Contrairement à ce qu'affirme cette vidéo, la France n’a pas quitté l’Otan

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Une vidéo annonçant le retrait de la France de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) a été visionnée plus de 150.000 fois sur Facebook. La publication est censée montrer comment de récentes manifestations populaires dans l'Hexagone ont conduit à une telle décision. C'est faux : non seulement la France n’a pas quitté l’Otan, mais elle vient d'annoncer le renforcement de sa présence militaire sur le flanc Est de l'Otan dans les prochaines semaines.

"Guerre en Ukraine : La France quitte l’OTAN et Abandonne les États-Unis", voici le texte qui accompagne une vidéo de 2 mn 33 secondes publiée le 17 octobre 2022 par la page Le Monde De L'info et partagée plus de 1.500 fois. La vidéo, commentée par une voix off générée par ordinateur, débute par des images de "milliers de manifestants français en colère [qui] se sont rassemblés dans la capitale française pour exiger la sortie du pays de l’Alliance militaire de l’Otan dirigée par les Etats Unis".

Selon le commentaire, la manifestation a aussi appelé à la démission du président Emmanuel Macron et s’inscrivait dans une vague de mouvements populaires touchant plusieurs pays européens "pour protester contre le soutien de leur gouvernement à la guerre en Ukraine".

La vidéo réalisée à partir d'un montage d'images d'actualité, rend clairement l’Otan responsable de l’enlisement de la guerre en Ukraine pourtant déclenchée par l’invasion russe. "Le flux constant d’armes en provenance des membres de l’Otan a pour la plupart prolongé le conflit en Europe de l’est", dénonce la vidéo qui présente la Russie comme le pays qui a tenté de privilégier la voie du dialogue face à "l’avancée de l’Otan vers ses frontières".

Capture d'écran Facebook réalisée le 19 octobre 2022

La France, qui fait partie des fournisseurs d'armes à l’Ukraine, a-t-elle décidé de quitter l’Otan ? Contacté par l'AFP, le Quai d'Orsay n'avait pas réagi immédiatement, mais les recherches effectuées montrent que le gouvernement français n'a fait aucune annonce ni appel allant dans ce sens sur ses canaux de communication officiels.

Au contraire, Paris a annoncé récemment son intention de renforcer sa présence militaire sur le flanc Est de l'Otan dans les prochaines semaines avec des troupes supplémentaires équipées de chars et de blindés, alors que le conflit russo-ukrainien connaît une nouvelle escalade.

"Au regard de la situation sur le flanc oriental de l'Otan, au regard de la violence des combats en Ukraine, dans cette guerre menée par la Fédération de Russie, le président de la République (Emmanuel Macron, NDLR) a décidé de rehausser notre posture défensive", a fait valoir le 11 octobre le ministre français des Armées Sébastien Lecornu, lors d'une audition devant la commission Défense du Sénat.

Nation-cadre d'une mission de l'Otan en Roumanie, actuellement forte de 350 soldats français, mais aussi de Belges et de Néerlandais, la France compte déployer dans les prochaines semaines une douzaine de véhicules blindés d'infanterie (VBCI) et une douzaine de chars Leclerc dans ce pays, a précisé M. Lecornu. Elle s'apprête ainsi à doubler courant novembre ses effectifs sur place, selon des sources militaires à l'AFP.

"Nous allons également continuer à renforcer notre posture de défense en Lituanie", avec le déploiement d'avions de combat Rafale pour assurer la police du ciel, "et en Estonie où une compagnie d'infanterie légère renforcée sera déployée" en 2023 équipée de véhicules Griffon, soit une centaine d'hommes supplémentaires en sus des 300 militaires déjà stationnés sur place, a même ajouté le ministre des Armées.

Selon les estimations du ministère, l'effort budgétaire français pour renforcer la posture défensive de l'Otan dans les pays de l'Est devrait être d'entre 600 et 700 millions d'euros cette année.

S’il est donc clair que la France n'a aucune intention de se retirer de l’Otan, d’où vient l'affirmation selon laquelle Paris "abandonne les États-Unis" ? Les auteurs de la vidéo faisaient peut-être allusion à l'absence de la France lors de l'exercice militaire Steadfast Noon organisé par l'Otan au mois d'octobre pour tester son dispositif de dissuasion nucléaire en Europe. Quatorze des 30 pays membres de l'Alliance y participent mais pas la France, dont la politique de dissuasion nucléaire est indépendante de l'Otan et cela ne signifie pas que le pays quitte ou abandonne ses partenaires. Cette doctrine qui lui confère une certaine autonomie, est plutôt considérée comme un atout par l'Otan, comme réaffirmé en juin 2021 lors du sommet de Bruxelles.

"Les forces nucléaires stratégiques indépendantes du Royaume-Uni et de la France ont un rôle de dissuasion propre et contribuent de manière significative à la sécurité globale de l'Alliance. Les centres de décision distincts de ces Alliés contribuent à la dissuasion, en compliquant les calculs d'adversaires potentiels", estimait ainsi le communiqué conjoint de l'Otan à l'issue du sommet.

Pour expliquer ce qui a motivé la prétendue décision française de "quitter l'Otan", la publication virale évoque des manifestations populaires massives en France et à travers l’Europe saluées par plusieurs internautes, pour qui "la seule solution est de quitter l'Otan". "Si les dirigeants veulent une guerre illégale, que le peuple se dissocie", renchérit un autre.

Capture d'écran réalisée le 19/10/2022

Les premières images de la vidéo montrent notamment un rassemblement à Paris. Une recherche par image inversée grâce à l’outil InVID-WeVerify nous permet de retrouver une série de vidéos en lien avec des manifestations qui se sont déroulées récemment dans la capitale française. Sur l’image clé suggérée par Google, une grande banderole portant l’inscription "Résistance" nous permet de retrouver la vidéo d’origine. Cette manifestation a été organisée le 9 octobre 2022 par Les Patriotes, un mouvement d’extrême-droite qui réunit régulièrement ses partisans contre le passe sanitaire, pour réclamer la sortie de la France de l'Otan ou de l'Union européenne.

Capture d'écran YouTube réalisée le 19 octobre 2022
Capture d'écran Facebook réalisée le 19 octobre 2022

 

 

Dans cette longue version de la vidéo publiée par le leader du mouvement Florian Philippot, on entend des slogans scandés par les manifestants qui portent aussi des pancartes : "Macron destitution", "sortons de l’OTAN", "non à l’inflation" ou encore "liberté-égalité". Contrairement à ce que laisse entendre la vidéo publiée sur Facebook, cette marche ne reflète pas l'opinion de l'ensemble de la société française. Il s’agit de l’initiative d’un mouvement d’extrême-droite minoritaire sur l’échiquier politique français.

OTAN Conflit ukrainien-russe