Des réfugiés ukrainiens incendient une maison mise à leur disposition en Allemagne ? C'est faux

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Une maison incendiée par des réfugiés ukrainiens en Allemagne ? C'est ce que prétendent des publications relayées sur Facebook et Twitter, tantôt assorties de la capture d'écran d'un article, tantôt d'une vidéo, tous deux attribués au journal allemand BILD. Ces images ont cependant été détournées de leur contexte initial : elles sont en partie issues de la vidéo d'un incendie survenu en Allemagne en 2013, bien avant le déclenchement du conflit russo-ukrainien. Le tabloïd BILD a confirmé à l'AFP ne pas être à l'origine de la diffusion de ce contenu et la police du Saxe-Anhalt, land dans lequel le feu se serait produit, n'a jamais constaté un tel incident.

"En essayant de brûler le drapeau russe, des réfugiés ukrainiens en Allemagne brûlent une maison mise à leur disposition", peut-on lire en légende d'une publication mise en ligne le 19 mai sur Facebook (1) et Twitter (2), accompagnée de la capture d'écran d'un article attribué au média allemand BILD.

Des messages similaires circulent sur les réseaux sociaux (3,4) assortis d'une vidéo reprenant, elle aussi, les codes du tabloïd.

Datées du 10 mai 2022, ces images prétendent montrer un drapeau russe en feu et l'interview d'une jeune allemande accablée par la destruction de sa maison à Wulfen, dans l'Est de l'Allemagne.

Capture d'écran prise sur Facebook le 30 mai 2022 ( AFP / )
Capture d'écran prise sur Facebook le 30 mai 2022 ( AFP / )

 

 

Relayées en français, notamment par des partisans revendiqués du mouvement politique d'extrême droite Reconquête et du Rassemblement national, ces publications ont également été partagées en allemand (1,2,3), en russe (4) et en bulgare (5), à l'heure où 6.659.220 Ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion russe le 24 février 2022, selon les chiffres du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR).

Ces images prêtées au journal BILD ont toutefois été détournées de leur contexte initial : elles ont fait l'objet d'un montage, réalisé à partir de la vidéo d'un incendie tournée en 2013 et celle d'une interview publiée en 2021, bien avant l'accueil par l'Allemagne de déplacés ukrainiens victimes du conflit.

Contacté par l'AFP, le tabloïd a confirmé ne pas être à l'origine de la diffusion de ce contenu. Par ailleurs, la police du Saxe-Anhalt, lieu où l'incendie se serait déroulé, a déclaré à l'AFP ne pas avoir connaissance d'un tel départ de feu causé par des réfugiés ukrainiens.

Un faux article de BILD

La capture d'écran relayée sur les réseaux sociaux est présentée comme un article du tabloïd BILD. Elle reprend son logo, sa charte graphique et sa police d'écriture.

Cependant, une recherche d'image inversée sur Google permet de retrouver l'extrait vidéo dans lequel figure les images d'origine de l'incendie, utilisées comme illustration.

Elles ne datent pas du mois de mai 2022, mais de 2013, soit près de dix ans avant le déclenchement du conflit entre l'Ukraine et la Russie. Elles ont précisément été mises en ligne sur YouTube le 18 juillet 2013 accompagnées par ce titre : "Une maison brûle à Walluf, Allemagne."

A l'époque, un média local allemand rapporte également cet événement dans un article publié le 19 juillet 2013.

Le site web d'information fait alors état d'un incendie survenu à proximité de Walluf, situé dans l'Ouest de l'Allemagne, et non pas à Wulfen comme indiqué dans les publications, situé à l'Est du pays.

 

 

En complément de ces recherches menées par l'AFP, le rédacteur en chef adjoint du journal BILD Timo Lokoschat a déclaré sur Twitter, le 17 mai 2022 : "La vérité est que BILD n'a jamais écrit cet article." La capture d'écran est fausse, a-t-il ajouté.

Un porte-parole du média a confirmé ces informations à l'AFP par téléphone, le 20 mai 2022.

Enfin, le service de police d'Anhalt-Bitterfeld, basé dans la zone où se trouve la ville de Wulfen en Saxe-Anhalt, n'a signalé aucun incendie à la date du 10 mai 2022 (voir ici et ici).

Contactée par l'AFP le 20 mai 2022, une fonctionnaire de ce service a déclaré qu'il n'avait pas connaissance du déclenchement d'un tel incendie, qui aurait été provoqué par des réfugiés ukrainiens.

Un montage vidéo réalisé à partir de vieilles images

Comme l'a assuré le département communication du média BILD à l'AFP, la vidéo d'un incendie relayée avec la même légende que la fausse capture d'écran, est elle aussi erronée : il s'agit en réalité d'un montage réalisé à partir de plusieurs extraits vidéos qui n'ont rien à voir avec le contexte géopolitique actuel.

Dans ce clip, figurent donc la vidéo d'un incendie survenue en 2013 dans l'Ouest de l'Allemagne, mais aussi des images d'un drapeau russe en feu et celles de l'interview d'une jeune femme habitant la maison endommagée.

Sur les images du drapeau russe consumé par les flammes, le nom d'un compte est inscrit en haut à droite de l'écran : "marek415". Ce compte Instagram est celui d'un étudiant de l'Université technique de Prague.

Contacté par l'AFP le 20 mai 2022, Marek Novotný a bien confirmé être l'auteur de ces images : "J'ai enregistré ceci il y a environ deux mois et je l'ai posté sur YouTube et Instagram. Depuis, je l'ai supprimé sur Instagram et je l'ai mis en privé sur YouTube. Je ne veux pas que la vidéo cause plus de dégâts."

Marek Novotný a toutefois accepté de partager le lien vers la vidéo YouTube à l'AFP en demandant de ne pas la diffuser. La description du clip, intitulé "Brûler un drapeau russe avec 500 000 volts", explique que les images ont été enregistrées comme un message de soutien à l'Ukraine, contre la politique menée par Vladimir Poutine.

Pour certifier qu'elles sont identiques, l'AFP a comparé ci-dessous les captures d'écran des images publiées par Marek Novotný, et celles actuellement diffusées sur les réseaux sociaux :

Capture de la publication relayée sur Facebook, le 20 mai 2022 (à gauche) / Capture d'écran des images de Marek Novotný, le 20 mai 2022 (à droite) ( AFP / )

Quant aux images de l'interview d'une jeune femme, accablée par les dégâts causés dans sa maison, une recherche d'image inversée permet de les dater de janvier 2021 : date à laquelle la vidéo a été mise en ligne sur YouTube.

Cet incendie se serait cette fois-ci déroulé en Basse-Saxe, dans le nord de l'Allemagne, comme le précisait à l'époque un article d'RTL publié le 28 janvier 2021.

Cette interview n'a donc aucun lien avec un quelconque incendie causé par des réfugiés ukrainiens en Allemagne.

Capture d'écran prise sur Facebook le 20 mai 2022 (à gauche) / Capture d'écran prise sur YouTube le 20 mai 2022 (à droite) ( AFP / )

Plus de 700 000 déplacés ukrainiens en Allemagne

Ces montages photo et vidéo ont été réalisés et publiés sur les réseaux sociaux dans un contexte où des millions d'Ukrainiens, poussés sur les routes de l'exil par le conflit engagé entre la Russie et l'Ukraine depuis le 24 février 2022, ont gagné des pays européens pour s'y réfugier.

Ainsi, le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) a indiqué le 27 mai 2022 que près de trois millions de réfugiés ukrainiens ont quitté les pays frontaliers de l'Ukraine, où ils avaient afflué après l'invasion russe, pour se déplacer vers d'autres pays européens non voisins.

Un bénévole distribue de la nourriture aux réfugiés ukrainiens à leur arrivée à la gare centrale (Hauptbahnhof) de Berlin, le 14 mars 2022. ( AFP / ODD ANDERSEN)

D'après l'ONU, les plus grands nombres de réfugiés ukrainiens dans les pays non voisins se trouvent en Allemagne, en République tchèque et en Italie.

Au 14 mai 2022, plus de 700 000 personnes fuyant la guerre en Ukraine étaient enregistrés en Allemagne, a par ailleurs rapporté le journal Welt am Sonntag citant des données du ministère de l'Intérieur.

Traduction et adaptation :
Conflit ukrainien