( afp / Thomas COEX)

Mélenchon ouvrirait la porte à un vote Le Pen contre Macron ? Son entourage le dément et l'article a été corrigé

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

"Mélenchon n'exclut pas de soutenir Le Pen au second tour contre Macron", "La preuve que les extrêmes se rejoignent".... Des internautes fustigent une prétendue ouverture du candidat LFI à l'idée de soutenir la candidate du Rassemblement national dans un hypothétique second tour face au président sortant. A l'appui de ces affirmations ? Un article du quotidien Ouest-France, qui a invoqué une "erreur de titre" et amendé son papier. L'entourage du candidat a par ailleurs fermement rejeté l'hypothèse d'un soutien à Marine Le Pen.

A quelques encablures du premier tour de la présidentielle (10 avril) une intention prêtée à Jean-Luc Mélenchon faisait très vivement réagir sur les réseaux sociaux le 31 mars. "Qu'est-ce qui lui arrive au Mélenchon ?", "On parle bien de la gauche là ?", fustigeaient plusieurs internautes.

Le trio Macron, Le Pen, Mélenchon paraît se détacher dans ces derniers jours de campagne. Le président sortant, dont la campagne est polluée par une polémique sur le recours conséquent de l'exécutif aux cabinets de conseil, est toujours donné en tête dans les intentions de vote au premier tour, autour de 28%.

Mais Marine Le Pen dépasse ces derniers jours la barre des 20% et l'écart se réduit toujours un peu plus au second tour, alors que la Macronie concentre ses attaques sur la candidate d'extrême droite.

Jean-Luc Mélenchon est à ce jour installé à la 3e place selon les instituts de sondage avec 15% environ des intentions de vote. Le candidat LFI accélère le déploiement de ses troupes, notamment dans les quartiers populaires, afin de mobiliser un électorat enclin à l'abstention.

C'est dans ce contexte que certains affirment que le candidat n'excluait pas, en cas d'échec à accéder au second tour, de soutenir Marine Le Pen pour défaire Emmanuel Macron. Ce n'est pas ce qu'il a dit.

Capture d'écran Twitter prise le 31/03/2022
Capture d'écran Twitter prise le 31/03/2022

 

 

Certains tweets et publications appuient leur affirmation avec la capture d'écran d'un article partagé sur le compte Twitter de Ouest-France, et titré, à ce moment-là: "Présidentielle, Mélenchon n'exclut pas de soutenir Le Pen au second tour".

Capture d'écran d'un tweet de Ouest-France, depuis supprimé

L'article publié sur le site de Ouest-France est une dépêche diffusée à l'origine par l'AFP le 30 mars à 19h58, qui a toujours eu pour seul et unique titre "Mélenchon ferait une consultation de sa base en cas de duel Macron-Le Pen".

Capture d'écran d'une dépêche AFP publié le 30 mars 2022

"C'est une erreur qui a été commise dans le titre. Le titre ne correspondait pas au corps du texte, qui lui était juste. La personne qui était au desk a voulu re-titrer une dépêche AFP et s'est trompé sur le titre", a expliqué à l'AFP la rédaction en chef de Ouest-France. Il a depuis été corrigé en "Jean-Luc Mélenchon consultera ses soutiens en cas de duel Le Pen-Macron".

L'article, qui a depuis fait en effet référence à un entretien de Jean-Luc Mélenchon au Télégramme. Dans celui-ci, le chef de file de La France insoumise est interrogé sur un éventuel second tour :

- Le Télégramme : Fabien Roussel indique que si c'est Macron-Le Pen au second tour, il fera barrage à l'extrême droite. Il dit aussi que si c'est Mélenchon-Macron, il sait faire la différence entre la gauche et la droite libérale. Et vous ? Si c'est Macron-Le Pen, pour qui appellerez-vous à voter ?

-Jean-Luc Mélenchon: 310 000 personnes parrainent ma candidature. Donc le soir du premier tour, on leur demandera ce que l’on fait pour le deuxième tour. Mais ça sera plus facile car j’ai une bonne chance d’y être !

S'il ne soulève pas la question de lui-même, Jean-Luc Mélenchon ne dit à aucun moment dans cet entretien qu'il envisage ou "n'exclut pas" de soutenir Marine Le Pen. Le candidat LFI avait d'ailleurs déjà procédé de la sorte en 2017, quand il avait terminé quatrième avec 19,58% des voix, se contentant de dire: "Pas une voix à l'extrême droite". La consultation avait abouti à une majorité courte pour le vote blanc ou nul (36%), juste devant le vote pour Emmanuel Macron (près de 35%).

Voter Marine Le Pen "n'est pas une option" pour LFI en cas de duel Macron/Le Pen au second tour de la présidentielle, a assuré le 31 mars sur Franceinfo le numéro deux de LFI Adrien Quatennens, en appelant à "chasser l'extrême droite des urnes" dès le premier tour en votant Jean-Luc Mélenchon.

Lors d'une conférence de presse le même jour, Manuel Bompard, directeur de campagne de LFI, a déclaré à propos de ces hypothétiques choix de vote : "ils seront les mêmes que la dernière fois : 'ne pas voter', 'voter blanc', 'Voter Emmanuel Macron'".

"C'est aussi un souci avec les réseaux sociaux quand il y a une approximation, qui est coupable, on l'assume, mais qu'on a remise d'équerre", a également déploré Ouest-France, qui explique que le papier a été automatiquement partagé sur son compte Twitter après publication.

"L'erreur est assumée mais il n'y avait pas de volonté de nuisance", a insisté la rédaction en chef, qui a ajouté "une note de la rédaction à la fin de l'article pour expliquer tout cela", en plus du changement de titre.

Capture d'écran de l'article de Ouest-France, prise le 31 mars 2022
Elections 2022