Coronavirus : non, les buralistes français ne vendront pas les mêmes masques cinq fois plus cher qu'en Espagne

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Une publication Facebook partagée plus de 15.000 fois depuis le 25 avril affirme que l'Espagne a fixé un prix maximum de 0,96 euro pour les masques vendus par les buralistes, contre 5 euros l'unité en France. Il s'agit en réalité de masques à usage unique en Espagne et réutilisables en France. Par ailleurs, la France n'avait pas annoncé lundi 27 avril d'encadrement des prix pour ces masques grand public.

"On dit stop quand, au foutage de gueule !", écrit l'auteure de la publication. "Etat français !.... Etat voleur !....", réagit un internaute.

Capture d'écran Facebook prise le 27/04/2020

Problème : cette publication est trompeuse, son auteure comparant masques à usage unique (en Espagne) et masques réutilisables (en France).

L'Etat espagnol a fixé jeudi 23 avril un prix maximum de 0,96 euro l'unité pour les "masques chirurgicaux jetables" (voir page 2 ici) vendus au public.

Le prix avancé pour la France dans la publication (5 euros) n'a pas été fixé par l'Etat. Il s'agit d'un prix indicatif, communiqué la semaine dernière par la confédération des buralistes. Surtout, ces masques grand public seront réutilisables, assure la confédération.

Lavables entre "10 et 15 fois", ces masques "en tissu" seront "conseillés aux alentours de 5 euros, sachant que si vous ramenez au coût à l'utilisation, cela revient à 35-50 centimes", a déclaré lundi 27 avril à l'AFP Philippe Coy, le président de la confédération des buralistes.

"L'opération devrait être disponible dès cette fin de semaine dans notre réseau sur la base du volontoriat", a précisé M. Coy.

Des clients font la queue à l'entrée d'un tabac parisien, le 16 mars 2020 (Philippe Lopez / AFP)

Les prix de ces masques grand public, qui pourront également être vendus en pharmacie, selon un arrêté paru dimanche, "vont être précisés dans les prochains jours", a déclaré lundi la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher lors d'une conférence de presse téléphonique.

La France disposera de "plus de 26 millions de masques grand public" par semaine dès la fin avril, "pour la plupart réutilisables 20 fois", ainsi que de 20 millions de masques sanitaires pour les professionnels d'ici fin mai, a-t-elle affirmé.

La secrétaire d'Etat a évoqué "des écarts assez sensibles" de prix entre certains masques grand public, "liés à la nature de la matière première, (...) au temps de confection".

"Quatre euros pour un masque lavable 20 fois, ça fait un peu moins de 20 centimes par usage", a-t-elle souligné.

Le nombre de lavages possibles sera notamment indiqué par un logo.

L'Elysée a estimé jeudi que le port du masque serait "probablement" obligatoire dans les transports en commun.

Pour la rentrée scolaire, qui doit être progressive, le conseil scientifique chargé d'éclairer le gouvernement français préconise pour sa part le port obligatoire d'un masque antiprojections dans les collèges et lycées, pour le personnel et les élèves.

Le plan de déconfinement du gouvernement sera présenté mardi après-midi à l'Assemblée nationale par le Premier ministre Edouard Philippe, avec un vote dans la foulée.

 
Julie Ruiz
AFP Espagne
CORONAVIRUS