Vaccination contre le Covid aux Etats-Unis en juin 2022 ( AFP / JOSEPH PREZIOSO)

Non, il n'y a pas 118.000 décès de jeunes Américains attribués au vaccin Covid

Copyright AFP 2017-2023. Droits de reproduction réservés.

Le Covid-19 a fait plus d'un million de morts aux Etats-Unis, selon les chiffres officiels, ce qui a généré une surmortalité exceptionnelle ces deux dernières années dans le pays. Des publications sur les réseaux sociaux assurent que la vaccination contre le Covid-19 est responsable de cette surmortalité, en particulier chez les jeunes. Mais ces affirmations sont infondées et cette surmortalité est due au Covid lui-même et non pas aux vaccins, ont expliqué les experts interrogés par l'AFP. Les effets indésirables des vaccins sont largement surveillés par les autorités sanitaires dans le monde et ils sont toujours considérés comme sûrs et efficaces.

"Le CDC [les Centres américains de prévention de contrôle des maladies, NDLR] confirme discrètement qu’au moins 118.000 enfants et jeunes adultes sont 'morts subitement' aux États-Unis depuis le lancement des vaccins COVID", titre un billet du site Les DéQodeurs, publié le 8 décembre 2022, laissant entendre qu'un lien est établi entre vaccination et mortalité "subite".

Les DéQodeurs, dont le Q majuscule fait référence à la mouvance conspirationniste d'extrême droite QAnon, a été classé comme média "complotiste francophone" par Conspiracy Watch.

L'expression originale en anglais "Died Suddenly" ("morts subitement") fait référence au titre d'un documentaire américain récent qui multiplie allégations fausses et trompeuses au sujet du vaccin Covid, en particulier l'idée infondée d'une vague de morts subites inexpliquées dues aux injections, comme expliqué dans cet article de vérification de l'AFP.

Les Déqodeurs soulignent que les chiffres des CDC américains montrent qu'il y a eu davantage de morts "excédentaires" chez les 0-44 ans en 2022 qu'à la même période en 2020, "au plus fort de la prétendue épidémie de Covid 19". Un excès de mortalité, c'est le nombre de décès observé par rapport à celui attendu, établi en le comparant aux périodes précédentes, et ajusté en fonction du vieillissement démographique.

Les CDC, agences de santé publiques fédérales, sont régulièrement la cible de fausses informations qui ont déjà fait l'objet de plusieurs articles de vérification par l'AFP (1, 2, 3).

Capture d'écran du site lesdeqodeurs.fr le 9 décembre 2022

Dès le jour de sa publication, le billet a été très diffusé sur Twitter, notamment par l'ex-sénateur de Paris Yves Pozzo di Borgo, dont la publication a été partagée des centaines de fois. M. Pozzo di Borgo a déjà relayé des informations trompeuses, sur lesquelles l'AFP avait rédigé des articles de vérification, sur la vaccination en Allemagne ou encore sur l'application StopCovid.

Selon le logiciel de mesure d'audience sur les réseaux sociaux Crowdtangle, au 12 décembre, il a été partagé quelque 200 fois sur Facebook, notamment sur le groupe "Non au pass vaccinal", qui compte 21.000 membres.

Capture d'écran du site The exposé le 9 décembre 2022

Le texte des Déqodeurs est une traduction d'un texte publié par un site britannique, The Exposé, le 30 novembre. Quelques jours plus tôt, le 24 novembre, le même site, fréquent relais d'allégations trompeuses sur le Covid, avait publié un article assurant que "au moins 1,1 million d'Américains" étaient "morts subitement" depuis le début de la campagne de vaccination contre le Covid, laissant entendre qu'il y avait un lien entre vaccin et décès.

The Exposé s'appuie sur des tableaux publiés par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) qui montrent une surmortalité en 2021 et 2022 chez les plus jeunes (de 0 à 44 ans) aux Etats-Unis par rapport aux années précédentes.

Les chiffres avancés par The Exposé viennent bien de données officielles, et comme l'indique le site, ont bien été transmis par les CDC à l'OCDE, a confirmé le 7 décembre Miguel Gorman, porte-parole de l'OCDE, à l'AFP.

Mais selon lui, il est faux de parler de "morts subites": "Les chiffres montrent le nombre de décès excédentaires de toute cause - subite et autre - pour chaque semaine, en comparaison avec la moyenne attendue", explique M. Gorman.

Au-delà de cet amalgame, The Exposé établit de lui-même un lien causal entre vaccination et mortalité dans son analyse : "cette 'mystérieuse' hausse soudaine qui a contribué à la mort d’un demi-million d’enfants et de jeunes adultes américains depuis la fin de 2020, est très probablement due aux injections de Covid-19", écrit-il.

"En 2022 (jusqu'au 25 septembre), il y a eu 352.000 morts supplémentaires (tous âges confondus) par rapport à la même période sur 2015-2019, et près de la moitié de ces décès sont survenus pendant les dix premières semaines de l'année", insiste quant à lui M. Gorman. Selon les données de l'OCDE, ces semaines sont aussi celles pendant lesquelles le Covid a fait le plus de morts aux Etats-Unis.

"Cet article se focalise sur les morts excédentaires aux Etats-Unis et en conclut qu'ils sont dus aux vaccins sans jamais se demander s'ils ne sont pas en réalité dus à des infections au Covid", décrypte Gene Olinger, professeur à l'Université de Médecine de Boston et conseiller scientifique en chef de l'Institut de recherches en sciences appliquées MRI Global, interrogé le 7 décembre.

Une professeure de médecine à l'Université de Californie à San Francisco et responsable adjointe des maladies infectieuses à l'hôpital général de San Francisco, Monica Gandhi, interviewée le 6 décembre, va dans le même sens: "malheureusement, la mortalité excédentaire que nous avons observée aux Etats-Unis après la campagne de vaccination était sûrement liée à une moindre participation à la vaccination dans le pays que dans d'autres", ajoutant que la mortalité excédentaire était surtout portée par les Etats les moins vaccinés (qui sont aussi souvent ceux qui disposent de moins d'infrastructures médicales).

Par exemple, lors de l'arrivée du variant Delta fin 2021, les Etats-Unis ont enregistré un plus fort taux de mortalité que d'autres pays, selon Monica Gandhi, "avec des taux d'hospitalisation liés au variant Delta selon les Etats inversement proportionnels aux taux de couverture vaccinale".

Selon les CDC, les personnes de 12 ans et plus qui ont reçu une injection de rappel ont un risque de décès 15 fois plus faible qu'une personne non vaccinée.

Aux Etats-Unis, les CDC ont estimé que neufs morts dues à des syndromes thrombotiques thrombocytopéniques étaient liées au vaccin de Johnson & Johnson (appelé Janssen en Europe), soit environ 4 cas pour un million.

En France, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) écrit au 28 novembre dans son dernier rapport global sur le suivi des cas d'effets indésirables, disponible sur cette page: "Concernant les cas de décès déclarés, les éléments transmis n’indiquent pas un rôle potentiel du vaccin. Ces événements continueront de faire l’objet d’une surveillance spécifique".

Jusqu'à présent, selon les données des agences officielles mondiales, la pandémie de Covid a causé la mort de 6,6 millions de personnes, dont plus d'un million aux Etats-Unis.

Les autorités sanitaires du monde entier continuent de surveiller les effets secondaires liés à la vaccination anti-Covid. Plusieurs études se sont ainsi penchées sur des troubles cardiaques, très rares et, la plupart du temps, sans complications graves, mais ce sujet a été largement exagéré sur les cet article de vérification de l'AFP.

La désinformation au sujet des vaccins anti-Covid est récurrente sur les réseaux sociaux, en France notamment, et consiste souvent à laisser entendre qu'il y a un lien de causalité entre vaccination et décès, en interprétant de façon erronée les données de pharmacovigilance des autorités sanitaires.

L'AFP a consacré de très nombreux articles de vérification à ce sujet, comme ici par exemple.

Comme expliqué par les différentes autorités de santé depuis le début des campagnes de vaccination, les données figurant dans les bases de pharmacovigilance destinées à surveiller de potentiel effets indésirables des vaccins ne supposent pas de lien entre le décès et l'injection. Seule une analyse médicale approfondie peut établir un lien, le cas échéant.

Traduction et adaptation :
 

Julie Pacorel

COVID-19 VACCINS