"Un jeune Africain se suicide au Palais de justice et meurt sur le coup" ? -- Un jeune homme a bien tenté de se suicider, mais il n'est pas décédé

Plusieurs publications Facebook affirment qu'un "jeune Africain" est "mort sur le coup" après qu'il a tenté de se suicider dans le nouveau Palais de justice de Paris vendredi. Mais si cette tentative de suicide a bien eu lieu, le jeune homme n'est pas décédé. 

"Un jeune Africain se suicide à l'intérieur du nouveau palais de justice de Paris porte de Clichy, et meurt sur le coup. Motif: on lui a retiré ses papiers avec expulsion immédiat du territoire". C'est ce qu'affirment plusieurs publications Facebook, accompagnées de vidéos du drame, et qui totalisent plus de 190.000 vidéos selon le compteur du réseau social.

Capture d'écran d'un post Facebook diffusant l'information erronée

Mais si un jeune homme a bien tenté de mettre fin à ses jours le vendredi 23 novembre du 4e étage de l'atrium du nouveau tribunal de Paris, il n'est pas décédé.

Selon une source judiciaire dimanche, il est bien en vie et conscient, il a pu être interrogé samedi avec l'autorisation des médecins par les policiers chargés de l'enquête.

En ce qui concerne les raisons qui ont l'ont poussé à cette tentative de suicide, elles sont en cours de vérification par la police. 

Selon des avocats interrogés par l'AFP, le jeune homme est un migrant originaire d'un pays africain, et qui avait entamé des démarches pour régler sa situation et être pris en charge.

Selon une source proche du dossier, le jeune homme ne faisait pas l'objet d'une procédure judiciaire ni d'expulsion, et n'était pas convoqué au tribunal vendredi. 

Nous mettrons bien sûr à jour cet article si de plus amples informations nous parviennent.

L'événement a relancé les critiques d'avocats et de magistrats sur la conception de ce nouvel édifice, inauguré en avril porte de Clichy. Ces derniers estiment que la construction de ces locaux n'a pas suffisamment tenu compte des risques d'événements de ce genre dans un bâtiment judiciaire. 

"Il y a un problème de conception évidente dans ce tribunal, ils ont bloqué des fenêtres pour éviter des suicides, mais dans cet atrium les seules protections sont des vitres (...) que tout le monde peut facilement escalader", a dénoncé un avocat interrogé par l'AFP.

 

Des policiers sur le lieu de la tentative de suicide, au tribunal de Paris, le 23 novembre 2018 (Caroline Taix/AFP)
Modifié le 27/11/2018 : signature ajoutée
Sami Acef
Guillaume Daudin