Des membres du personnel médical s'occupent d'un patient infecté par le Covid-19 dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Etterbeek-Ixelles, le 6 avril 2021, à Bruxelles. (AFP / John Thys)

Attention à cette vidéo sur la grippe, utilisée dans le but de minimiser la pandémie de Covid-19

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une publication partagée près de 10.000 fois depuis début mars reprend un reportage daté de 2015 et compare les décès dus à la grippe, particulièrement virulente cette année-là, avec des chiffres de 2021. Si la vidéo de 2015 ne parle que de la grippe saisonnière, le montage partagé tend à minimiser la gravité de la pandémie de Covid-19 en induisant une comparaison trompeuse qui s’appuie en outre sur des chiffres erronés. 

"On nous prend pour des cons !" s'indigne cet internaute qui partage une vidéo reprenant un reportage de la chaîne de radio télévision belge RTL, daté de 2015. Des surtitres ont été ajoutés à la vidéo: : "2015 : 2600 morts par semaine", "2021: 290 morts par semaine". 

Capture d'écran réalisée le 29/04/2021 sur Facebook

Le reportage repris par l'internaute a été diffusé le 5 mars 2015 et est disponible sur le site de RTL. Le présentateur et le journaliste évoquent "2 600 décès par semaine liés à la grippe". "Des morts dues à différentes infections et dans lesquels le virus de la grippe a clairement été un facteur aggravant", ajoute le présentateur. 

Dans les commentaires, les internautes comparent ce chiffre aux prétendus "290 morts par semaine" dus au Covid-19. 

Captures d'écran réalisées le 28/04/2021 sur Facebook

Cette vidéo surtitrée a été partagée plus de 9 900 fois depuis le 6 mars 2021 et continue d'être relayée alors que le monde compte désormais plus de 3 millions de morts dus au Covid-19 et a passé le cap des 1 milliard de doses de vaccin administrées le 24 avril. 

Elle a également fait l'objet d'une vérification de nos collègues de la Libre Belgique. 

En réalité, le chiffre donné dans ce reportage concerne la mortalité générale en Belgique au cours des premières semaines de 2015 et non pas les seuls décès liés à la grippe. De plus, les "290 morts par semaine" de 2021, ajoutés en surtitres, ne correspondent ni au pic, ni à une moyenne des décès liés au coronavirus en Belgique depuis le début de l'épidémie. Celui-ci reste bien plus mortel que le virus de la grippe, ont expliqué plusieurs experts à l'AFP. Ce chiffre de 290 morts ne correspond pas non plus au nombre de décès hebdomadaires liés à la grippe saisonnière en 2021, si faible qu’elle n’a pas atteint le seuil épidémique. 

2 600 décès par semaine début 2015, toute causes confondues 

L'AFP a contacté l'auteur du reportage, qui a expliqué le 27 avril avoir tiré ce chiffre d'une intervention au parlement wallon de Maxime Prévot, alors ministre de la Santé du gouvernement wallon, en mars 2015. Le ministre avait alors déclaré que 15 193 personnes étaient décédées au cours des six premières semaines de l'année 2015. "Ces chiffres sont liés à l’épidémie de grippe de 2015 qui a particulièrement été virulente", avait-il expliqué, selon le journaliste Emiliano Bonfigli. Mais si la mortalité a été gonflée par les décès dus à la pandémie de grippe cette année-là, le chiffre 15 193 recouvre les décès dus à toutes les causes confondues, et non les seuls décès dus à la grippe comme le dit le reportage. 

C'est ce qu'ont confirmé à l'AFP Nathalie Bossuyt et Natalia Bustos Sierra, épidémiologistes à l'Institut de santé publique Sciensano, interrogées le 28 avril 2021 : "Il y a eu au total entre 2 600 et 2 900 décès hebdomadaires toutes causes confondues durant 5 semaines d’affilée (week 5 à 9, 2015) avec un pic en semaine 7. Donc il ne s’agit pas de décès liés à la grippe, mais toutes causes confondues", ont-elles expliqué par e-mail, ajoutant que "cela représentait, au cours de la période du 1er octobre au 15 mai 2015, une surmortalité de 4 014 décès (toutes causes confondues, pas seulement de la grippe)". 

L'office belge de statistique Statbel rapporte, pour la saison 2014/2015, 4 431 décès supplémentaires liés à la grippe et aux pneumopathies, plaçant 2015 "nettement au-dessus des précédentes années 'épidémiques'". Mais les chiffres pourraient être plus importants, ont expliqué Nathalie Bossuyt et Natalia Bustos Sierra à l'AFP : "le nombre de décès spécifiquement dus à la grippe n’est pas facile à estimer en Belgique. Contrairement au Covid-19,  la grippe n’est pas une maladie infectieuse à déclaration obligatoire. Le nombre de décès réels doit être estimé à partir de plusieurs sources de données et échantillons sentinelles (à nombres limités). Le KCE (Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé, ndlr) a estimé que le nombre réel des décès de grippe serait en moyenne 3 fois plus élevé que celui rapporté via les déclarations". 

L'AFP a également interrogé l'infectiologue Yves Van Laethem, qui apparaît dans le reportage et a confirmé le 27 avril 2021 que le chiffre de 2.600 décès par semaine ne représentait pas les seuls décès liés à la grippe. 

L'épidémie de grippe de 2015 a durement touché plusieurs pays d'Europe dont la France, qui a connu une surmortalité hivernale de 18.000 décès cette année-là. Une surmortalité due à la circulation du sous-type A(H3N2), une souche de la grippe qui "avait tellement muté que le vaccin ne protégeait pas complètement" contre cette souche, a expliqué Yves Van Laethem, ajoutant qu'"à l'époque, personne ne prenait de précautions" sanitaires. "Le vaccin grippe avait une efficacité très limitée spécifiquement contre le sous-type A(H3N2), qui circulait majoritairement cet hiver-là", ont confirmé Nathalie Bossuyt et Natalia Bustos Sierra. 

Dans un communiqué de presse publié le 11 février 2021, Sciensano a relevé l'absence d'épidémie de grippe en Belgique cette année, avec un nombre d'échantillons positifs pour la grippe "beaucoup plus faible que les hivers précédents". L'institut explique cela par la mise en place des mesures de prévention et d'hygiène contre le Covid-19, également efficaces contre la grippe et par la similarité entre les symptômes des deux virus, qui rend plus difficile la détection des cas de grippe sur seule base des consultations des médecins généralistes. 

Le Covid-19 est plus mortel que la grippe 

Les internautes comparent les "2 600 décès par semaine" liés à la grippe en 2015 aux "290 décès par semaine" dus au Covid-19 en 2021. Or, si les 2 600 représentent des pics de mortalité en Belgique en 2015, le 290 décès par semaine liés au coronavirus sont, malheureusement, loin des pics de mortalité qu'a connu le pays depuis le début de la pandémie. 

Le site Epistat, animé par Sciensano, rapporte au quotidien les cas, hospitalisations et décès dus au Covid-19. En sélectionnant la période 1er janvier 2021 au 29 avril 2021, on peut voir des pics de décès à 389, 376 ou encore 291 décès par semaine. Mais ces chiffres ne représentent pas la mortalité belge depuis le début de la pandémie. En sélectionnant les chiffres depuis mars 2020, on peut observer que pendant huit semaines, les décès ont dépassé le millier de personnes, avec un pic à 1 980 (semaine 15) lors de la première vague et à 1 435 (semaine 45) lors de la seconde vague de l’épidémie en Belgique. 

En moyenne, il y a eu "407 décès Covid-19 par semaine depuis le début de l'épidémie et jusqu'au 25 avril 2021", ont indiqué Nathalie Bossuyt et Natalia Bustos Sierra. 

Selon les données de Sciensano publiées le 15 janvier 2021, les deux vagues de l'épidémie de Covid-19 et la canicule d'août ont provoqué en 2020 une augmentation de 16% du nombre de décès attendus (17 966 décès en plus) pour la Belgique. "Lors des années 2015 à 2019 nous avons également vécu une surmortalité suite aux canicules et à la grippe, mais avec un pourcentage moyen de 2 % par an. La surmortalité était beaucoup plus modérée", précise Sciensano. 

Le virus du covid tue bien plus que le virus de la grippe, a expliqué Yves Van Laethem, joint par téléphone le 27 avril 2021: "La mortalité liée à la grippe toute seule existe mais elle est relativement limitée. Lors de la deuxième et troisième vague de Covid-19, des gens en bonne santé sont décédés du covid, là où la grippe ne fait quasiment jamais de victime. La grippe n'a pas cette propension à s'attaquer à d'autres organes".  

"La probabilité de mortalité pour la grippe est estimée à moins de 0,1 %, tandis que la probabilité de mortalité de Covid-19 est significativement plus élevée que celle de la grippe (selon l’âge, de près de 3 à 14 fois plus élevé)", ont ajouté Nathalie Bossuyt et et Natalia Bustos Sierra. En moyenne, ont-elles indiqué, "les personnes hospitalisées en raison du Covid-19 ont un risque 2,9 fois plus élevé de mourir pendant leur hospitalisation que les personnes hospitalisées en raison d'une infection grippale". 

Le reportage de RTL repris dans cette vidéo précise bien que les décès rapportés en 2015 sont "liés à la grippe". "La grippe elle-même ne tue pas", ajoute un médecin à 0'57. 

De plus, l'épidémie de grippe dure en général quelques mois, contrairement à la pandémie de coronavirus qui sévit quasiment sans répit depuis plus d'un an

Bien qu'ils soient proches, on ne peut donc pas comparer les deux virus, comme l'explique l'OMS sur son site. L'AFP a par ailleurs vérifié des comparaisons similaires à plusieurs reprises, ici et ici par exemple. 

Dans les commentaires de la vidéo que nous vérifions, certains internautes ont d’ailleurs pointé du doigt cette comparaison trompeuse. 

Captures d'écran réalisées le 29/04/2021 sur Facebook

En Belgique, le Covid-19 avait fait au 29 avril 2021 24 104 morts depuis le début de la pandémie. 

Covid-19