Non, un camping d'Aigues-Mortes n'a pas fermé à cause du coronavirus

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Deux publications partagées plus de 15.000 fois depuis le 9 juillet affirment que "les touristes sont arrivés … et ont ramené le coronavirus" à Aigues-Mortes (Gard), dont le camping serait désormais fermé. C'est faux : l'unique camping de la ville, "La Petite Camargue" , est bien ouvert et ne compte aucun cas de Covid-19 avéré selon sa directrice.

"Attention les touristes sont arrivés... Et ont ramené le corona virus, [sic]", affirment les deux publications (1, 2). "Camping fermé 30 cas à Aiguës mortes [sic]" .

Capture d'écran d'une publication Facebook prise le 13 juillet 2020.

Sauf que l'unique camping de la commune, "La Petite Camargue" , est bien ouvert, selon sa directrice Mathilde Sauvaire, joint par l'AFP le 13 juillet, et n'a "pas de cas de Covid avéré".

"Nous sommes à fond dans le respect des gestes barrières, nos campeurs dansent assis sur leurs chaises distanciées d'un mètre, et il y a du gel hydroalcoolique à gogo", précise-t-elle. Elle ajoute que les sanitaires sont nettoyés plus fréquemment que les années précédentes et que des employés ont été recrutés pour veiller au respect des consignes sanitaires. 

Sur sa page Facebook "Yelloh Village La Petite Camargue" , l'équipe du camping a par ailleurs assuré le 11 juillet que le site venait "de recevoir les félicitations de l'inspection du travail pour la mise en sécurité de nos collaborateurs et de notre établissement face au covid19". 

Capture d'écran d'une publication Facebook prise le 13 juillet 2020.

Contacté le 13 juillet par l'AFP, l'office de tourisme d'Aigues-Mortes abonde : "le camping est bien ouvert, et a pris pas mal de dispositions pour que tout soit au niveau" en termes de conditions sanitaires.

Le service de presse de l'office de tourisme explique avoir été mise au courant de la rumeur qui circulait sur les réseaux sociaux vendredi 10 juillet "en soirée" . 

"Le camping nous a appelé pour dire qu'il y avait des appels à ce sujet. [...] Et ça ne s'arrête pas, ils vont nous plomber la saison", s'inquiète une chargée de relations presse. 

Cette fausse information se propage en effet alors que le camping "La Petite Camargue" vient de réouvrir le 26 juin, après une perte de chiffre d'affaires de près de 50 % selon sa directrice.

Ce qui renforce aussi sa vigilance :  "Ce serait terrible pour nous si il y avait un cluster : nous souhaitons aussi conserver la confiance de nos vacanciers, dont beaucoup sont des enfants avec leurs parents et leurs grands parents", souligne Mathilde Sauvaire.

Les deux publications virales font également état de plusieurs personnes contaminées dans deux villes voisines, La Grande Motte et Lunel, sans donner plus de précisions au sujet de ces cas supposés.

Jointe par l'AFP le 13 juillet, la mairie de La Grande Motte assure qu'aucun cas avéré "n'est remonté" jusqu'à ses équipes. 

Contactée, la mairie de Lunel n'a pas été en mesure de répondre à nos questions avant publication de cet article. 

Selon le point épidémiologique de Santé publique France publié le 9 juillet, 128 personnes ont été testées positives au coronavirus dans la région Occitanie entre le 29 juin et le 5 juillet.

Quand aux clusters encore actifs dans la région, un est maîtrisé et cinq sont "en cours d'investigation", toujours selon Santé publique France. Parmi ceux-là, un concerne une famille dans le Gard, un se trouve dans une école, un autre dans un milieu professionnel. Les deux derniers touchent des travailleurs agricoles et ne présentaient pas au 9 juillet  "de signes de diffusion au-delà des communautés où ils sont survenus"

Aucun cluster n'a pour l'instant été détecté ni dans l'Hérault (le département des villes de La Grande Motte et de Lunel).

Le 10 juillet, l'Agence régionale de santé (ARS) pour la région Occitanie prévenait néanmoins sur Twitter que le virus continuait de circuler dans la région, avec 95 cas confirmés la semaine du 6 juillet. 

Marion Lefèvre
CORONAVIRUS