Non, ces cartes météo ne sont pas la preuve d'une "manipulation des masses" à propos du dérèglement climatique

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

"20 ans séparent ces deux cartes" météo, affirment des internautes sur les réseaux sociaux. Elles montrent peu ou prou les mêmes températures, mais l'une est verte, et l'autre est rouge, signe selon certains que les médias se livrent récemment "à une manipulation des masses", en adoptant des couleurs anxiogènes et en exagérant la réalité du réchauffement climatique. Mais les deux cartes ne sont pas diffusées par le même organisme. La première provient de la BBC et, contrairement à ce que sous-entendent ces publications, la chaîne britannique n'a pas changé drastiquement sa façon de présenter les cartes en 20 ans. La deuxième date déjà d'il y a six ans, et provient du service météorologique du Royaume-Uni, qui utilise une palette allant jusqu'au rouge depuis au moins 2015.

Alors que l'Europe a fait face mi-juillet à une vague de chaleur, de nombreux internautes ont partagé un montage de deux cartes météo au Royaume-Uni. Les deux affichent des températures relativement similaires, mais celle de gauche est verte avec des petits symboles représentant des soleils et des nuages, tandis que celle de droite est entièrement rouge.

"Un autre exemple de manipulation des masses avec les couleurs des cartes météos. 20 ans séparent ces deux cartes... Ils manipulent les opinions des benêts...", s'insurge ainsi un internaute dans un tweet partagé 400 fois depuis le 16 juillet. Une publication semblable a été vue plus de 70.000 fois sur Telegram. Sur Facebook, des captures d'écran de ces mêmes posts ont récolté d'autres centaines de partages.

Capture d'écran Twitter, prise le 01/08/2022
Capture d'écran Facebook, prise le 01/08/2022

 

 

Le montage avec des descriptions similaires a été aussi partagé en croate, en espagnol et en anglais.

Pourtant, il est trompeur de comparer ces cartes. Ce n'est non seulement pas le même organisme qui les a diffusées, mais elle ont été conçues différemment, l'une utilise des symboles quand l'autre utilise une palette de couleur pour représenter la chaleur, a indiqué le service national de météorologie britannique, le Met Office à l'AFP.

Une carte de la BBC qui date au moins de 2013

En effectuant une recherche d'image inversée sur Google, il est possible de retrouver plusieurs occurrences de la carte de gauche. La plus ancienne jusqu'à laquelle l'AFP a pu remonter a été publiée sur le site de partage d'images Flickr en août 2013, comme on peut le voir en consultant le code source de la page.

L'auteur de la publication indique qu'elle montre "les prévisions météorologiques pour le Royaume-Uni" pour le "10 août 2003". L'internaute qui a posté la carte affirme qu'il s'agit "de prévisions assez précises de la BBC faites le jour précédent. La température a atteint 38,5°C (101,3°F) à Brogdale dans le Kent, ce qui marque la première fois que les 100°F (37,8°C) sont dépassés au Royaume-Uni".

Le 10 août 2003, le Royaume-Uni avait enregistré des températures dépassant les 100 degrés Fahrenheit pour la première fois depuis les années 1870, date des premiers relevés météorologiques du pays, comme l'avaient rapporté plusieurs médias (1, 2).

Capture d'écran Flickr, prise le 01/08/2022

Contactée par l'AFP, la BBC a confirmé que cette carte avait été produite par la chaîne "avant 2017", sans être en mesure d'indiquer la date précise. "Nous ne disposons pas de la date d'archive de la carte, mais nous pouvons confirmer qu'elle date d'avant 2017, car une refonte de notre charte graphique a eu lieu en 2017", a indiqué une représentante de la chaîne.

On retrouve par ailleurs sur YouTube d'autres bulletins météo de la BBC datant d'août 2003, dans lesquels apparaissent des cartes utilisant des symboles semblables.

Capture d'écran YouTube de prévisions météo de la BBC datant d'août 2003, prise le 01/08/2022

Plusieurs cartes sont présentées au cours de ces bulletins. Certaines, sur fond vert, montrent des symboles de soleils et de nuages pour illustrer la météo (première image), tandis que d'autres montrent les températures sur un fond orange (deuxième image).

Capture d'écran YouTube de prévisions météo de la BBC datant d'août 2003, prise le 01/08/2022
Capture d'écran YouTube de prévisions météo de la BBC datant d'août 2003, prise le 01/08/2022

 

 

Et les choses sont sensiblement similaires en 2022. La chaîne utilise toujours à la fois des cartes sur fond vert et des cartes sur un fond allant du jaune au rouge.

Dans les bulletins météorologiques diffusés le 1er août 2022 par exemple, on retrouve à la fois une carte sur un fond vert clair, comme celle de 2003, mais aussi une carte avec des couleurs allant du jaune à l'orange, et représentant les différences de températures.

Capture d'écran du site de la BBC, prise le 01/08/2022
Capture d'écran du site de la BBC, prise le 02/08/2022

 

 

La deuxième carte publiée par le Met Office en 2016

La deuxième carte des publications sur les réseaux sociaux, a quant à elle été publiée par l'office britannique de météorologie. Contrairement à ce que peuvent laisser penser les publications qui nous intéressent, elle ne montre pas les vagues de chaleur de 2022. L'un des météorologues du service de presse du Met Office, Alex Burkill, a ainsi précisé à l'AFP que "l'image à droite est une image que nous avons créée en juillet 2016, nous l'avons tweetée ici".

La légende de cette publication du 18 juillet indique : "demain, il y aura un pic de chaleur avec des maximales à 34°C !".

Le 19 juillet 2016 avait été considéré à l'époque comme "le jour le plus chaud de l'année jusqu'ici" par les médias, avant d'être dépassé début septembre de la même année.

Interrogé au sujet des deux cartes, Alex Burkill a déclaré le 26 juillet 2022 à l'AFP : "Je pense que la principale chose à retenir des publications Facebook est qu'elles ne comparent pas des choses comparables. La carte de gauche ne se sert pas des couleurs pour illustrer la chaleur, donc elle sera toujours différente de l'image de droite".

En d'autres termes, le vert sur la carte de gauche correspond plutôt à une couleur d'arrière-plan, tandis que le rouge de la carte de droite vise à représenter des températures.

A lire aussi : Sur les réseaux sociaux, la désinformation à base de cartes météo

Est-ce que le Met Office a changé sa façon de présenter les cartes ? Sur la page Facebook de l'institut nous n'avons retrouvé que quelques prévisions météo publiées depuis 2011. Il existe plusieurs types de cartes, certaines montrent le temps qu'il fait avec des symboles (un soleil, un nuage, etc...), d'autres présentent les valeurs des températures, quand d'autres enfin utilisent un dégradé de couleur pour symboliser la chaleur.

En 2011, comme en 2022, le Met Office utilise des cartes sur fond vert pour montrer le temps qu'il fait.

Capture d'écran montrant une prévision météo du Met Office le 28 septembre 2011, réalisée le 02/08/2022
Capture d'écran montrant une prévision météo du Met Office le 1er août 2022

 

 

Pour montrer les températures, le fond de carte ne semble pas non plus avoir changé entre 2013 et 2022.

Capture d'écran montrant une prévision météo du Met Office le 18 juillet 2013, réalisée le 02/08/2022
Capture d'écran montrant une prévision météo du Met Office le 01/08/2022

 

 

Enfin en ce qui concerne les couleurs pour symboliser la chaleur, la carte estivale la plus ancienne que nous ayons trouvée sur la page Facebook de l'institut date du 1er juillet 2015. Elle employait une échelle allant du jaune au violet, semblable à celle que l'on peut voir sur le site en 2022.

Capture d'écran Facebook montrant une prévision du Met Office datant du 1er juillet 2015, et réalisée le 2 août 2022
Capture d'écran montrant une prévision du Met Office le 2 août 2022

 

 

Les mêmes couleurs étaient déjà utilisées dans une vidéo YouTube de l'organisme en septembre 2011, pour illustrer une vague de chaleur qui allait toucher une partie du Royaume-Uni.

Le 19 juillet 2022 un record de température a été battu au Royaume-Uni, avec plus de 40°C enregistrés. Le Met Office avait communiqué sur Twitter à ce sujet. A cette occasion il avait diffusé la carte ci-dessous, qui présente des couleurs un peu plus contrastées qu'en 2016.

( Sami ACEF)
Capture d'écran Twitter, prise le 01/08/2022

 

 

Cela est dû en partie aux différences de température, mais aussi selon l'institut à une décision d'adapter sa palette colorimétrique et la rendre plus lisible pour les personnes daltoniennes, ce que la BBC avait déjà fait en 2017, comme elle l'a confirmé à l'AFP le 1er août. Cependant, ces modifications ne changent pas radicalement la présentation des cartes.

Le météorologue Aidan McGivern, qui a qualifié la comparaison des cartes de la BBC et du Met Office de "ridicule" sur Twitter le 17 juillet 2022, a expliqué avoir participé à la conception de la palette du Met Office à la fin de l'année 2021, afin de rendre les cartes plus compréhensibles pour les personnes daltoniennes, (qui sont pour la plupart incapables de voir pleinement la lumière rouge, verte ou bleue), en accentuant les variations entre clair et sombre.

"La nouvelle palette de couleurs des températures est plus sombre lorsqu'il fait plus chaud (notamment au-dessus de 38,7 °C, qui était le record au Royaume-Uni). Elle s'assombrit également lorsqu'il fait plus froid. C'est plus lisible pour les daltoniens - les variations de clair/obscur", détaillait-il, concluant que "les graphiques du Met Office ne sont pas conçus pour susciter la peur".

Son collègue Alex Burkill a confirmé à l'AFP qu'"afin de rendre la palette de couleurs plus accessible aux personnes daltoniennes, la différence entre les couleurs pour chaque température a été rendue plus importante. Comme l'a expliqué Aidan, lorsqu'il a créé l'échelle, il ne s'attendait pas à ce que la couleur de la température 40°C soit utilisée ici au Royaume-Uni si tôt".

Le dérèglement climatique responsable de conditions météorologiques extrêmes

Les conditions météorologiques mondiales devraient devenir de plus en plus extrêmes en raison du réchauffement climatique, estiment des experts.

Le mois de juillet a par exemple été le plus sec jamais enregistré dans le sud de l'Angleterre, après plusieurs mois de faibles précipitations, selon des chiffres publiés par le Met Office le 1er août, entraînant la mise en place localement de premières restrictions sur la consommation. A l'échelle du pays, les précipitations n'ont atteint que 56% de la moyenne, soit le niveau le plus faible depuis 1999, toujours selon le Met Office.

En France, le mois de juillet 2022 est "le mois de juillet le plus sec sur la période 1959-2022" et se place "au second rang des mois les plus secs tous mois confondus" depuis le début des mesures en 1958-1959, avec un cumul de précipitations agrégées de 9,7 millimètres, a indiqué Météo-France à l'AFP le 1er août.

Ecart entre les précipitations enregistrées lors de chaque mois de juillet depuis 1959 et les normales saisonnières de la période 1991-2020, selon les données de Météo-France ( AFP / Kenan AUGEARD, Valentina BRESCHI)

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), reconnu par la communauté scientifique internationale comme une source fiable sur le dérèglement climatique, a publié en avril 2022 la troisième partie de son sixième rapport d'évaluation (2021-2022), alertant sur l'urgence de prendre des mesures.

Les experts y suggèrent plusieurs changements structurels pour éviter la poursuite du réchauffement, dont une transition vers des modes de transport écologiques, une meilleure isolation, une moindre utilisation des avions. L'objectif est de réduire drastiquement les émissions de gaz dues aux activités humaines, responsables de l'augmentation de la température.

Dans la première partie de son sixième rapport d'évaluation, publié en 2021, le GIEC écrit qu'"il est incontestable que l'influence humaine a réchauffé l'atmosphère, les océans et les terres".

Comme l'ont indiqué plusieurs chercheurs à l'AFP en avril 2022, le consensus scientifique a en effet conclu que le changement climatique est en grande partie d'origine humaine, du fait des émissions de dioxyde de carbone (CO2).

Les affirmations visant à minimiser la présence du réchauffement climatique ou la responsabilité des activités humaines dans le dérèglement climatique sont régulièrement partagées sur les réseaux sociaux, et l'AFP y a déjà consacré plusieurs articles. Depuis le début de l'été, de nombreuses publications circulant en plusieurs langues, s'appuient sur des comparaisons trompeuses de cartes météorologiques afin d'amoindrir les effets du réchauffement climatique. L'AFP a déjà dédié plusieurs articles à leur sujet, comme ici, ici, ou encore .

3 août 2022 Correction de la date de la publication d'une carte sur Flickr
Traduction et adaptation :
CLIMAT