Cette photo a été prise au Chili en 2016

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une publication, partagée plus de 2 700 fois sur Facebook depuis le 2 juin, prétend montrer la photo du meurtre d'un enfant palestinien par un soldat israélien, dont personne ne parlerait dans le contexte des manifestations après la mort de George Floyd. Mais ce cliché a été pris à Valparaíso, au Chili, en 2016.

"Un enfant palestinien meurt étouffé par un soldat Israélien , personne ne l'a vu !", dénonce l'auteur de la publication

Attention - Cette photo peut heurter la sensibilité de certains

Capture d'écran Facebook, prise le 12/06/2020


Des publications du même type ont également circulé en espagnol (123). Elles font cependant plus explicitement référence à "Minneapolis". 

Dans cette ville américaine, George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, est mort le 25 mai 2020, asphyxié par un policier blanc lors de son arrestation. La vidéo de cette interpellation, filmée par des passants, montre l'officier de police Derek Chauvin agenouillé sur le cou de George Floyd pendant près de neuf minutes.

Sa mort a déclenché une large vague de manifestations contre les violences policières aux Etats-Unis, et dans plusieurs pays à travers le monde.

Sur la photo censée montrer le meurtre d'un enfant palestinien, un homme en uniforme s'appuie avec son genou sur l'arrière du crâne d'un jeune homme allongé au sol, qui saigne visiblement. 

Toutefois, l'homme porte sur son uniforme l'insigne des Carabiniers du Chili. A côté de celui-ci on peut lire "Sous-lieutenant F. Venegas V."

L'origine de la photo

Grâce à une recherche d'image inversée sur Google images, on retrouve un article de Radio ADN (une station chilienne) daté du 1er octobre 2016. L'article affirme que la scène s'est déroulée dans la ville de Valparaíso, au centre du Chili. Il explique que le cliché a été partagé par le collectif de photographes indépendants Frente Fotográfico, pour dénoncer un cas de violence policière, après qu'un jeune homme a été surpris faisant des graffitis. 

Sur leur page Facebook, on retrouve une publication datant du 2 octobre 2016, dans laquelle figure la même photographie. La légende affirme qu'"après avoir été arrêté, Diego a de nouveau été agressé au poste police, où il a attendu toute la nuit son audience. Il a été décidé qu'il quitterait immédiatement Valparaíso, escorté par des policiers jusqu'au péage sur la route de Santiago". La publication contient également une vidéo dans laquelle un jeune homme au visage blessé affirme avoir été frappé à la tête et au ventre. 

En recherchant les mots "Carabineros joven (jeune) Valparaíso" sur Google, et en restreignant les résultats de recherche entre le 30 septembre et le 31 octobre 2016, on retrouve une autre vidéo, publiée sur Facebook le 1er octobre 2016. On y voit exactement la même scène, alors que des voix de femmes avec un accent chilien implorent le policier de relâcher le jeune homme à terre, qui lui dit à un moment donné qu'il ne peut pas respirer.

Attention - Cette vidéo peut heurter la sensibilité de certains

Par ailleurs, en faisant une recherche avancée sur Twitter grâce à l'outil Invid-WeVerify, et en utilisant les mots-clés "grafitero valparaíso", nous retrouvons une émission du 3 octobre 2016, de la chaîne de télévision chilienne 24 Horas. Dans celle-ci, un journaliste commente cette vidéo, expliquant qu'un graffeur, "interpellé violemment par la police", a subi "un hématome important à la pommette droite et une blessure au niveau de la lèvre".

Traduit et adapté de l'espagnol par Sami Acef