Attention, une loi de 1994 ne dit pas que "le masque porte atteinte à l'intégrité physique de la personne"

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une publication Facebook partagée près d'un millier de fois en France et au Québec depuis le 28 mars prétend qu'un "article [de loi] de 1994" dispose que "le masque porte atteinte à l'intégrité physique de la personne" en conduisant à "l'hypoxie (...) et à l'hypercapnie". C'est faux : l'article de loi ne dit pas cela, et le masque, bien porté, n'entraîne ni manque d'oxygène ni augmentation du CO2 dans le sang.

"Du lourd cet article de 1994 !!!!!", écrit l'auteure de la publication virale.

Capture d'écran Facebook prise le 31/03/2021

"C'est tous ces documents et articles de lois que je conserve en vue de contester les tickets [amendes]", réagit un internaute québécois sous la publication. "C'est dingue c'est des choses qui sont dénoncées depuis le début et pourtant on continue à nous obliger à porter ce foutu masque", commente une autre.

Capture d'écran Facebook prise le 31/03/2021
Capture d'écran Facebook prise le 31/03/2021

 

Le texte de loi cité dans le premier paragraphe du visuel existe bien: il s'agit d'un article du code civil français – et non d'un texte de loi canadien, contrairement à ce que suggèrent plusieurs internautes sous la publication.

Capture d'écran du site legifrance.gouv.fr prise le 31/03/2021

Par ailleurs, cet article (dans son intégralité ci-dessus) ne fait nullement référence au port du masque et à ses prétendus méfaits, contrairement à ce que peut laisser suggérer la publication et à ce qu'affirment certains internautes.

 

Capture d'écran Facebook prise le 31/03/2021

Et pour cause, le port du masque n'entraîne pas un manque d'oxygène dangereux pour la santé, contrairement à ce qu'affirme le visuel.

"Les particules d’oxygène sont extrêmement fines, donc elles passent au travers, et on en a largement assez dans l'air, à partir du moment où on est en bonne santé, pour pouvoir prendre l’oxygène dont on a besoin, masque ou pas masque", expliquait début mars à l'AFP Madiha Ellaffi, pneumologue-allergologue spécialisée en troubles respiratoires du sommeil de l'enfant et de l'adulte.

"D'ailleurs, les chirurgiens qui portent les masques une douzaine d’heures pour une opération ne sont pas morts d’hypoxie", ajoutait-elle, précisant que "l'hypoxie est le terme médical pour dire qu’on a un manque d'apport de sang au niveau des tissus", un symptôme à ne pas confondre avec "l'hypoxémie, (qui) veut dire que c'est dans le sang qu'on manque d'oxygène".

"Les masques ne font pas baisser la saturation [en oxygène], chez les grands et les petits. Nous portons des masques toute la journée sans aucun problème", affirmait également lundi 29 mars à l'AFP le Pr Thomas Geerearts, du Pôle anesthésie réanimation du CHU de Toulouse.

Le Dr Emilio Herrera, professeur de physiopathologie et expert en hypoxie à l'université du Chili à Santiago, a également exclu que les masques de protection puissent entraîner un manque d'oxygène.

"Ils ne peuvent pas générer un manque d'oxygène. Pour cela, il faudrait que le masque soit hermétiquement collé à notre peau. Ce que limite les masques de protection, c'est l'entrée de molécules plus grandes", qui pourraient contenir des traces de virus, a-t-il expliqué.

(Loic Venance / AFP)

Aucun risque non plus d'hypercapnie [augmentation du CO2 dans le sang], selon plusieurs experts interrogés par l'AFP.

"L'utilisation prolongée du masque de protection, y compris le N95 [équivalent du FFP2 en France], n'a pas été reliée à des cas d'empoisonnement au dioxyde de carbone chez les personnes en bonne santé. Si du CO2 s'accumule dans le masque, c'est dans de petites quantités tolérables", expliquait en juin 2020 à l'AFP Vinita Dubey, médecin hygiéniste à l'agence de santé publique de Toronto (Canada).

"Un masque n'est pas un circuit fermé. Presque tout l'air expiré s'échappe du masque donc vous ne respirez pas votre propre CO2", a également assuré à l'AFP le Dr Shane Shapera, directeur du programme des maladies pulmonaires de l'hôpital public de Toronto et enseignant à la faculté de médecine de la ville.

Dans certains cas, "des individus peuvent ressentir de l'inconfort en portant un masque. L'anxiété peut entraîner de l'hyperventilation qui, elle, peut causer des maux de tête et des vertiges", a estimé Mme Dubey.

Mais cette sensation d'inconfort est différente de situations graves comme l'hypoxémie ou l'hypercapnie.

CORONAVIRUS