Un message animé de soutien à Israël n'a pas écrasé un message pour l'Ukraine sur un panneau à New York

Les Etats-Unis sont un soutien historique d'Israël, affichant un appui sans faille depuis l'attaque perpétrée par le Hamas le 7 octobre et la riposte d'Israël à Gaza, qui fait de nombreuses victimes civiles. Washington est aussi l'un des principaux soutien de l'Ukraine depuis l'invasion russe débutée en février 2022. Ces deux conflits suscitent un flot permanent de désinformation sur les réseaux sociaux. Ainsi par exemple, une vidéo circulant en novembre 2023 montre un panneau publicitaire lumineux animé, à New York, sur lequel un message de soutien et un drapeau ukrainien sont "écrasés" par l'apparition d'un message de soutien à Israël et un drapeau israélien. Selon les internautes qui partagent ces images, cela viendrait montrer la versatilité supposée des prises de position diplomatiques occidentales, soit une façon de les relativiser voire de les ridiculiser. Mais cette animation n'a jamais été diffusée sur ce panneau.

"Israël a évincé l'Ukraine d'un panneau d'affichage", affirme un internaute dans un message sur Facebook.

"La publicité [...] du drapeau ukrainien est remplacée par la publicité du drapeau israélien aussi rapidement que les priorités de la propagande occidentale changent", assure-t-il dans son message (archivé ici), où l'on voit la vidéo d'un panneau publicitaire lumineux d'une ville qu'il présente comme New York. On y voit un message "Stand with Ukraine" ("soutien à l'Ukraine") se faire écraser progressivement par un "Stand with Israel". De même, un drapeau ukrainien est progressivement remplacé par un drapeau israélien.

Cette vidéo a été partagée dans plusieurs langues et sur plusieurs plateformes, en français (ici ou ici), en anglais (ici ou ici) ou en allemand (ici).

Image
Capture d'écran Facebook réalisée le 15 novembre 2023

En surimpression sur certaines de ces vidéos apparaît une adresse internet raccourcie "t.me/bye_Biden".

Le lien renvoie vers un compte de la messagerie Telegram en russe, qui compte plus de 80.000 abonnés et qui affirme fournir "des histoires fascinantes sur la vie à l'Ouest" et diffusant notamment des messages hostiles à l'Occident et l'Ukraine, ou les tournant en ridicule. Le compte a diffusé le 13 novembre la vidéo, accompagné du texte suivant: "Israël a littéralement déplacé l'Ukraine. Les panneaux d'affichage ont changé l'ordre du jour : il faut désormais aimer Israël" (archivé ici).

Image
Capture d'une chaîne Telegram réalisée le 15 novembre 2023.

Sur la vidéo, il est possible de lire le nom d'un restaurant, le "Majestic Delicatessen". En faisant une recherche sur Google, on peut trouver l'adresse de ce restaurant à New York au croisement de la 50ème rue et de la 7ème avenue, dans le quartier de Times Square à Manhattan, célèbre pour ses nombreux panneaux publicitaires lumineux.

En vérifiant avec l'outil Google Street View, on constate que l'endroit montré sur la vidéo existe réellement et qu'il y a bien un panneau publicitaire lumineux, ainsi que des panneaux publicitaires fixes en dessous.

Outre le nom du restaurant, plusieurs indices concordent, comme le nom du propriétaire du panneau qui est affiché, l'entreprise "Clear Channel". La prise de vue de Google Street View date du mois d'août 2022, donc les panneaux publicitaires ne peuvent pas correspondre aux images que nous vérifions. Ils font la promotion d'un film sorti en août 2022, "Beast".

Sur la vidéo circulant sur Facebook, c'est une publicité pour un autre film, "Trolls band together", sortant le 17 novembre 2023 aux Etats-Unis (Trolls 3 en français, sorti en octobre).

Image
Capture d'écran de la vidéo circulant sur Facebook réalisée le 15 novembre 2023
Image
Capture d'écran de Google Street View réalisée le 15 novembre 2023

 

 

Sollicitée par l'AFP, l'entreprise Clear Channel, exploitant le panneau, a déclaré qu'un tel message n'avait jamais été diffusé et qu'il s'agit d'un montage.

"La publicité en question est un faux", a déclaré Jason King, un porte-parole de l'entreprise. "Elle n'est pas diffusé et n'a jamais été diffusée sur nos supports", a-t-il ajouté.

Sur certaines version du montage, sur X, il est possible de voir apparaître sur le panneau publicitaire lumineux, après la disparition du message de soutien à Israël, une publicité pour ABC News avec le slogan "Watch the news" ("Regardez les infos"). Une source interne, souhaitant garder l'anonymat, au groupe de média a confirmé à l'AFP qu'il ne s'agissait pas d'une publicité du groupe.

Un journaliste de l'AFP s'est rendu sur place le 14 novembre aux alentours de 17H30 locales (22H30 GMT) et a constaté que les panneaux lumineux n'affichaient qu'une unique publicité pour le film "Trolls".

Image
Photographie des panneaux publicitaires prise le 14 novembre à New York ( AFP)
Image
Photographie des panneaux publicitaires prise le 14 novembre à New York ( AFP)

 

 

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, plusieurs montages ont circulé sur les réseaux sociaux pour accréditer l'idée d'un affaiblissement du soutien occidental à l'Ukraine, comme expliqué par l'AFP ici. Plusieurs de ces publications ont d'ailleurs utilisé des fausses publicités, comme l'AFP l'a montré ici ou ici.

Parfois, ces messages affirment à tort que certains médias occidentaux se sont fait l'écho de ces prétendues marques de lassitude occidentale vis-à-vis de l'Ukraine, en produisant de faux articles par exemple, comme expliqué ici.

Les services de l'Etat français, l'organisation EU Disinfo Lab ou encore Meta ont identifié ce phénomène d'usurpation de l'identité visuelle de certains médias à des fins de propagation de messages hostiles à l'Ukraine et donc favorable à la Russie, baptisé "Doppelgänger".

Washington est à la fois un soutien très ferme de l'Ukraine contre la Russie et d'Israël. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi à Washington, drapeau israélien à la main ou noué autour du cou, en réclamant la libération des otages retenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas depuis sa sanglante attaque du 7 octobre.

Les Etats-Unis répètent toutefois que les hôpitaux de Gaza ne doivent pas être le théâtre d'affrontement, tout en accusant le mouvement islamiste Hamas de les utiliser pour des opérations militaires (ce que dément ce dernier).

Au moins 1.200 personnes ont été tuées le 7 octobre par le Hamas en Israël et environ 240 personnes -dont des enfants- emmenées comme otages dans la bande de Gaza, selon les derniers chiffres officiels israéliens, et plus de 11.000 personnes tuées par les attaques menées en représailles à Gaza par Israël, dont une majorité de civils et près de la moitié d’enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas.

De nombreux observateurs ont mis en garde contre le danger pour Kiev de voir l'attention internationale se transférer vers la guerre entre Israël et le Hamas au détriment du conflit ukrainien. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui mis mis en garde contre cette possibilité.

Des responsables américains ont accusé Vladimir Poutine de vouloir tirer profit du conflit au Proche-Orient.

Les autorités françaises ont d'ailleurs dénoncé début novembre une "opération d'ingérence numérique russe contre la France" après que des tags représentant des étoiles de David ont été peints sur plusieurs façades à Paris fin octobre, suscitant une grande émotion en France.

Vous souhaitez que l'AFP vérifie une information?

Nous contacter