Non, le Pape n'a pas interdit aux catholiques d'utiliser les vaccins européens et américains contre le Covid-19

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Un message viral attribué au pape François circule sur les réseaux sociaux depuis la fin du mois de mars, après être apparu pour la première fois en avril 2020: le souverain pontife y interdit l'usage vaccins anti-Covid venant d'Europe et d'Amérique du Nord aux catholiques vivant en Afrique. En réalité, il n'existe aucune trace d'une telle déclaration: le pape a au contraire exhorté tous ceux qui le pouvaient à se faire vacciner et a lui-même reçu sa première dose de vaccin en janvier. Dans une note, le Vatican a par ailleurs jugé "moralement acceptable" de recevoir un vaccin contre le Covid-19, quelle que soit sa méthode de fabrication.

"Chers croyants de l'église catholique, n'utilisez jamais ces vaccins [contre le Covid-19] qu'on va envoyer en Afrique" car "quelque chose cloche", intiment plusieurs internautes qui partagent sur Facebook des déclarations attribuées au pape François. Sans préciser pourquoi, les publications sous-entendent que les vaccins européens et nord-américains à destination du continent africain ne seraient pas "bons".

Capture d'écran d'une publication Facebook réalisée le 30 mars 2021

Partagées plus de 1.300 fois depuis avril 2020 (1, 2, 3, 4…), ces publications circulent à nouveau fin mars 2021 sur Facebook (1, 2, 3...). Elles suscitent de nombreux commentaires, certains internautes regrettant que le vaccin contre le coronavirus soit "testé en Afrique", sur "les plus malheureux".

Un "choix éthique" 

Pourtant, le pape François n'a jamais tenu de tels propos: il n'existe aucune trace d'une telle déclaration, ni sur le site du Vatican (en avril 2020 ou plus récemment), ni dans la presse.

Début janvier, le pontife a par ailleurs déclaré que la vaccination contre le Covid-19 était un "choix éthique" indispensable pour protéger la vie des autres, quelques jours avant de se faire vacciner lui-même contre la maladie causée par le virus. Il a même qualifié l'opposition à cette vaccination de "négationnisme suicidaire".

Le chef spirituel des 1,3 milliard de catholiques est considéré comme une personne à risque. A l’âge de 21 ans, en 1957, Jorge Bergoglio, de son nom de naissance, avait souffert d’une pleurésie aiguë et les chirurgiens avaient dû procéder à l’ablation partielle de son poumon droit.

Très actif sur Twitter où il s'exprime en plusieurs langues, par le biais de neuf comptes dédiés, le pape François n'a pas non plus pris la parole sur le sujet en français, langue dans laquelle il est censé avoir fait les déclarations relayées par les publications virales.

Capture d'écran d'une recherche avancée sur Twitter, réalisée le 30 mars 2021

Des messages mentionnant les vaccins anti-Covid ont en revanche été tweetés sur son compte anglophone, et toujours dans des termes très favorables: les vaccins sont l'un des "médicaments dont nous avons besoin à l'heure actuelle" et doivent être distribués "à tous et toutes" sans discrimination, a-t-il expliqué début février puis début mars. 

Capture d'écran d'une recherche avancée sur Twitter, réalisée le 30 mars 2021

Pas d'avis défavorable du Vatican au sujet des vaccins

Dans le sillage du pape François, qui a reçu la première dose du pays, le Vatican a lancé sa campagne de vaccination contre le Covid-19 le 13 janvier

Fin décembre 2020, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi avait publié une note dans laquelle elle analysait la "moralité" de certains vaccins anti-Covid obtenus en utilisant des cellules issues de lignées cellulaires "provenant de deux avortements survenus au siècle dernier", ce qui ne signifie pas que ces vaccins contiennent des cellules humaines

Il est "moralement acceptable" d'accepter ces vaccins anti-Covid-19, a tranché cet organe  chargé de veiller à l’orthodoxie de l’Eglise catholique en matière de doctrine et de mœurs. En conséquence, "tous les vaccins reconnus comme cliniquement sûrs et efficaces peuvent être utilisés", a ajouté la Congrégation, en précisant que ce feu vert ne signifiait pas "une coopération formelle avec l'avortement", dont proviennent les lignées cellulaires mentionnées ci-dessus. 

Capture d'écran du site web du Vatican, réalisée le 31 mars 2021

Distribution égalitaire 

Le Vatican, via les prises de paroles du souverain pontife ou de ses représentants, a pris fermement position à plusieurs reprises en faveur d'une distribution égalitaire des vaccins contre le Covid-19, dans la cité-État comme à travers le monde. 

Dans son message "Urbi et Orbi" à Noël 2020, le pape avait lancé un appel aux "aux responsables des États, des entreprises, aux organismes internationaux" pour qu'ils cherchent et produisent "des vaccins pour tous, spécialement pour les plus vulnérables et les plus nécessiteux de toutes les régions de la planète". 

Fin janvier, le Vatican a ainsi vacciné 25 sans-abris. A l'approche de Pâques, il a également annoncé vouloir vacciner 1.200 personnes "parmi les plus pauvres et les plus marginalisées", selon le média public Vatican News.

Au-delà des frontières du petit État, des représentants du Vatican ont plaidé pour l'accès universel au vaccin contre la maladie liée au Covid-19 au sein de plusieurs grandes institutions mondiales comme l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ou bien l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Deux cardinaux ont même demandé début février au Conseil de sécurité des Nations Unies (UNSC) une réunion extraordinaire sur le sujet

Concernant plus spécifiquement le continent africain, les supérieurs majeurs de la conférence des jésuites d’Afrique et de Madagascar (JCAM) ont appelé, aux côtés de l'Afrique du Sud et de l'Inde, à "suspendre temporairement les brevets et autres droits de propriété intellectuelle sur les médicaments, les tests de diagnostic et les vaccins destinés à la riposte contre la Covid-19". Soulignant, à l'image du pontife, que les vaccins devaient être considérés comme des "biens universels". 

COVID-19