué sur le site de l'AEM, l'AMM conditionnelle permet "aux régulateurs d'approuver un médicament rapidement et d'une façon pragmatique quand il y a un besoin urgent". Cette procédure accélérée "permet l’autorisation de médicaments qui répondent à un besoin médical non satisfait avant que des données à long terme sur l'efficacité et la sécurité ne soient disponibles", détaille pour sa part l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) compétente sur le territoire français.

Les autorités se sont en effet essentiellement fondées sur les essais cliniques de phase 3, dont les résultats publiés l'hiver dernier ont été jugés assez solides et convaincants pour autoriser les vaccins anti-Covid, mais elles continuent à recevoir et analyser de nombreuses données issues de ces essais ou des campagnes de vaccination en "vie réelle". "L'AMM conditionnelle rassemble tous les verrous de contrôles d'une autorisation de mise sur le marché standard pour garantir un niveau élevé de sécurité pour les patients",précise l'ANSM.

COVID-19