Non, cette vidéo ne montre pas des Mauritaniens fuyant à la vue d'un Chinois par crainte du coronavirus

La vidéo d’une foule se dispersant soudainement a été présentée par certains internautes comme étant un rassemblement de Mauritaniens courant à la vue d’un Chinois faisant un malaise. Or, cette vidéo existe depuis le mois de juillet 2019 - plusieurs mois avant le début de l’épidémie - et le correspondant de l’AFP en Mauritanie a reconnu ces images, prises il y a six mois au cours d’une manifestation à Nouakchott.

C’est une vidéo cocasse : au cours de ce qui semble être une manifestation, une foule d’hommes en boubou bleu est prise d’un soudain mouvement de panique, et s’enfuit en courant, générant l’hilarité de son auteur. 

“En Mauritanie, un homme, dans la rue, s’est évanoui, des gens se sont rassemblés pour l’aider et ont découvert qu’il était chinois”, lit-on dans la légende de cette vidéo, postée, entre autres, par la page Rumeur du Gabon et ayant récolté 50 partages depuis sa publication le 5 février. 

(Capture d'écran Facebook datée du 7 février )

Cette vidéo a également circulé sur Twitter, avec une légende faisant référence au nouveau coronavirus, pneumonie virale ayant contaminé plus de 31.000 personnes en Chine continentale, et tuant 636 personnes. 

Or, une recherche grâce à l’outil d’analyse de vidéos Invid, co-développé par l’AFP, montre que cette vidéo circule sur internet depuis le 15 juillet 2019 au moins. Bien avant les débuts de l’épidémie du nouveau coronavirus, dont l’OMS a été informée le 31 décembre 2019.

Le correspondant de l’AFP en Mauritanie a formellement reconnu ces images, tournées au cours d’une manifestation à Nouakchott en juillet 2019.

Nous n’avons pas été en mesure de retrouver l’auteur de cette vidéo et le contexte précis de sa prise de vue - mais le fait qu’elle a été publiée sur les réseaux sociaux près de six mois avant l’épidémie du nouveau coronavirus prouve qu’elle n’est en aucun cas liée à la découverte d’une personne qui aurait contracté la maladie. 

Depuis l'apparition du nouveau coronavirus, de nombreuses personnes d'origine asiatique à travers le monde ont dénoncé avoir été victimes de stigmatisation ou de réactions racistes, comme nous l'écrivions dans ces dépêches AFP (1,2,3).

Anne-Sophie Faivre Le Cadre