Unité de soins intensifs pour patients Covid au CHU de Strasbourg le 28 juillet 2021. ( AFP / FREDERICK FLORIN)

Covid à l'hôpital, vaccination: attention aux contre-vérités d'une "infirmière"

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Lors d'une manifestation à Lyon, une "infirmière" a soutenu qu'il n'y avait plus de cas de Covid-19 dans les hôpitaux "depuis six mois" et que la vaccination avait fait 18.000 morts en France. Ces affirmations, abondamment relayées sur les réseaux sociaux, sont contredites par les données locales comme régionales sur l'épidémie, et reposent, s'agissant des décès, sur une interprétation mensongère d'une base de données européenne.

"Le Covid, c'est fini, on n'en a plus": ce diagnostic sans appel est livré, micro en main, par une femme en blouse blanche lors d'un récent rassemblement à Lyon contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants.

"Ca fait plus de six mois qu’on n’a pas un cas de Covid dans un des hôpitaux", ajoute celle qui est présentée, dans différentes publications (dont celle-ci), comme une "infirmière" sans préciser si elle parle de Lyon, de sa région ou de l'ensemble du pays.

Selon elle, le véritable péril sanitaire proviendrait en réalité de la vaccination anti-Covid qui, non seulement, "ne protège pas du virus" mais provoquerait en outre, une cascade d'effets secondaires gravissimes. "On a en France aujourd’hui 18.000 morts du vaccin", clame-t-elle, en écho à de nombreuses publications "antivax" sur les réseaux sociaux.

Partagées plusieurs milliers de fois depuis le 26 juillet et globalement saluées dans la section des commentaires, ces affirmations sont toutefois mensongères : si elles ont fluctué au gré des vagues épidémiques, les hospitalisations liées au Covid-19 se sont poursuivies au cours des six derniers mois et jusqu'à très récemment à Lyon, en Rhône-Alpes ou dans l'ensemble du pays, selon les données officielles.

Quant au chiffre de 18.000, il fait référence à des décès survenus après la vaccination non pas en France mais en Europe et sans que les autorités sanitaires n'aient, à ce stade, établi un lien de causalité entre ces morts et les injections.

Une oratrice mystère

La publication Facebook que nous examinons est avare de détails sur l'identité et l'emploi exact de l'oratrice, mais aussi sur la date et le lieu où la vidéo a été tournée.

A partir de la forme des immeubles visibles sur la vidéo, on peut toutefois conclure que ce rassemblement a eu lieu sur le parvis Renée-Richard à Lyon où plusieurs collectifs avaient appelé à se mobiliser samedi 24 juillet, dans le cadre d'une journée nationale d'action contre le nouveau tour de vis sanitaire de l'exécutif.

Capture d'écran de Google Street View datant de décembre 2019.

Aucun élément dans la publication ne permet d'affirmer avec certitude que l'oratrice est bien une infirmière en exercice ou de déterminer dans quel établissement elle travaillerait. Récemment, AFP Factuel a consacré un article aux contre-vérités très virales relayées sur Facebook par une femme se présentant, sans plus de précisions, comme étant "Claire, infirmière".

Plus de cas de Covid à l'hopital depuis six mois - faux

Dans la vidéo qui nous intéresse, on ne sait donc pas si cette "infirmière" exerce à Lyon, en Rhône-Alpes ou ailleurs en France mais une chose est sûre: l'affirmation --spectaculaire-- selon laquelle il n'y aurait plus de cas de Covid à l'hôpital est contredite par toutes les données actuellement disponibles.

Au niveau local, si on se réfère aux dernières données en date des Hospices civils de Lyon (HCL), qui regroupent notamment les principaux hôpitaux de l'agglomération, il y avait 103 malades du Covid hospitalisés au 15 juin dans les établissements du Rhône.

Un graphique des HCL montre par ailleurs que les hospitalisations de patients Covid ont été constantes au cours des six derniers mois, passant notamment de 333 au 25 janvier à 520 au 19 avril avant d'entamer une lente décrue.

"Des patients Covid, il y en a toujours eu depuis le début de cette pandémie", confirme à l'AFP la Dr Hodane Yonis, cheffe de service adjointe en réanimation à l’hôpital de la Croix-Rousse, un des quatre grands pôles des HCL, jointe par l'AFP le 29 juillet.

"On n’a jamais eu zéro patients Covid hospitalisés", ajoute-t-elle, tout en soulignant l'existence de fortes fluctuations. "Après la première vague, l’été dernier, ça s’est vraiment écroulé, on a eu une accalmie très nette. Mais depuis la 2e vague, les entrées ne se sont jamais arrêtées avec bien sûr un rebond au moment des pics. Et là, on a l’impression que ça revient un peu plus".

Si on se réfère cette fois à la région Rhône-Alpes, les chiffres au 22 juillet montrent là aussi qu'il y avait encore actuellement plus de 500 malades du Covid-19 hospitalisés et que leur nombre a même augmenté de 13% du 12 au 18 juillet (28e semaine de l'année), selon l'Agence régionale de santé.

Dans une autre vidéo publiée sur Twitter le 28 juillet et possiblement tournée lors du rassemblement à Lyon, une autre femme qui dit être infirmière à l'hôpital Saint-Claude dans le Haut-Jura affirme elle aussi que son établissement n'a plus de patient Covid "depuis au moins six mois" et que sa région ne compte plus aucun "cas positif" de Covid.

Plusieurs éléments viennent là encore contredire cette double affirmation.

Contactés par l'AFP, les établissements de la Communauté Hospitalière Jura Sud ont d'abord tenu à démentir "formellement" les propos de cette infirmière, assurant que "la situation épidémique sur le secteur ne correspond absolument pas à la description qui en est faite".

Selon leur communiqué, "il n’y a plus de patient Covid depuis le 6 juillet" et non pas depuis six mois et "l’hôpital et ses personnels ont été sollicités et le sont encore pour des tests Covid, et au cas par cas pour des prises en charge de patients Covid".

Contrairement à ce qu'affirme cette infirmière, l'unité Covid de l'hôpital de Saint-Claude était par ailleurs "de nouveau pleine" à la mi-avril, selon un article du Progrès (accès payant).

Il est par tout aussi faux de clamer que le Jura ne compte plus aucune contamination : le taux d'incidence et de positivité des tests y est même un des plus élevés de toute la région, selon les dernières données en date de l'ARS.

La vaccination a fait 18.000 morts en France - Faux

L'oratrice ne cite pas ses sources, mais ce chiffre de 18.000 fait référence à un faux "bilan" de la vaccination anti-Covid qui circule activement sur les réseaux sociaux et qu'AFP Factuel a démonté à de nombreuses reprises (ici, ou encore ).

La première erreur commise par "l'infirmière" tient au fait que ce chiffre est issu d'une base de données couvrant l'Espace économique européen (UE+3 pays) et pas simplement la France.

La seconde tient à au fait que ce chiffre repose sur une interprétation trompeuse de ces données qui recensent les effets secondaires signalés après la vaccination mais pas nécessairement liés à la vaccination, comme le rappelle l'Agence européenne des médicaments (AEM)

Ces chiffres sont calculés à partir de la base Eudravigilance de l'AEM , dont le site précise d'emblée que son contenu ne reflète "aucune confirmation d'un lien potentiel entre le médicament et le(s) effet(s) observé(s)".

Cette base de données est alimentée par les signalements de médecins ou de particuliers qui font remonter l'existence d'effets secondaires potentiels apparus plus ou moins longtemps après une injection et sur lesquels les autorités de pharmacologie devront enquêter pour déterminer si un lien peut ou non être établi avec le vaccin.

"Les informations sur ce site font référence à des soupçons d'effets secondaires, c'est-à-dire des évènement médicaux qui ont été observés après l'administration des vaccins contre le Covid-19 mais qui ne sont pas nécessairement liés ou causés par le vaccin", met ainsi en garde l'AEM.

Il n'est donc pas possible d'établir un quelconque bilan de la vaccination en se fondant sur ces chiffres, qu'il n'est d'ailleurs pas pertinent d'additionner parce qu'un même décès peut être comptabilisé plusieurs fois sous différents groupes d'effets secondaires supposés.

Outre ce faux chiffre de 18.000 morts, l'affirmation relayée par l'infirmière selon laquelle la vaccination provoquerait un afflux d'hospitalisations et tuerait même plus que le Covid fait bondir le Dr Yonis.

"Depuis qu’il y a la vaccination, et on a quand même un recul de plusieurs mois, on n’a jamais eu un patient hospitalisé pour un effet secondaire", assure-t-elle. Les établissements de la Communauté Hospitalière Jura Sud assurent eux aussi ne compter aucun "patient hospitalisé suite à la vaccination".

Selon le Dr Yonis, soutenir par ailleurs que la vaccination tue plus que la maladie est "irresponsable". "C’est vraiment choquant et iréel, dit-elle. Moi j’ai envie de dire à cette personne de venir dans mon service et je lui montrerais les dégâts liés au Covid."

29 juillet 2021 Ajoute réaction de l'Hôpital de Saint-Claude
 
Jérémy Tordjman
VACCINS COVID-19