(AFP / Jim Watson)

Joe Biden admettant "une organisation de fraude électorale" ? Une vidéo tronquée et sortie de son contexte

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications sur Twitter et Facebook, en français comme en anglais, prétendent montrer une vidéo dans laquelle Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle américaine, admet la création d'une vaste "organisation de fraude électorale". Mais cet extrait est tronqué et sorti de son contexte. Le candidat démocrate évoquait dans une interview des conseils et une plateforme d'aide à ceux qui souhaitaient aller voter. 

"C'est arrivé aujourd'hui. Pas de montage. Mais une réalité que (sic) ne sera pas couverte par les médias corrompus. Biden se vante d'une organisation de fraude électorale étendue et inclusive créée par les démocrates", affirme par exemple un internaute.

C'est en ces termes que des internautes relaient en français la vidéo (1, 2, 3). Celle-ci dure 24 secondes et montre le candidat démocrate évoquer la mise en place d'"une organisation de fraude électorale", mais ne montre ni ce qu'il dit avant, ni ce qu'il dit après. 

Leurs publications sont parfois accompagnées d'un article de l'hebdomadaire Valeurs actuelles, paru le 25 octobre et titré "Biden se vante "d'avoir mis en place l'organisation de fraude électorale la plus vaste et la plus inclusive de l'Histoire". 

Dans le premier paragraphe, l'auteur de l'article évoque un lapsus de l'ancien vice-président américain, mais cette description des événements n'apparaît de fait pas dans le titre ou la prévisualisation de l'article (générée automatiquement) lorsqu'il est partagé sur Twitter par exemple. 

Capture d'écran Twitter prise le 5 novembre 2020

Mais auparavant, ce sont notamment des comptes pro-républicains, la porte-parole de la Maison Blanche, et le président américain lui-même, qui ont contribué à faire circuler ce clip sur Twitter. 

Capture d'écran Twitter prise le 5 novembre 2020
Capture d'écran Twitter prise le 5 novembre 2020

 

Qu'a dit exactement Joe Biden ?

Interviewé le 24 octobre dans un podcast présenté par des proches de l'administration Obama, Joe Biden s'adresse à "ceux qui n'ont pas encore voté" (de manière anticipée, NDLR).

Après leur avoir conseillé de préparer un plan de vote pour le jour J grâce au site Iwillvote.com (se renseigner sur son bureau de vote, quand voter, etc...), il dit ceci :  

"We have put together—and you guys did it for President Obama’s administration before this—we have put together I think the most extensive and inclusive voter fraud organization in the history of American politics", qui peut se traduire par "nous avons mis en place - et vous y avez contribué pour l'administration Obama - nous avons mis en place je pense la plus extensive et inclusive organisation de fraude électorale de l'Histoire de la politique américaine". 

Puis il poursuit : "le Président (Donald Trump) essaye de décourager les gens d'aller voter, en insinuant que leur vote ne sera pas pris en compte (...) ne soyez pas intimidés, si vous avez un quelconque problème, appelez le 833-DEMVOTE" (1-833-336-8683 sur un téléphone, NDLR). Or ce numéro est celui d'une plateforme de conseils et d'appels, mise en place sous l'administration Obama, avec l'ambition de lutter contre la discrimnation au vote et d'accompagner ceux qui souhaitent se rendre aux urnes aux Etats-Unis. 

Si des internautes y voient un "lapsus révélateur" de Joe Biden, le fait qu'il prononce cette phrase au milieu d'une intervention pour inciter les gens à aller voter, qu'il fasse référence à ce qui a été "fait pour l'administration Obama", et qu'il mentionne ce numéro, suggère plutôt que le candidat démocrate faisait référence à cette plateforme, qui incite par ailleurs également les internautes à se rendre sur le site Iwillvote.com, comme l'avait fait Biden juste avant de prononcer cette fameuse phrase. 

Nos confrès des Observateurs de France 24 ont également consacré un article à ce sujet. 

Capture d'écran du site democrats.org, prise le 5 novembre 2020

En conclusion, il convient de toujours faire attention lorsqu'une vidéo circulant sur les réseaux sociaux ne contient qu'une seule phrase sans aucun contexte. Il est nécessaire d'essayer de retrouver une vidéo montrant l'intégralité du discours ou de l'interview en question, et de se forger sa propre opinion avec du contexte. 

L'élection américaine n'a toujours pas rendu son verdict. Pour l'instant Joe Biden devance Donald Trump en nombre projeté de grands électeurs, mais plusieurs états n'ont pas encore rendu leur verdict. 

Le président américain Donald Trump a revendiqué dans la nuit de mardi à mercredi avoir "gagné" l'élection alors que le décompte n'est pas achevé dans plusieurs Etats-clés. Plus tôt dans la soirée, il avait prédit une "grande victoire" sur Twitter, accusant, sans apporter de preuve, que les démocrates "essaient de voler l'élection". Il a également lancé plusieurs actions en justice. 

Joe Biden de son côté ne doit plus gagner qu'un ou deux des derniers Etats-clés restant en jeu pour devenir le 46e président américain. Il s'est retenu de revendiquer la victoire comme l'avait fait son adversaire, mais a assuré qu'il était en revanche sûr de l'issue.

Vers 17H00 (heure française), il avait jeudi 253 ou 264 grands électeurs, selon que l'on inclut ou non l'Arizona (11 grands électeurs), considéré comme gagné par deux médias (l'agence AP et Fox News), mais pas par les autres qui estiment l'issue encore incertaine, en raison du nombre de bulletins restant à compter et du resserrement observé jeudi.

Selon les deux cas de figure, il a donc besoin de six ou 17 grands électeurs pour atteindre le nombre requis de 270. Le Nevada (6), la Géorgie (16) ou la Pennsylvanie (20), pourraient rendre leur verdict jeudi.

Élections américaines 2020