Cette carte montre en réalité le déploiement de la fibre optique en France fin 2019

Des publications partagées plus de 2 000 fois sur Facebook sous-entendent montrer, cartes à l'appui, une corrélation entre le déploiement de la 5G en France et l'épidémie de Covid-19. Mais si des interrogations existent sur les conséquences potentielles de la 5G pour la santé, cette carte montre en réalité le déploiement de la fibre optique au 31 décembre 2019. 

"En rouge, la carte de la progression du virus. Et la bleue, la 5G mise en place. Coïncidence...je pense pas", peut-on lire sur les captures d'écrans partagées (1, 2, 3) . 

Capture d'écran Facebook, prise le 7 avril 2020

La carte de gauche montre bien une estimation du nombre d'infections en France, compilés en se basant sur des chiffres de Santé publique France. Sur la capture d'écran, elle semble montrer des chiffres du 2 avril 2020.

Le dernier bilan en France (le 6 avril au soir), faisait état de 8 911 décès. 

En faisant une capture d'écran de la carte de gauche, puis en effectuant une recherche d'image inversée à partir de cette dernière, on se rend vite compte qu'elle ne représente pas le déploiment de la 5G en France, mais plutôt l'état du déploiement de la fibre optique dans l'hexagone, à la date du 31 décembre 2019, publiée sur le site de l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep). 

Comparaison entre la publication Facebook et la carte disponible sur le site de l'Arcep

L'Arcep propose par ailleurs sur son site une carte des expérimentations 5G en France. 

Capture d'écran du site de l'Arcep, prise le 7 avril 2020

Si de nombreux experts interrogés par l'AFP s'accordent à dire qu'il n'y a pas de corrélation entre le déploiement de la 5G et l'apparition du nouveau coronavirus, il est vrai que cette technologie pose des questions de santé publique et des questions environnementales. En janvier dernier, l'Agence nationale de sécurité sanitaire française déplorait dans un rapport préliminaire un manque de données sur les effets des ondes. 

Par ailleurs les enchères prévues le 21 avril pour départager entre les opérateurs français une partie des bandes de fréquence nécessaires au lancement de la 5G ont été reportées, en raison de l'épidémie de Covid-19, selon l'Arcep.

Sami Acef