Argile, chlorure de magnésium ou pépins de pamplemousse ne peuvent neutraliser un vaccin

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une publication partagée près de 900 fois depuis avril 2020 et de nouveau relayée sur Facebook récemment, propose de "neutraliser" le vaccin en apposant un cataplasme d’argile verte au point d’injection. L'auteure de la publication conseille également d'absorber du charbon végétal, du chlorure de magnésium ou encore des pépins de pamplemousse afin d'"augmenter les anticorps" et de "détruire les souches vaccinales". Cette publication s'appuie sur une méconnaissance du fonctionnement du vaccin et aucune de ces solutions n'est scientifiquement prouvée, ont expliqué plusieurs experts à l'AFP. 

"En cas d’impossibilité totale d’échapper à un vaccin (ex. chantage professionnel, refus d’entrée dans un centre de formation, etc.), se munir d’argile en pâte et faire un cataplasme d’argile verte, d’une bande de gaze, d’un tissu pour recouvrir et de sparadrap", écrit cette internaute, qui affirme qu'après deux heures, "le vaccin sera absorbé en totalité par l’argile". Pour plus "d'efficacité", elle conseille également de consommer des boissons à base de chlorure de magnésium, censées augmenter les anticorps et "détruire les souches vaccinales", des pépins de pamplemousse et de la vitamine C. Elle affirme également qu'il ne faut "jamais se faire vacciner pendant une épidémie". Enfin, l'internaute partage un lien vers un site de vente en ligne, où l'on peut acheter de l'argile verte. 

Si la publication ne mentionne pas explicitement le vaccin contre Covid-19, plusieurs commentaires y font référence, se demandant comment en annuler les effets.

Capture d'écran réalisée le 4 mai 2021 sur Facebook

Cette publication, publiée le 21 avril 2020, est de nouveau partagée depuis plusieurs semaines, alors que le monde a dépassé le cap des 1 milliard de doses de vaccin anti-Covid distribuées le 24 avril. Mais ce texte circule depuis au moins 2012, ce qui explique la mention dans cet ancien post de la grippe porcine, référence à la pandémie de 2009/2010

Cette publication est accompagnée de deux photos, l'une représentant un livre écrit par un herboriste et l’autre un bol d’argile verte en poudre. 

Les allégations de cette publication, qui propose plusieurs  produits censés "neutraliser" ou "absorber" le vaccin, ne s'appuient sur aucune base scientifique, ont expliqué plusieurs scientifiques à l'AFP. Ce texte contient par ailleurs des confusions qui traduisent une méconnaissance du fonctionnement des vaccins.  

Des produits inefficaces pour "neutraliser" le vaccin 

Selon cette internaute, appliquer un cataplasme d'argile verte pendant deux heures après l'injection permettrait d'absorber le vaccin.

Cette affirmation n'a aucun fondement scientifique a expliqué à l'AFP Pierre Coulie, immunologue et professeur à l'Institut de recherche biomédicale Duve de l'Université catholique de Louvain : "Le vaccin est injecté profondément par voie intramusculaire et on enfonce l'aiguille de 3, 4 centimètres pour arriver au muscle. C'est très loin de la peau, je ne vois pas très bien par quel principe physique on pourrait faire ressortir le produit", a-t-il déclaré le 3 mai 2021, qualifiant cette publication d'"abracadabrantesque".

Les qualités absorbantes et réparatrices de l'argile ont été étudiées dans le cadre de pratiques médicales thérapeutiques, par exemple pour protéger et traiter la peau ou réduire les oedèmes, comme l'expliquent cette revue de littérature scientifique et cette thèse, dont aucune ne parle de vaccins. Certains médicaments, comme le Smecta, sont fabriqués à base d'argile. 

Cependant, l'utilisation d'argile pour absorber un liquide à l'intérieur des muscles "n'est pas du tout sourcée", a expliqué à l'AFP Nathalie Jacobs, professeure en virologie à l'université de Liège, le 27 avril 2021 : "Quel est le mécanisme qui permettrait d’extraire le vaccin sélectivement ? L’argile pomperait le vaccin et non le sang ou les autres ARN cellulaires qui sont beaucoup plus nombreux que les ARN du vaccin", s'est-elle étonnée, soulignant que l'effet de l'argile sur le vaccin n'avait, à sa connaissance, "jamais été testé".

"Je ne vois pas très bien comment le vaccin pourrait ressortir", a abondé Sophie Lucas, présidente de l'institut de Duve, interrogée le 28 avril 2021. 

Aucun des scientifiques interrogés par l'AFP n'avait d'ailleurs eu connaissance d'expériences similaires réalisées sur des chiens ou des bébés, comme le prétend cette publication. 

L'internaute conseille également de prendre une capsule de charbon végétal toutes les 30 minutes pendant une journée, car le charbon absorberait "tout ce qui n'a pas été absorbé par l'argile". Le charbon végétal est en effet utilisé pour absorber des substances toxiques présentes dans l'estomac et les intestins, comme l'explique le site du centre antipoison de Belgique, qui explique cependant qu'il "ne convient pas à toutes les situations" et est "totalement inutile pour certaines substances". 

Administré par voie orale, il ne peut absolument pas absorber un vaccin, a expliqué Sophie Lucas : "la capsule orale va aller dans le tube digestif et n'a aucun effet sur ce qui a été injecté dans un muscle". 

Afin de "stimuler les défenses" immunitaires, l'internaute conseille ensuite de boire du thé à base de chlorure de magnésium, affirmant que "les souches vaccinales seront détruites par l’augmentation énorme de vos propres anticorps". La prise de magnésium permet de compenser d'éventuelles carences. En revanche, il n'est "pas connu pour augmenter la production d’anticorps", a expliqué Nathalie Jacobs. "Il n’y a pas d’'intérêt à augmenter tous les anticorps, cela pourrait être dangereux et créer des phénomènes d’auto-immunité. Ce qu’il faut augmenter, ce sont seulement les anticorps qui reconnaissent le virus et participent à son élimination, ce que font les vaccins", a-t-elle ajouté. 

Le magnésium, les pépins de pamplemousse ou la vitamine C, cités dans cette publication, peuvent stimuler l'immunité au sens large, mais pas de façon spécifique, a confirmé Sophie Lucas, qui indique que l'internaute fait "une confusion majeure". "Les anticorps sont une partie de notre immunité. Le chlorure de magnésium ne peut pas y faire de tort, mais il ne va ni augmenter les anticorps de façon générale, ni les anticorps contre le virus, induits par le vaccin". L'immunologue a estimé "absurde" de suggérer que le chlorure de magnésium "augmente nos anticorps et élimine le vaccin, puisque le rôle du vaccin est précisément d'augmenter nos anticorps". 

Concernant les pépins de pamplemousse, l'auteure de cette publication en conseille la consommation, affirmant qu’il s’agit du "plus puissant antibiotique naturel connu, alors que l’action des antibiotiques conventionnels se limite aux bactéries". Les pépins de pamplemousse ont en effet "une action antioxydante, un mot magique dans ces médecines parallèles", a expliqué Pierre Coulie, "mais entre ça et dire que ça renforcerait votre immunité au point de ne pas vous faire vacciner maintenant, c'est criminel". La comparaison avec les antibiotiques n’a aucun sens dans la mesure où ils n’ont strictement aucun effet contre les virus, mais sont employés contre une série de bactéries, dites pathogènes. 

Et si le pamplemousse a des vertus, sa consommation est déconseillée ou même strictement proscrite pour les personnes soumises à certains traitements médicamenteux (certains médicaments cardiaques, anticancéreux ou antidépresseurs) dont les effets peuvent être réduits ou annulés, ou leur sécurité diminuée.  

Une campagne de vaccination massive permettra de diminuer la transmission du virus 

"Ne jamais se faire vacciner pendant une épidémie, surtout si l’on risque d’être en contact avec des malades. Le risque de contagion et d’aggravation de la maladie devient beaucoup plus important", affirme cette internaute. 

La théorie selon laquelle la vaccination pourrait provoquer une aggravation de la pandémie a déjà été vérifiée par l'AFP à plusieurs reprises. Comme nous l'expliquions dans cet article, une campagne de vaccination rapide et massive permet de limiter le nombre d'infections sévères de coronavirus, de limiter sa transmission et de diminuer le nombre de morts. Laisser le virus circuler librement favoriserait les mutations et donc le risque d'apparition de variants plus infectieux (plus facilement transmissibles) ou plus dangereux.

De même, la vaccination, qui a permis de sauver des millions de personnes, n’est pas plus dangereuse que le Covid-19 et les vaccins à ARN ne génèrent pas de maladies auto-immunes. Et contrairement à ce que certaines publications prétendent, le Covid-19 est bien plus dangereux que la grippe,  comme l'AFP l'a démontré dans plusieurs articles, ici et ici par exemple.

Edit le 05/05/2021: Ajoute précisions de la professeure en virologie Nathalie Jacobs
Covid-19 VACCINS