Attention, cette photo a été prise à Barcelone en 2018 et ne montre pas des policiers australiens lors des récentes manifestations à Melbourne

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des "policiers" auraient été "repeints en jaune" lors de manifestations contre les mesures sanitaires de lutte contre le Covid à Melbourne ces dernières semaines, affirment des centaines de posts sur Facebook et Twitter et un article de blog partagés depuis fin septembre. Tous relaient une photo, sur laquelle apparaissent des policiers en tenue de protection, recouverts de peinture provenant de "bombes" en "ballons de baudruche". Si des manifestations ont bien eu lieu ces dernières semaines en Australie, cette photo a elle été prise à Barcelone en 2018, lors d'affrontements entre des séparatistes catalans et des policiers.

"Ils ont l'air moins 'terribles', n'est-ce-pas, ces serviteurs de la dictature sanitaire??? Cela se passe en Australie, à Melbourne!", avance le sous-titre d'un article publié sur le blog de Médiapart le 27 septembre par un internaute, en tête duquel se trouve la photo des policiers dont les tenues ont été bombardées de couleurs. Cet article a été partagé quelques dizaines de fois depuis, selon l'outil de mesure de l'audience des réseaux sociaux Crowdtangle (ici).

La même photo prétendant faire état de la situation en Australie a été reprise et partagée par des centaines d'autres utilisateurs francophones sur Facebook (ici, ici), et Twitter (ici) depuis le 25 septembre.

Elle a aussi été relayée par des internautes allemands des centaines de fois sur Facebook et des dizaines de milliers d'autres sur Telegram (ici ou ). Des publications en grec (ici ou ici) et en serbo-croate (ici) ont également relaté cette information.

Capture d'écran du blog de Médiapart, réalisée le 05/10/2021
Capture d'écran Facebook, réalisée le 05/10/2021

 

 

D'où vient cette image ?

En effectuant une recherche d'images inversée (dont le principe est présenté dans la vidéo ci-dessous), on peut retrouver la photo montrant les policiers couverts de peinture dans une publication partagée sur Reddit le 29 septembre 2018 (ici). Il y est précisé que l'image montre une unité de police anti-émeute lors d'une manifestation à Barcelone.

La même photo figure aussi dans un post Facebook daté du 29 septembre 2019, rédigé par la page des Arran Països Catalans, une "organisation de jeunesse de la gauche indépendante", comme elle se présente elle-même sur son site. "Nous luttons pour l'indépendance des terres catalanes, la construction du socialisme et le dépassement du patriarcat par la lutte féministe", peut-on lire dans sa description Facebook.

Le post Facebook renvoie également vers un fil Twitter rassemblant des images et informations sur des manifestations datées du 29 septembre 2018. On y trouve plusieurs photos de "ballons de couleur" utilisés lors de ces événements par les manifestants, ainsi que d'autres photos et vidéos de policiers alignés et entièrement recouverts de peinture, sous plusieurs angles différents (ici).

Capture d'écran Twitter, réalisée le 29/09/2021
Capture d'écran Twitter, réalisée le 29/09/2021

 

 

Il est possible de géolocaliser une photo trouvée sur Internet à l'aide de plusieurs indices, comme expliqué dans la vidéo ci-dessous. Plusieurs détails de la photo présentant les policiers "repeints en jaune" confirment que ces photos ont bien été prises à Barcelone, et non à Melbourne.

Tout d'abord, en arrière-plan de l'image, on peut repérer un logo rouge sur avec un symbole ressemblant à une maison blanche et des lettres blanches. Il appartient à la société immobilière Cambra de la Propietat Urbana de Barcelona.

Dans les commentaires en dessous des photos partagées sur Twitter, certains internautes précisent qu'elles auraient été prises sur la Via Laietana à Barcelone.

En recherchant cette rue sur Google Maps, sur l'une des vitrines, au numéro 22, on peut retrouver le logo rouge de la maison, qui appartient bien à la société immobilière Cambra de la Propietat Urbana de Barcelona.

Que s'est-il passé le 29 septembre 2018 à Barcelone ?

Le 29 septembre 2018, plusieurs médias, dont l'AFP (ici et ici) rapportaient que deux rassemblements simultanés s'étaient tenus à Barcelone, à la veille du premier anniversaire du référendum organisé illégalement sur l'indépendance de la Catalogne le 1er octobre 2017, et avaient opposé des manifestants à des policiers du gouvernement régional.

Le quotidien national espagnol El Pais a par ailleurs publié une série de photos de ces affrontements, dont certaines présentent les policiers visés par de la poudre colorée lancée par les manifestants. Un photo-reporter de l'AFP avait aussi photographié ces policiers.

La police catalane aspergée de poudre colorée lancée par les manifestants à Barcelone le 28 septembre 2018 ( AFP / PAU BARRENA)

Selon les informations publiées en 2018, l'une des marches était organisée par le syndicat de police JUSAPOL, qui souhaitait que les deux forces de police nationales espagnoles - la police nationale et la Garde civile - soient rémunérées autant que la police catalane.

Le but de la marche de JUSAPOL était d'exiger de meilleurs salaires, mais aussi de soutenir les officiers de la police nationale et de la garde civile, qui avaient reçu l'ordre de disperser les rassemblements lors du référendum pour l'indépendance catalane un an auparavant.

Ce référendum avait été organisé le 1er octobre 2017 par le gouvernement autonome de Catalogne, malgré son interdiction par la plus haute juridiction du pays. Il avait été entaché de violents incidents à Barcelone, la capitale de la Catalogne.

Que se passe-t-il en Australie fin septembre 2021 ?

En septembre, il y a effectivement eu plusieurs manifestations contre les mesures sanitaires mises en place en Australie, dont l'obligation vaccinale pour certaines professions.

Le 21 septembre, des centaines d'ouvriers de construction sont ainsi descendus dans les rues de Melbourne, notamment pour protester contre la décision des autorités de Melbourne de fermer pour deux semaines les chantiers de cette ville à cause de la propagation du Covid-19 et du non-respect des règles sanitaires, et contre la vaccination obligatoire.

Comme le rapportait l'AFP à cette date, le chef de la police de l'état de Victoria avait expliqué que près de 500 agents étaient déployés et ont pu utiliser des matraques, des balles en caoutchouc, des gaz poivrés et des grenades paralysantes contre les manifestants.

Quelques jours plus tôt, le 18 septembre, plus de 200 manifestants avaient déjà été arrêtés et des policiers blessés à Melbourne, lors de violents affrontements avec des manifestants opposés au confinement. Cependant, ceux-ci n'ont rien à voir avec la photo qui circule actuellement.

Traduction et adaptation :
COVID-19