Non, les vaccins anti-Covid ne contiennent pas de puces magnétiques

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications circulant sur les réseaux sociaux prétendent que les vaccins contre la Covid-19 contiennent des puces électroniques rendant "magnétique" le lieu d'injection par la suite. Mais il s'agit d'une mise en scène, selon des experts: rien dans les vaccins ne permet à un aimant de s'accrocher à la surface de la peau, et la liste des ingrédients fournie aux autorités sanitaires ne fait état d'aucun élément métallique.

"Cette femme a reçu le shot pfizer. A l'endroit de sa piqûre, l'aimant est accroché. Elle dit: 'On est pucés, on est tous dans la merde'", prétend une publication partageant une vidéo vue plus de 16.000 fois depuis le 9 mai 2021.

Capture d’écran d’une vidéo prise sur Facebook le 14 mai 2021

Dans celle-ci, une femme prétend démontrer qu'un aimant s'accroche à la surface de sa peau à l'endroit où elle aurait reçu une injection de vaccin contre la Covid-19, avant d'expliquer ce phénomène par la présence d'une "puce" dans le vaccin.

Des publications similaires ont été vues et partagées des milliers de fois sur Instagram, Facebook, Twitter, YouTube et TikTok depuis début mai.

Malgré ces nombreuses allégations sur les réseaux sociaux, aucune agence de santé publique n'a émis d'avis ou d'avertissement concernant ce phénomène, et aucun média grand public ne l'a abordé, si ce n'est pour le démentir.

L'agence de santé publique américaine (CDC) confirme sur son site qu'il n'y a pas de "puce" dans les vaccins.

"Le gouvernement n'utilise pas le vaccin pour vous suivre à la trace. Il peut y avoir des traceurs sur les boîtes d'expédition des vaccins pour les protéger du vol, mais il n'y a pas de traceurs dans les vaccins eux-mêmes", précise l'agence fédérale.

Des experts affirment en outre que ces vidéos sont une mise en scène, du type de celles partagées par la complosphère.

"Recevoir un vaccin Covid-19 ne peut pas rendre votre bras magnétique. Il s'agit d'un canular, tout simplement", a déclaré le Dr Stephen Schrantz, spécialiste des maladies infectieuses à l'Université de Chicago.

"Il est absolument impossible qu'un vaccin puisse entraîner la réaction montrée dans ces vidéos postées sur Instagram et/ou YouTube. Elle s'explique mieux par l'application sur la peau de ruban adhésif double-face sur l'objet métallique que par une réaction magnétique", a-t-il ajouté.

Le Dr Thomas Hope, professeur de biologie cellulaire et à l'école de médecine Feinberg de l'université Northwestern, a confirmé: "C'est impossible. Il n'y a rien (dans les vaccins, ndlr) avec lequel un aimant puisse interagir, ce sont des protéines et des lipides, des sels, de l'eau et des produits chimiques qui maintiennent le pH. C'est à peu près tout, donc ce n'est pas possible".

Même s'ils contenaient des traces de substance métallique, "il faudrait avoir mis un morceau de métal assez gros sous la peau pour que les aimants de réfrigérateur adhèrent", selon lui. "Vous ne pourriez pas mettre suffisamment de métal ou de fer, qui réagirait ainsi, dans une aiguille et l'injecter dans la peau".

Selon les fiches d'information fournies par les autorités sanitaires des États-Unis et du Canada, aucun des vaccins autorisés contre la Covid-19 (Pfizer, Moderna, Johnson&Johnson et AstraZeneca) ne contient d'ingrédients à base de métal.

Le vulgarisateur scientifique Mick West montre dans une vidéo publiée sur son site Metabunk (en anglais) que les aimants, ou tout autre objet métallique, peuvent s'accrocher à n'importe quel endroit du corps suffisamment huileux ou huilé (il prend en exemple son nez, sur lequel s'accroche un aimant mais également une pièce de monnaie, qui n'est pas magnétique).

La théorie selon laquelle les vaccins pour lutter contre la pandémie liée à la Covid-19 feraient partie d’un complot mondial pour contrôler la population n'est pas nouvelle. L'année dernière, l'AFP avait abordé de fausses allégations sur une prétendue proposition de Bill Gates d'injecter des puces électroniques via les vaccins pour "marquer" et géolocaliser la population.

Plus de 3,3 millions de personnes sont décédées suite à la Covid-19, et plus d'1,4 milliard de doses de vaccin ont été administrées dans le monde, selon un décompte de l'université Johns Hopkins en date du 14 mai 2021.

L'OMS a prévenu mi-mai que la deuxième année de la pandémie est en passe de faire plus de morts que l'an dernier, au moment où plusieurs pays entrevoient l'espoir d'une vie plus normale alors que d'autres, comme l'Inde, restent aux prises avec une flambée épidémique dévastatrice, due en partie à la circulation du variant indien désormais détecté dans au moins 44 pays.

Traduction et adaptation :
Covid-19 VACCINS