Ce texte qui évoque le confinement n'a pas été écrit par C.S. Lewis

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées sur Facebook plusieurs milliers de fois depuis mi-janvier attribuent au célèbre écrivain C.S. Lewis un texte prétendument écrit en 1942, qui fait écho aux restrictions sanitaires actuelles. C'est faux : il s'agit en fait d'un pastiche écrit en 2020, qui circule depuis le début de la pandémie en plusieurs langues.

"Le texte suivant a été écrit en 1942 par C.S. Lewis. C'est fou et perturbant", s'étonne cet internaute belge, qui partage un supposé extrait du roman épistolaire "Lettre de Berlicche" de l'écrivain britannique C.S. Lewis (1898-1963). Il s'agit d'un dialogue entre un "jeune diable" et un "vieux diable", dans lequel ce dernier explique avoir envoyé de nombreuses âmes en enfer grâce à "une maladie". 

"Ils ne s'étreignaient pas, ne se saluaient pas, ils s'éloignaient l'un de l'autre, Ils ont renoncé à tout contact humain et à tout ce qui était humain ! Ils ont manqué d'argent, ils ont perdu leur emploi mais ils ont choisi de craindre pour leur vie", s'exclame le vieux diable, décrivant un monde qui rappelle le nôtre depuis le début de la pandémie de Covid-19 et les restrictions sanitaires en cours dans de nombreux pays. "Ils ont abandonné leur liberté, ils n'ont jamais quitté la maison, ils ne sont allés nulle part. Ils n'ont pas rendu visite à des parents et amis. Le monde est devenu un grand camp de concentration avec des prisonniers volontaires", poursuit le texte, dans un français parfois maladroit. 

Capture d'écran réalisée le 01/02/2021 sur Facebook

En France, une publication similaire a été partagée plus de 5.000 fois depuis le 15 janvier. Mais le texte circule depuis plusieurs mois dans d'autres langues et a déjà été vérifié par l'AFP, notamment en néerlandais, en espagnol et en tchèque

Certaines publications, comme celle citée ci-dessus, sont accompagnées d'une illustration évoquant la légende du joueur de flûte de Hamelin, qui avait ensorcelé grâce à sa flûte tous les enfants de ce village allemand. Sur cette image, les enfants portent tous un masque. 

En commentaire de ces publications, plusieurs internautes font le rapprochement avec la pandémie de Covid-19, alors que plusieurs pays européens dont la Belgique ont fermé leurs frontières et que la France est menacée d'un nouveau confinement

Captures d'écran réalisées le 01/02/2021 sur Facebook

C.S. Lewis est un écrivain britannique, auteur notamment de la saga Le Monde de Narnia, qui a connu un succès mondial et a été adaptée au cinéma. Le titre "Lettres de Berlicche", dont parlent les internautes, est en fait une traduction littérale du titre italien de son livre "Tactique du diable", publié en 1942. 

Un pastiche écrit en 2020 

Ce roman épistolaire, qui porte le titre "The Screwtape Letters" en anglais, raconte les conseils donnés par un vieux démon à un jeune diable qui cherche à mettre en péril la foi d'un jeune chrétien.

La version originale de la "Tactique du diable" est disponible ici en PDF. Une recherche avec les mots "peur", "maladie" ou "malades" en anglais ne mène à aucun dialogue similaire à celui partagé dans ces publications.

En tapant cet extrait dans un moteur de recherche, on le retrouve sur le blog de l'Union des Militaires Chrétiens de France.  L'article, publié le 6 mai 2020, contient une mention qui explique que "Cette publication n'est pas réellement de CS Lewis", mais aurait été publiée par "un certain Marco Tosatti". 

En effet, on retrouve le dialogue en italien publié le 3 mai 2020 sur le blog de Marco Tosatti, vaticaniste et ancien correspondant de la Stampa au Vatican. En préambule, il est indiqué dans une notice (en bleu) que ce texte a été "offert" par "le professeur Ettore Gotti Tedeschi (...) C'est une précieuse "contrefaçon d'auteur, c'est-à-dire quelque chose que Lewis aurait pu écrire mais n'a pas écrit. Et cette perle (de culture, hélas, non authentique) a été offerte à Gotti Tedeschi par un ami écrivain... Mais c'est tout aussi agréable, et malheureusement c'est vraiment une parabole de ce que nous vivons…"

L'extrait apparaît quelques jours avant, le 27 avril 2020, en espagnol dans un article d'opinion, dans lequel le signataire discute du texte, qu'il considère comme une "lettre apocryphe du diable Scrutopo (Screwtape) à son neveu Orugario (Wormwood) sur le Covid"

Selon nos collègues de Snopes, la publication circulait déjà auparavant en anglais et a été publiée pour la première fois sur Facebook le 12 mars 2020. 

Cet extrait est donc un pastiche et non un texte véritablement écrit par Clive Staples Lewis. Il n'apparaît qu'à partir de 2020 et du début de la pandémie de Covid-19. Il a par ailleurs été vérifié dans cette vidéo par William O'Flaherty, expert de C.S. Lewis et animateur d'un site dédié à l'écrivain. Dans cette vidéo, il évoque également deux autres textes faussement attribués à C.S. Lewis. 

La fondation américaine C.S. Lewis a également répertorié sur son site d'autres citations attribuées à tort à l'écrivain britannique. 

De nombreux textes apocryphes et citations inventées circulent depuis le début de la pandémie de coronavirus. En avril, un poème censé avoir été écrit en 1869 circulait sur les réseaux sociaux. Il avait en fait été rédigé en 2020. La Marquise de Sévigné aurait également, selon des internautes, décrit un confinement à Versailles dans une lettre en 1687. En réalité, la lettre circule depuis mai 2020 et a été rédigée dans le cadre d'un concours d'écriture. 

Covid-19