Le colonel Kadhafi le 23 septembre 2009 lors d'une intervention aux Nations Unies (AFP / Stan Honda)

Une citation attribuée à Kadhafi, version interprétée d'un discours à l'ONU

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

"Ils créeront eux-mêmes les virus, et ils vous vendront les antidotes" et feront "semblant de prendre leur temps pour trouver la solution alors qu’ils l’ont déjà": une citation attribuée au colonel Kadhafi, largement reprise sur les réseaux sociaux depuis le début de la pandémie et de nouveau partagée des milliers de fois ces derniers jours, est une version déformée et interprétée d'un passage de son discours fleuve à l'ONU en 2009. La deuxième partie de la citation n'y apparaît pas.

"Le temps donne raison aux braves", affirme cette publication partagée près de 10 000 fois depuis le 21 mars. Le commentaire accompagne une photographie de l'ancien dirigeant libyen déchu en 2011 Mouammar Kadhafi, et une citation qui lui est attribuée: "Ils créeront eux même (sic) les virus, et ils vous vendront les antidotes par la suite, faisant semblant de prendre leur temps pour trouver la solution alors qu’ils l’ont déjà…"

Capture d'écran Facebook prise le 06/04/2021, barrée

Aucun contexte n'est fourni pour préciser où et quand cette phrase aurait été prononcée. Cette citation circule en français, mais aussi dans d'autres langues depuis le début de la pandémie, comme ici en anglais dans une publication qui remonte au 30 mai 2020. Les fact-checkers de l'AFP s'étaient déjà attelé à la vérifier en novembre dernier, en polonais et en serbe

Dans certaines de ces précédentes publications, comme celle-ci en serbe, il est dit que la phrase a été prononcée lors d'un discours à l'ONU en 2009. 

La phrase a été vérifiée précédemment par nos collègues d'Africa Check et DPA.

Mouammar Kadhafi, arrivé au pouvoir en 1969 après un coup d'Etat renversant la monarchie en place, a mené un régime autoritaire jusqu'en 2011. En février 2011, dans l'élan des Printemps arabes et grâce à l'appui de l'Otan, les Libyens ont eu raison en quelques mois du "Guide de la Jamahiriya". Le dirigeant a été tué en octobre de la même année dans le dernier assaut contre sa région d'origine, Syrte. Le pays tente depuis de s'extraire d'une décennie de conflit, marquée par l'existence de pouvoirs rivaux.

Son discours devant la 64e Assemblée générale de l’ONU en 2009 était sa première intervention devant les Nations unies en quatre décennies au pouvoir. L'intervention, bien plus longue que prévue, est visible dans son intégralité sur YouTube. On peut trouver ici la dépêche de l'AFP qui y a été consacrée à l’époque. Il s'en était pris en particulier à la domination exercée sur le Conseil de sécurité par ses cinq membres permanents (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie) et à leur droit de veto.

Mouammar Kadhafi s'adresse à l'Assemblée générale de l'ONU le 23 septembre 2009 à New York (AFP / Stan Honda)

Le passage sur les virus est quant à lui retranscrit ainsi dans les archives de l’ONU (p. 26):

"Aujourd'hui, il y a la grippe porcine. Peut-être que demain il y aura la grippe du poisson, parce que parfois nous produisons des virus en les contrôlant. C'est une activité commerciale. Les entreprises capitalistes produisent des virus afin de pouvoir générer et vendre des vaccins. C'est honteux et mauvais d'un point de vue éthique. Les vaccins et les médicaments ne devraient pas être vendus. Dans Le Livre Vert, je maintiens que les médicaments ne devraient pas être vendus ou soumis à la commercialisation. Les médicaments devraient être gratuits et les vaccins donnés gratuitement aux enfants, mais les entreprises capitalistes produisent les virus et les vaccins et veulent faire du profit. Pourquoi ne sont-ils pas gratuits ? Nous devrions les donner gratuitement, et ne pas les vendre." (traduit de l'anglais)

La "grippe porcine" évoquée par Kadhafi dans ce discours fait référence à la pandémie de H1N1 de 2009-2010, avec un bilan estimé entre 152.000 et 575.000 morts. Le Livre Vert est l'ouvrage dans lequel il a résumé sa pensée politique, dans laquelle il tente de concilier socialisme et pensée islamique, une "troisième voie", après socialisme et capitalisme.

Au début de son discours, toujours selon la même source, il déclarait: "peut-être que la grippe H1N1 était un virus créé dans un laboratoire qui est devenu hors de contrôle, destiné à l’origine à être une arme militaire".

La citation issue des archives de l'ONU diffère de la citation reprise sur les réseaux sociaux. L'AFP n'a pas trouvé d'autres références de Kadhafi sur le sujet ni sur la deuxième partie de la citation "et ils vous vendront les antidotes par la suite, faisant semblant de prendre leur temps pour trouver la solution alors qu'ils l’ont déjà".

A la date du 6 avril, la pandémie de Covid-19 a fait plus de 2,86 millions de morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

En janvier, des experts internationaux de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) se sont rendus en Chine pour mener l'enquête sur l'origine de la pandémie plus d'un an après son début, et ont jugé "extrêmement improbable" que le virus provienne d'un laboratoire.

Mais fin mars, le patron de l'OMS a créé la surprise en se disant prêt à envoyer des experts enquêter sur l'hypothèse d'une fuite d'un laboratoire chinois.

Cette thèse de la fuite d'un laboratoire de Wuhan, la ville chinoise où les premiers cas ont été détectés fin 2019, a été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump, se basant sur les informations de ses services de renseignement. La Chine a toujours nié cette possibilité.

Une transmission du virus à l'homme par l'intermédiaire d'un animal infecté par une chauve-souris est l'hypothèse privilégiée par leur rapport.

CORONAVIRUS