Pass vaccinal : attention, cette photo ne montre pas l'immolation par le feu d'un homme en Italie

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Une publication relayée sur les réseaux sociaux affirme montrer un homme en train de s'immoler par le feu en Italie après avoir reçu une amende "pour défaut de passeport vaccinal pendant son temps de travail dans son bureau". Attention, cette publication est trompeuse : la vidéo en question est un extrait d'une mini-série produite par HBO portant sur l'étudiant tchèque Jan Palach qui s'était s'immolé en 1969 par le feu à Prague pour protester contre l'occupation soviétique.

Tout comme en France, le débat sur le passeport sanitaire, instauré pour tenter de contenir l'épidémie de Covid-19, continue de susciter le débat en Italie où ses opposants, qui dénoncent une mesure "liberticide", expriment leurs réserves et leur indignation sur les réseaux sociaux.

Leur colère s'est concentrée ces derniers jours autour d'une photo, relayée sur Facebook et Twitter et présentée comme l'immolation par le feu d'un homme dans la province italienne de Trévise, désespéré après s'être vu infliger une amende pour "défaut de passeport vaccinal pendant son temps de travail dans son bureau".

"Dictature en Italie : le pass vaccinal fait des ravages...amendes et toutes sortes d'interdictions pour les non-vaccinés ! Pour certains, la vie n'a plus de sens!!", peut-on lire sur une publication Facebook datée du 7 février, renvoyant vers un article du site Planetes360 . "Un autre homme aujourd'hui à Trévise, près de Venise, s'est immolé par le feu à cause d'une amende pour défaut de passeport vaccinal pendant son temps de travail dans son bureau. Deux travailleurs en 5 jours. C'est la dictature en Italie", abonde une autre publication relayée plusieurs milliers de fois sur Twitter.

La photographie est également relayée sur le site internet italien StopCensura qui précise que la scène s'est passée le samedi 5 février à Oderzo. Peu avant 19h, un employé d'un kebab s'est immolé par le feu dans la rue, s'aspergeant le corps d'une bouteille remplie d'essence, selon le site internet. "L'homme, la trentaine, n'avait pas de Pass Vert. Pour cette raison, les carabiniers, après un premier contrôle hier soir, vendredi 4 février, l'ont sanctionné ", peut-on lire. "Il est désormais hospitalisé dans un état grave mais pas en danger de mort."

Attention : la photographie, qui montre une personne entourée de flammes dans une rue pavée devant quatre passants, est en fait un extrait d'une mini série portant sur l'immolation d'un étudiant tchèque en 1969 à Prague pour protester contre l'occupation soviétique, comme le montre une rapide recherche Google par image inversée. Contrairement à ce qu'affirment l'article et les différentes publications, elle n'a donc aucun lien avec la situation sanitaire actuelle en Italie.

Réalisée par Agnieszka Holland, la série "Sacrifice" a été diffusée le 27 janvier 2013 sur HBO Europe. On retrouve la photo relayée ces derniers jours sur les réseaux sociaux dans plusieurs articles publiés au moment de la sortie de la mini-série, ici ou encore ici, soit plus de huit ans avant la scène qui se serait produite début février près de Venise.

Si la photo n'a aucun lien avec la situation actuelle en Italie, un homme s'est toutefois bien immolé par le feu début février à Oderzo selon plusieurs articles de la presse transalpine (ici ou ici).

Aucune photo de la scène n'a toutefois été publiée dans ces articles.

Une autre vidéo montrant un homme en feu avait circulé la semaine dernière sur les réseaux sociaux. Selon plusieurs publications, il s'agissait d'un professeur ayant perdu son travail à cause des restrictions sanitaires. La raison de son geste a toutefois été rapidement démentie à la fois par l'établissement scolaire et par sa famille.

Premier pays européen à être touché par l'épidémie de coronavirus au début de l'année 2020, l'Italie compte l'un des bilans les plus lourds, avec plus de 143.000 morts.

Après avoir durci ses mesures sanitaires à l'été 2021, le gouvernement italien a décidé début février 2022 d'alléger plusieurs restrictions anti-Covid, notamment dans les écoles, et le Premier ministre Mario Draghi a promis de "poursuivre dans les semaines à venir la politique de réouverture" dans la péninsule.

Dans le domaine du tourisme, l'exécutif italien a également annoncé que les visiteurs venant de pays dont les règles vaccinales sont différentes de celles en vigueur en Italie pourraient accéder avec un simple pass sanitaire (pour lequel suffit un test négatif) aux hôtels et restaurants ainsi qu'à tous les endroits où un pass vaccinal est normalement exigé.

Selon les chiffres officiels, près de 88% de la population italienne âgée de plus de 12 ans est vaccinée et quelque 34 millions de personnes ont reçu la troisième dose.

COVID-19 VACCINS