Covid-19 : Non, le CHU de Montréal n'a pas gonflé le nombre de patients en soins intensifs à l'aide de mannequins

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une photo extraite d'un reportage, montrant un mannequin branché à un respirateur artificiel au Centre hospitalier de l'université de Montréal, est partagée au Canada et en France par des internautes y voyant la preuve que le nombre de patients en soins intensifs à cause du Covid est gonflé artificiellement. Mais le CHU et la chaîne de télévision ayant produit ce sujet ont expliqué à l'AFP que ce reportage a été filmé, pour des questions de sécurité, dans une zone des soins intensifs "dédiée à la formation du personnel" où des mannequins permettent aux soignants de pratiquer les techniques d'intubation.

"Quand les magasins font faillite parce que tous leurs mannequins de vitrine sont hospitalisés et viennent engorger notre système de santé...", écrit un internaute qui a relayé cette capture d'écran le 6 octobre. On y voit un mannequin placé sur un lit d'hôpital et intubé à l'aide d'un respirateur artificiel.

Capture d'écran prise le 12/10/2021
Capture d'écran prise le 12/10/2021

 

 

"Un mannequin aux soins intensifs, ça va bien aller", ironise un autre, dont la publication a été partagée plus de 2.500 fois sur Facebook avant d'être supprimée. Cette image a également circulé sur d'autres plateformes, comme Twitter et Telegram, et en anglais, suscitant de nombreuses moqueries.

"On manque de lits pour les patients aux soins intensifs, mais on prend le temps d’installer un mannequin, étonnant...", commente un internaute sous cette publication, qui accuse, comme des dizaines d'autres, le CHU d'avoir utilisé ces pantins pour donner l'illusion d'un service de soins intensifs saturé par les patients atteints du Covid.

D'où vient cette image ?

Cette image est extraite d'un reportage de la chaîne de télévision québécoise Le Canal Nouvelles, comme le montre le logo "direct LCN" visible en bas à droite de l'image.

Ce sujet, diffusé le 5 octobre, intitulé "Covid-19: un chef d'orchestre miraculé", raconte comment un violoncelliste, hospitalisé à cause du Covid au Centre hospitalier de l'Université de Montréal durant trois semaines au printemps 2020, est récemment revenu donner un concert pour remercier les soignants du CHU de lui avoir sauvé la vie.

A partir d'1 minute 53, on retrouve le mannequin en arrière-plan d'une interview du chef de l'unité des soins intensifs du CHU, le docteur Jean-François Lizé.

Capture d'écran prise du reportage de LCN prise le 12/10/2021
Capture d'écran prise du reportage de LCN prise le 12/10/2021

 

 

"Une salle de simulation"

Si la vision de ce mannequin dans un lit d'hôpital a surpris les internautes, elle n'a pourtant rien d'étonnant, selon le journaliste qui a tourné cette séquence.

"Pour une question de santé publique, l'équipe de tournage et le médecin ont choisi de ne pas faire l'entrevue en zone chaude, question de minimiser les risques, évidemment", a expliqué à l'AFP le 8 octobre Maxime Landry, producteur exécutif de TVA nouvelles à qui appartient la chaîne LCN, après avoir après discuté avec l'auteur du sujet, Harold Gagné. Le journaliste et le médecin ont donc convenu de faire l'entrevue à l'entrée des soins intensifs, là où se trouve une salle d'entrainement réservée au personnel soignant du CHU".

"Cette salle de pratique permettait de fournir un arrière-plan associé au milieu de travail du personnel médical", a poursuivi Maxime Landry.

Une information confirmée par le CHU à l'AFP. "Le reportage a été réalisé dans une zone de l'unité des soins intensifs dédiée à la formation du personnel et plus spécifiquement dans une salle de simulation où les soignants peuvent développer et pratiquer certaines manœuvres dans une perspective d'amélioration continue des soins", a expliqué l'hôpital le 8 octobre.

"En tant que centre hospitalier universitaire, le CHU a une mission d'enseignement et, en plus de quelques espaces de formation dédiés (in situ) dans l'hôpital, il possède également un centre d'apprentissage complet offrant des espaces de simulation haute-fidélité", a poursuivi le CHU.

Dans ces espaces de formation se trouvent de nombreux mannequins, sur lesquels les soignants peuvent, par exemple, s'entraîner aux techniques d'intubation ou de réanimation, comme le montrent les photos publiées par le CHU lors d'académies d'été. Le CHU a même publié le 9 décembre 2020 un #MannequinChallenge au sein des salles de simulation de son Centre d'apprentissage.

Ces pantins "permettent aux membres du personnel de pratiquer certaines techniques et d'être ainsi mieux formés, mieux préparer et d'offrir des soins de qualité et sécuritaires aux patients", a justifié le CHU auprès de l'AFP.

Capture d'écran du site du CHUM prise le 12/10/2021

Sous la publication virale, une internaute affirme ainsi avoir utilisé des mannequins similaires dans son "cours d’infirmière auxiliaire" : "je vous confirme que c’est un mannequin pour apprendre comment mettre le respirateur artificiel", écrit-elle.

Capture d'écran du site prise sur Facebook le 12/10/2021

La chaîne LCN avait également déjà montré le 20 juillet 2018 l'utilisation par le CHU de Montréal de ces mannequins dans des zones de formation dédiées, lors d'un reportage sur l'immersion d'adolescents au sein de l'établissement.

Capture d'écran d'un reportage de LCN prise le 12/10/2021

Nos confrères de Radio-Canada ont également consacré un article de vérification à cette publication.

Vaccination obligatoire pour les fonctionnaires

A la date du 8 octobre, l'Institut national de santé publique du Québec indique que 302 personnes sont hospitalisées à cause du Covid-19, et 86 en soins intensifs.

Capture d'écran prise sur le site de l'Institut national de santé publique du Québec le 12/10/2021

Les fonctionnaires fédéraux, qui sont environ 300.000, devront présenter une attestation de vaccination sur leur lieu de travail d'ici le 29 octobre, sous peine d'être placés en congé sans solde à la mi-novembre. Des exceptions sont cependant prévues pour les employés ne pouvant se faire vacciner pour raisons médicales ou religieuses.

Les voyageurs devront également fournir une preuve de vaccination ou un test de dépistage négatif à compter du 30 octobre pour pouvoir monter dans des avions ou des trains. Au 30 novembre, seuls les Canadiens pleinement vaccinés auront accès à ces services. A ce jour, plus de 81% des Canadiens âgés de 12 ans et plus sont complètement vaccinés et 86% ont reçu au moins une dose, selon les chiffres du gouvernement.

Au total, depuis le début de la pandémie, le Canada a enregistré 28.186 décès dus au Covid-19.

Le nombre de morts du Covid au Canada depuis le début de la pandémie ( AFP / )
COVID-19 VACCINS