(AFP / Christophe Archambault)

Covid-19 : si, les asymptomatiques peuvent bien "rendre les autres malades"

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

En pleine pandémie de Covid-19, des publications Facebook affirment que les "asymptomatiques" ne peuvent "rendre les autres malades", accusant les médias de désinformation. En réalité, plusieurs études ont montré que les personnes sans symptômes peuvent transmettre le Sars-Cov-2.

"MASQUE OU PAS ? Depuis quand avez-vous arrêté de réfléchir... (...) Depuis quand pouvez-vous rendre les autres malades, si vous n'êtes pas malade ? (....) Depuis quand un virus n'a aucun symptôme mais vous pouvez l'avoir quand même ? DEPUIS QUE VOUS ECOUTEZ LES MEDIAS VOUS POLLUER L'ESPRIT!", peut-on lire sur un visuel très partagé sur Facebook depuis début septembre (1,2).

Capture d'écran Facebook prise le 17/09/2020

L'hypothèse selon laquelle les asymptomatiques ne seraient pas contagieux a été largement utilisée pour alimenter l'idée que les mesures de restrictions destinées à limiter la propagation du Covid-19 sont exagérées.

Sauf que cette idée, même si elle peut sembler logique (puisque tousser ou éternuer augmente le risque de passer le virus à quelqu'un), est largement battue en brèche. Les scientifiques pensent même que la contagion sans symptômes est fréquente.

A la question "les personnes sans symptômes peuvent-elles transmettre le virus", la réponse de l'OMS est claire "Oui, les personnes infectées peuvent transmettre le virus à la fois lorsqu’elles présentent des symptômes et lorsqu’elles n’ont pas de symptômes", d'où l'importance de respecter les mesures sanitaires, comme le port du masque ou la distance physique.

Capture d'écran du site de l'OMS faite le 16 septembre 2020

Le 8 juillet, Santé Publique France publiait une synthèse d'études sur le sujet : la littérature scientifique fournit "désormais une estimation convergente de la part des transmissions durant la phase pré-symptomatique autour de 50%".

"La transmission en phase pré-symptomatique est avérée et semble importante peu avant (et encore quelques jours après) l’apparition des signes", écrit l'agence sanitaire française.

"L'épidémie est en train de changer. Les personnes d'une vingtaine, trentaine et quarantaine d'années sont de plus en plus à l'origine de la menace", a indiqué le directeur de la région du Pacifique occidental de l'OMS lors d'un point de presse virtuel le 18 août.

"Beaucoup ne savent pas qu'ils sont infectés, n'ayant que de légers symptômes, voire aucun", ajoutait-il.

L'OMS recommande ainsi que les personnes ayant été en contact avec un cas de Covid-19 soient testées, qu'elles présentent ou non des symptômes.

"Il reste des incertitudes au plan scientifique, mais les infections asymptomatiques pourraient tourner autour de 30 à 50% des cas. Les meilleures études scientifiques à ce jour suggèrent que jusqu'à la moitié des cas ont été infectés par des personnes asymptomatiques ou pré-symptomatiques (qui auront des symptômes à un stade plus avancé de l'infection, NDLR)", affirmait début juin le professeur Liam Smeeth, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Plus récemment, le 9 septembre, Jose Vazquez-Boland, à la tête de la Chaire des maladies infectieuses de l'Université écossaise d'Edimbourg, affirmait que si une politique de tests "se focalise sur les confirmations des cas suspects (personnes avec des symptômes), (elle) rate ainsi le point essentiel, c'est-à-dire le fait que la plupart des transmissions communautaires [dans un groupe de personnes, NDLR] passe par les asymptomatiques".

Au sujet de la grippe saisonnière  également citée dans le visuel Facebook , "la période de contagion démarre un jour avant l’apparition des premiers symptômes et dure jusqu’à 7 jours", affirme l'Institut Pasteur.

"Les personnes infectées sont déjà contagieuses un jour avant l'apparition des symptômes. C'est pourquoi, afin de limiter la transmission des virus, il est recommandé d'appliquer les mesures d'hygiène essentielles en tout temps (se laver les mains régulièrement, éternuer dans un mouchoir en papier et le jeter immédiatement après)", écrit pour sa part l'Office fédéral suisse de la Santé publique (OFSP).

A lire aussi : Qu'a dit l'OMS sur les asymptomatiques ?

COVID-19