( AFP / JOSEPH PREZIOSO)

Attention à ces images qui prétendent montrer au microscope d'inquiétants "objets vivants" dans les vaccins

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des "objets vivants" à "tentacules" dans des fioles de vaccin ? C'est ce qu'affirme une ostéopathe américaine dans une vidéo très partagée, photos à l'appui. Mais les images qu'elle diffuse n'ont aucune valeur scientifique et ne prouvent pas la présence d'objets inquiétants dans les vaccins. Elles montrent très vraisemblablement des poussières ou des défauts du verre de la lamelle utilisée avec un microscope optique, ont expliqué plusieurs chercheurs à l’AFP.

"On nage en plein film de science fiction ? Ils ont collé quoi dans leurs seringues ?", interroge le titre d'une vidéo partagée le 3 octobre sur la plateforme Rumble, vue depuis plus de 105.000 fois.

Selon le logiciel d'analyse des réseaux sociaux Crowdtangle, cette vidéo a été partagée au moins 6.390 fois sur des comptes et pages Facebook publics.

Il s'agit d'un extrait d'une émission sous-titrée en français du podcast "Stew Peters show" dans laquelle le présentateur interroge une "Dr Carrie Madej" qui affirme avoir trouvé des "objets vivants" dans une fiole de vaccin analysée au microscope.

La même vidéo a été partagée des milliers de fois, parfois seule (comme ici, à nouveau sur Rumble), parfois accompagnée d’autres photos prétendant aussi montrer des vaccins analysés au microscope sur Facebook (ici), Odysée (ici), TikTok (ici) ou des sites et blogs (ici).

Des affirmations similaires ont été relayées en anglais (ici et ) ou en polonais (ici) sur les réseaux sociaux.

Capture d'écran Rumble, réalisée le 21/10/2021
Capture d'écran Odysee, réalisée le 20/10/2021

 

 

Qui est Carrie Madej ?

Sur ses comptes Twitter et Instagram, Carrie Madej se présente comme une "médecin ostéopathe" qui "combine médecine traditionnelle et holistique pour des effets optimaux sur la santé", et aussi comme une "enfant de Dieu".

Dans une interview diffusée sur le site de défense de la "médecine alternative" QUAX PODCAST, elle a déclaré être originaire de l'état américain du Michigan, avoir étudié la médecine dans le Missouri, puis avoir suivi une formation dans l'état de Géorgie dans un hôpital de Columbus et à l'université Mercer de Macon. Elle aurait ensuite dirigé un cabinet privé et géré deux cliniques dans le même état jusqu'en 2015.

Selon ce podcast, elle vit actuellement en République Dominicaine, où elle dit faire du bénévolat.

Certaines de ses affirmations au sujet des vaccins, qui altéreraient les gènes, ont déjà fait l'objet d'un article de vérification de l'AFP en janvier 2021. Un autre site de fact-checking polonais, Demagog, avait alors également vérifié ses propos.

Le 29 septembre, elle a été invitée dans l'émission de Stew Peters, épinglée par plusieurs articles de vérification (ici ou ) alors que d'autres intervenants prétendaient déjà analyser le contenu des vaccins anti-Covid.

Dans la séquence partagée sur Rumble, une plateforme de partages de vidéos canadienne, Carrie Madej affirme avoir vu un "objet ou organisme particulier" lors d'une analyse au microscope du vaccin Moderna.

"Je ne sais pas trop comment l'appeler, des tentacules en sortaient... Il était capable de se soulever de la lamelle de verre, semblait conscient de son existence, il flottait hors de la lamelle et bougeait", avance-t-elle.

Lorsque l'interviewer lui demande si cet "organisme" était vivant, Carrie Madej répond qu'il lui "semble que oui, il était capable de reconnaître son environnement, de grandir et bouger..."

"Ce n’est pas quelque chose qu'on nous apprend à l’école de médecine, je n'ai jamais rien vu de pareil dans mon laboratoire. J’ai montré cela à d’autres personnes du domaine, ils savent pas ce que c'est non plus", ajoute-t-elle.

"Il semble que c'est conscient, que ça sait qu’on est en train de le regarder. C’est mon intuition, mon sentiment, mais c'est très perturbant", abonde-t-elle encore, alors qu'apparaît à l'écran une vidéo montrant une photo un peu floue d'un objet filandreux.

Des observations "pas scientifiques ni rigoureuses"

Cependant, plusieurs chercheurs ont expliqué à l'AFP que les observations de Carrie Madej n'ont aucune valeur scientifique, et ne permettent en aucun cas de déduire que le vaccin contiendrait des organismes vivants.

Il n'est par ailleurs pas possible de vérifier de façon indépendante si Carrie Madej a bien analysé des fioles de vaccin.

Quoiqu'elle ait observé, "ce document, c’est du 'pipeau': il n’y a rien de scientifique ni rien de rigoureux là-dedans", a expliqué à l'AFP le 21 octobre 2021 Virignie Serin, chercheuse au Centre d’Élaboration de Matériaux et d’Etudes Structurales (CEMES), et secrétaire générale de la Société Européenne de Microscopie (EMS).

"Normalement, on fait les observations à la température de l’azote, à moins 73 degrés, en salle blanche, pour être sûr qu’aucune réaction ne se produit. Là, elle dit qu’elle fait son observation à température ambiante : ce n'est pas une analyse scientifique qui pourrait donner un résultat valable", abonde-t-elle.

Les images que Carrie Madej affirme voir obtenues depuis son microscope sont "des choses que l'on voit couramment en microscopie optique", ajoute le professeur de biologie cellulaire Philippe Roingeard, interrogé par l'AFP le 19 octobre.

Un microscope en Italie en 2020 ( AFP / ANDREAS SOLARO)

Pour lui, "ce sont certainement des cochonneries que vous voyez régulièrement lorsque vous observez quelque chose sur une lame de verre avec une lamelle de verre par-dessus. Ce peut être des petites saletés, des petites impuretés qui se mettent entre la lame et la lamelle quand on regarde au microscope optique".

José Maria Valpuesta, chercheur en biochimie et biologie moléculaire et président de l'EMS, abonde : "elle dit utiliser un flacon déjà ouvert de vaccin, n'importe quoi a pu y entrer, des saletés ont pu arriver dedans… N’importe qui met une goutte d’eau au microscope pourra voir quelque chose bouger".

"Si la lame n'est pas bien réglée, ça peut bouger, dans une solution liquide, ça peut bouger aussi... Tout ça ne veut pas dire que c’est vivant, vraiment ça ne donne aucune preuve", complète Virginie Serin.

"Ca n’a rien à voir avec le vaccin, vous verriez la même chose dans une goutte d’eau du robinet", confirme encore Philippe Roingeard, qui a publié en 2020 "Portraits de virus", galerie de photos de pathogènes au microscope.

"Pour voir exactement ce qu’il y a dedans, il faut un microscope électronique", ajoute-t-il.

Certaines images diffusées dans la vidéo montrent des sortes de petits ronds : "ça pourrait vraiment être des défauts du verre" de la lamelle, dit aussi le chercheur.

Sur son site internet ici, l'Institut Pasteur explique l'histoire des microscopes et notamment la différence entre microscopes optique et électroniques.

Capture d'écran du site de l'Institut Pasteur faite le 21 octobre 2021

"Je suis absolument convaincu que tout ça est faux, ce n’est pas du tout un animal, ou une créature venue de l’espace", résume José Maria Valpuesta, qui dit "regretter profondément" qu'une telle vidéo puisse être autant partagée sur les réseaux sociaux.

"Une image seule n’a pas de sens scientifique. (...) Ici, il y a même une volonté de manipulation des gens qui n’ont pas de compétences dans le domaine", déplore Virginie Serin.

Un peu plus tard dans la vidéo, Carrie Madej affirme aussi que dans du vaccin Johnson & Johnson (Janssen en Europe), "il y a certainement une substance qui ressemble à du graphène".

La supposée présence de graphène dans les vaccins anti-Covid est devenue ces derniers mois un leitmotiv de la désinformation anti-vaccinale, auquel l'AFP a consacré plusieurs articles de vérifications dans plusieurs langues, dont celui-ci en français mi-juillet.

Comme le montre ce billet du blog "Aulnay Cap" (partagé au moins 1.700 fois sur Facebook depuis le 9 octobre) de nombreuses vidéos et photos circulent sur internet, prétendant montrer divers corps étrangers inquiétants dans les vaccins.

L'AFP Factuel a consacré cet article de vérification en polonais sur la prétendue présence de "parasites" dans les vaccins. La publication utilisait aussi la vidéo de Carrie Madej pour appuyer ces fausses affirmations.

COVID-19 VACCINS