Cette photo montre bien la crémation de victimes du Covid-19 en Inde

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une publication partagée plusieurs centaines de fois sur Twitter depuis début mai affirme, photo à l'appui, que "les journaux et les télévisions du monde entier" ont reproduit des images montrant la crémation de victimes d'une fuite de gaz en Inde l'an dernier en affirmant qu'il s'agissait de victimes récentes du Covid-19. Cette publication est fausse : la photo date d'avril et montre bien un terrain de crémation à New Delhi, installé pour tenter de faire face au nombre massif de décès, alors que le pays connaît une violente vague de Covid-19.

"Les journaux et les télévisions du monde entier ont reproduit des photos et des vidéos d'un prétendu cimetière au milieu de la rue en Inde pour dire que cela correspond à des morts massives causées par la pandémie", écrit cet internaute sur Twitter, partageant la photo d'un terrain sur lequel on voit brûler plusieurs bûchers, où se consument apparemment des corps. L'internaute prétend qu'en réalité, "C'est une fuite de gaz de l'usine LG Chem (7 mai 2020)". 

Capture d'écran réalisée le 07/05/2021 sur Twitter

Ce post a été retweeté plus de 500 fois depuis le 2 mai. Le tweet espagnol qu'il partage, et que l'internaute a traduit, a été partagé plus de 700 fois depuis fin avril et a été vérifié par l'AFP en espagnol. Des publications similaires circulent également sur Facebook, ici et ici par exemple. 

L'Inde, submergée depuis plusieurs semaines par une flambée de la pandémie de coronavirus, a annoncé le 6 mai plus de 412 000 nouvelles contaminations et près de 4 000 décès en 24h. Plus de quarante pays se sont mobilisés et ont envoyé du matériel médical, dont de l'oxygène, pour venir en aide aux hôpitaux. 

Contrairement à ce qu'affirme cet internaute, cette image, partagée par plusieurs médias, montre bien un crématorium à ciel ouvert où sont brûlés les corps de victimes du Covid-19, photographié fin avril dans la capitale New Delhi. En revanche, une vidéo distincte montrant des victimes d'une fuite de gaz a bien été diffusée, à tort, dans un article pour l'illustrer l'épidémie dans le pays, avant d'être retirée.

Une photo prise fin avril à New Delhi 

En effectuant une recherche inversée d'image sur l'outil Tineye, on retrouve un article du quotidien britannique The Independent, partagé par Yahoo news, qui crédite cette photo à l'agence de presse européenne EPA. "Des funérailles de masse ont lieu pour les victimes du Covid-19 sur un terrain de crémation à New Delhi, en Inde, le 27 avril 2021", est-il indiqué en légende de la photo.  

Une recherche sur le site de l'agence permet en effet de retrouver la photo originale, prise par le photojournaliste Idrees Mohammed, avec la même légende. 

Capture d'écran faite le 07/05/2021 sur le site de l'agence de presse EPA

L'AFP a tourné une vidéo au même endroit le 1er mai 2021 : on reconnaît notamment à 0'24 les toits en tôle à droite et la route bordée d'un muret noir et blanc au fond. Dans cette dépêche, l'AFP explique qu'il s'agit d'un parking, récupéré par un crématorium saturé pour installer d'autres bûchers funéraires.

Les images de ce crématorium en plein air ont été largement diffusées dans la presse, ici, ici ou encore ici. Face à la saturation des hôpitaux, certains malades meurent avant même de trouver une place à l'hôpital, ont rapporté plusieurs journalistes. 

Cette photo montre donc bien des bûchers où sont brûlés les corps de victimes du Covid-19. 

Néanmoins, une fuite de gaz a bien eu lieu le 7 mai 2020 dans la ville industrielle et portuaire de Visakhapatnam, dans l'Etat d'Andhra Pradesh (sud-est) - bien loin de New Delhi. Survenue dans une usine de LG Polymers, filiale indienne de l'entreprise sud-coréenne LG Chemicals, cette fuite de gaz avait fait quinze morts et affecté des milliers d'autres personnes. De nombreuses vidéos avaient alors été partagées sur les réseaux sociaux. 

Comme l'ont rapporté les Observateurs de France 24, des médias en Asie et en Amérique, comme le New York Post, ont bien relayé une vidéo montrant des personnes intoxiquées gisant dans les rues, en expliquant à tort qu'il s'agissait de morts du Covid-19. L'article a depuis été corrigé.

Vêtues de combinaisons de protection, des personnes regardent les funérailles d'un de leur proche décédé du Covid-19, sur un terrain de crémation à New Delhi, le 6 mai 2021. (AFP / Prakash Singh)

La situation épidémique en Inde donne lieu à de nombreuses fausses informations. L'AFP a notament vérifié deux vidéos supposées montrer des équipes de vaccination chassées par des villageois, ici et ici

COVID-19