Attention, le plan d'urgence des hôpitaux bavarois avait été déclenché en 2021 face à une hausse de cas de Covid

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Alors que le ministre fédéral de la Santé allemand a appelé mi-octobre 2022 à renforcer les mesures sanitaires anti-Covid afin de limiter le nombre de cas dans le pays, une vidéo du président de la région allemande de Bavière, Markus Söder, a largement circulé sur les réseaux sociaux en France. Il y évoque la mise en place d'un plan d'urgence dans les hôpitaux. Selon les internautes qui la partagent, ce plan aurait été activé en octobre 2022, "pour pouvoir accueillir les nombreux vaccinés ayant des problèmes cardiaques", sous-entendant qu'ils souffrent d'effets secondaires liés à la vaccination. Mais cette vidéo date en réalité de novembre 2021, comme l'ont confirmé auprès de l'AFP la chaîne qui avait diffusé la séquence et le ministère de la Santé bavarois. Markus Söder y indiquait déclencher un "plan de catastrophe", afin de mobiliser du personnel soignant pour permettre aux hôpitaux de faire face à une vague d'infections au Covid-19.

"Markus Söder, le ministre-président de la Bavière annonce l'activation du plan d'urgence dans les cliniques et les hôpitaux pour pourvoir accueillir les nombreux vaccinés ayant des problèmes cardiaques ou d’autres maladies comme le cancer", assure la description d'un tweet partagé plus de 2.600 fois depuis le 12 octobre, extrait vidéo à l'appui.

Capture d'écran Twitter, prise le 18/10/2022

Des captures d'écran de ce tweet ont aussi circulé sur Facebook et la même allégation a été vue plus de 2.200 fois sur VK.

Dans cette séquence, Markus Söder, le chef du parti conservateur allemand CSU, et chef de l'Etat régional de Bavière, s'exprime au sujet de l'activation d'un "état de catastrophe" dans cette région. Il explique que l'activation de celui-ci doit permettre, grâce à la mobilisation du personnel soignant, aux "patients atteints de Covid-19 d'être soignés", tout en pouvant accueillir dans les hôpitaux d'autres patients, dont les "nombreuses personnes vaccinées, qui souffrent de maladies cardiaques, ou d'autres maladies, comme le cancer, et qui ont besoin d'un lit".

Une vidéo de novembre 2021

En effectuant une recherche sur Google avec les mots prononcés par Markus Söder en allemand dans la vidéo, on peut retrouver un article et une vidéo publiés sur le site du média bavarois Bayerischer Rundfunk (BR), le 10 novembre 2021. On peut d'ailleurs repérer les logos de ce média sur la vidéo largement partagée en octobre 2022.

Capture d'écran Twitter, prise le 18/10/2022

La vidéo de l'intervention de Markus Söder n'est, au 17 octobre 2022, plus disponible sur le site de la BR. En revanche, une partie de son intervention figure dans l'article publié par le média.

Contactée par l'AFP au sujet de cette vidéo, la BR a confirmé avoir bien diffusé l'interview de Markus Söder il y a près d'un an, le 10 novembre 2021.

"L'intervention du chef de l'Etat de Bavière Markus Söder utilisé dans la publication Twitter provient de la 'BR24 Rundschau', l'émission télévisée d'informations de la Bayerischer Rundfunk. Son titre est désormais "BR24". Cet extrait a été diffusé dans l'émission du 10 novembre 2021 à 18h30. Malheureusement, il n'est plus disponible en ligne, mais nous avons pu le retrouver dans nos archives", a précisé la BR dans un mail à l'AFP le 18 octobre 2022.

La BR a également fourni la séquence originale à l'AFP, qui permet d'attester qu'il s'agit bien de la même intervention que celle partagée en octobre 2022 par des internautes français.

Markus Söder y déclare : "L'état de catastrophe nous donne des possibilités étendues pour organiser d'une meilleure façon la gestion des hôpitaux, le transfert des patients, la mobilisation du personnel soignant, la coordination entre les hôpitaux, de sorte que les patients atteints de Covid-19 puissent être soignés, mais aussi - et cela est très important - les nombreuses personnes vaccinées, qui souffrent de maladies cardiaques, ou d'autres maladies, comme le cancer, et qui ont besoin d'un lit. C'est la raison principale pour laquelle l'état de catastrophe est dorénavant déclaré".

Un "plan de catastrophe" lié à l'augmentation des infections au Covid-19

Markus Söder ne parle ainsi pas d'un plan d'urgence mis en place dans le but d'accueillir des personnes vaccinées atteintes d'effets secondaires, mais annonce plutôt cet "état de catastrophe" dans le but de gérer la vague des patients atteints de Covid-19, tout en accueillant aussi dans les hôpitaux des personnes atteintes d'autres pathologies.

Depuis le début de la pandémie en 2020, la saturation des systèmes de santé est un problème majeur, le besoin de prise en charge des malades du Covid pouvant mettre en péril l'accueil de personnes ayant besoin d'être hospitalisées pour d'autres causes, comme des problèmes cardiaques ou des cancers, les deux exemples cités par Markus Söder.

De nombreux pays, dont la France, ont a plusieurs reprises dû activer des mesures spéciales d'organisation (rappel de personnels notamment, report de soins considérés comme non urgents) pour pouvoir faire tourner le système de soins.

Un communiqué avait à l'époque été diffusé sur le site de l'Etat de Bavière. Ce dernier mentionne bien une mise en place de ce plan de catastrophe dans un contexte d'un nombre d'"infections au Covid-19 qui se développent actuellement de manière très dynamique en Bavière" et d'un taux d'incidence sur 7 jours qui "atteint de nouveaux sommets chaque jour".

Le communiqué ne fait cependant nulle part mention de personnes vaccinées devant être accueillies dans les hôpitaux pour cause d'effets secondaires.

Des médias locaux avaient à l'époque aussi relayé l'information, sans mention de personnes vaccinées atteintes d'effets secondaires.

Une porte-parole du ministère de la santé de la Bavière a précisé le 20 octobre à l'AFP : "Ce qui est vrai, c'est que l'état de catastrophe pour tout l'ensemble du Land de Bavière a été déclenché à partir du 11 novembre 2021, en raison de l'augmentation dynamique des infections au Covid-19. La levée de cet état de catastrophe a été déclarée le 10 mai 2022".

Le 14 octobre, le ministre fédéral de la santé allemand Karl Lauterbach avait appelé les Länder à durcir les règles sanitaires en vigueur pour faire face à une augmentation des cas de Covid-19, comme le rapportaient plusieurs médias dont Le Monde.

La question du rétablissement du port du masque FFP2 obligatoire dans tous les lieux publics s'est ainsi posée dans plusieurs Etats fédéraux. En Bavière, le ministre de la Santé du Land a indiqué que l'obligation du port du masque dans tous les lieux publics n'était néanmoins pas à l'ordre du jour dans cet Etat, comme le rapportait la BR le 17 octobre.

Un signe devant un magasin berlinois signalant que le port du masque n'est plus obligatoire, le 1er avril 2022 ( AFP / John MACDOUGALL)

Le site du ministère de la Santé de Bavière rappelle qu'en octobre 2022, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, ainsi que dans les hôpitaux et établissements de santé, et que ce dernier est "recommandé" dans d'autres lieux publics.

Le site du ministère indique aussi que la vaccination "reste la meilleure protection contre le Covid-19". Il renvoie également vers une page du site du ministère fédéral de la Santé, qui note qu'il existe des effets secondaires pouvant survenir après la vaccination, qui sont néanmoins "rares" et "généralement peu graves". Par ailleurs, les cas signalés de ces effets sont surveillés par les autorités sanitaires.

Plusieurs articles de vérification de l'AFP (1, 2, 3 par exemple ) sont consacrés aux liens entre certains vaccins et certains types de problèmes cardiaques (myocardites et péricardites, troubles considérés comme très rares et la plupart du temps sans gravité), régulièrement exagérés et décontextualisés par des publications sur les réseaux sociaux.

Depuis le début de la pandémie, l'AFP a déjà vérifié plus de 800 affirmations sur le Covid-19 en français.

21 octobre 2022 ajoute image de tête
COVID-19 VACCINS