Les ours polaires sont bien menacés par le réchauffement climatique

  • Publié le 07 décembre 2023 à 17:19
  • Mis à jour le 08 décembre 2023 à 12:53
  • Lecture : 3 min
  • Par : AFP France
Contrairement à ce qu’affirment les climatosceptiques, qui évoquent une stabilité voire une hausse des populations d’ours polaires, ceux-ci sont menacés de disparaître en raison de la fonte accélérée des glaces de l'Arctique. S'il est presque impossible de connaître précisément leur nombre, la communauté scientifique les classe depuis des années parmi les espèces vulnérables face au changement climatique qui fragilise leur habitat.

Vulnérables

Les ours polaires sont depuis 1982 sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui regroupe des centaines d'experts spécialistes des questions de biodiversité, des ONG et des organismes publics.

Ils apparaissent aussi à l’Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites).

Nombre exact difficile à établir

L'UICN estime que la population d'ours polaires s'élevait en 2015 à environ 26.000 (Source : relevés UICN). Il s’agit de la moyenne d’une fourchette de 22.000 à 31.000.

Car tracer les déplacements de ces animaux vivant au pôle Nord est difficile, onéreux et parfois dangereux, et il est très difficile, voire impossible, de connaître précisément leur nombre.

Steven Amstrup, zoologiste du groupe de chercheurs Polar Bears International

Impossible aussi de connaître précisément l’évolution de la population : par exemple "il n'existe aucune donnée fiable pour estimer le nombre d'ours polaires dans les années 1950", souligne Dag Vongraven, chercheur au Norwegian Polar Institute et ex-président du groupe spécialisé sur les ours blancs et en charge de leur recensement, le Polar Bear Specialist Group (PBSG), qui dépend de l'UICN.

Ainsi, "si vous tracez l'évolution de la population globale à travers le temps, la courbe peut sembler exponentielle. Mais cette représentation rend plus compte de l'amélioration du recensement plutôt que de l'accroissement des mammifères en nombre", explique Steven Amstrup.

La fonte de la banquise menace les ours polaires

Ces plantigrades dépendent de la banquise, où ils chassent le phoque, base de leur alimentation. Or, les glaces fondent et l'Arctique se réchauffe jusqu'à quatre fois plus vite que le reste du monde (Source : étude d’août 2022 publiée dans la revue Nature).

Sian Henly, chercheuse de l'université d'Edimbourg, spécialiste de l'étude de l'océan polaire

De nombreuses études ont montré comment le changement climatique et le rétrécissement de la glace de mer constituent une menace pour les ours polaires et leur habitat.

Les Nations unies ont aussi largement documenté la fonte de la glace de mer via les travaux du Giec.

Une étude du gouvernement du Nunavut publiée en décembre 2022 a quant à elle montré que les ours polaires de la partie ouest de la baie d'Hudson, dans le nord du Canada, disparaissaient rapidement.

Image
Carte des sous-populations d'ours polaires et de leur tendance d'évolution sur la dernière génération, estimations de l'évolution de la population d'ours d'ici 2100 et comparaison avec les autres espèces d'ursidés ( DAVID LORY, VALENTIN RAKOVSKY / AFP)

Archives des liens de cette fiche :

Liste rouge de l'UICN

Annexe 2 de la Convention Cites

Relevés UICN

Steven Amstrup

Polar Bears International

Dag Vongraven

Norwegian Polar Institute

Polar Bear Specialist Group

Etude Nature

Sian Henley

Changement climatique

Rétrécissement de la glace de mer

Menace pour les ours polaires

Giec

Etude du gouvernement du Nunavut

Retrouvez les articles de vérification de l'AFP sur les ours polaires face au réchauffement climatique :

Les ours polaires sont bien menacés par le réchauffement climatique

Ours polaires et montée des eaux... Le vrai du faux d'une publication virale sur le climat

8 décembre 2023 Ajoute en bas de fiche liens archivés et liens vers les articles de l'AFP sur le sujet des ours polaires face au réchauffement climatique

Vous souhaitez que l'AFP vérifie une information?

Nous contacter