Photo d'illustration (AFP / Georges Gobet)

Non, "un verre de rouge n'est pas l'équivalent d'une heure de sport intensive", selon cette étude

Des articles, repris des milliers de fois depuis 2012, soutiennent que "boire un verre de vin rouge équivaut à une heure de sport", affirmant se baser sur une étude canadienne. C'est faux, selon des experts interrogés par l'AFP. Il s'agit en réalité d'une étude sur les effets du resvératrol - antioxydant que l'on retrouve dans le raisin- sur les souris, et non d'une étude sur les effets du vin.

"Ce n'est pas une blague ! Selon une étude canadienne, boire un verre de vin aurait le même effet sur le corps et la santé que de pratiquer une heure de sport intensif", affirme le site clickbait (destiné à générer du trafic, NDLR) Waouh!, dans un article partagé plus de 25.000 fois sur Facebook depuis octobre 2018, selon l'outil de mesure d'audience CrowdTangle.

On retrouve cette affirmation sur plusieurs sites français depuis 2012 comme ici, iciici ou encore ici.

Tous s'appuient sur une étude de l'université canadienne de l'Alberta, publiée en 2012 dans le "Journal of Physiology" qui affirmerait, selon ces articles, qu'un verre de vin rouge "pouvait remplacer une heure de sport en terme de bénéfices" pour la santé.

L'étude est disponible en intégralité ici et, selon deux experts interrogés par l'AFP, elle a été mal interprétée par ces différents sites.

Ce que dit l'étude

Comme dans le cas de ce précédent fact check sur la consommation de vin et la perte de poids, l'étude ne porte pas sur le vin rouge, mais uniquement sur le resvératrol, un polyphénol (soit un antioxydant naturel) que l’on trouve dans le raisin.

L'étude n'a pas été réalisée sur les humains, mais sur des rats. Ils ont été divisés en quatre groupes et soumis, pour certains, à des exercices physiques accompagnés d'un régime incluant du resvératrol ("4 grammes par kilo de nourriture", selon l'étude) pendant 12 semaines.

L'étude conclut que "les rats ayant ingéré du resvératrol et pratiqué des exercices physiques étaient capables de courir plus longtemps et plus loin que les rats qui n'avaient pratiqué que les exercices physiques".

 

L'étude n'avance à aucun moment que boire un verre de vin rouge correspondrait à une heure de sport.

Ce que disent les experts

"Les rats n'ont pas subi un régime à base de vin rouge, mais à base d'une concentration très forte de la molécule en question",  a nuancé jeudi 8 janvier le docteur Bernard Basset président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) et médecin de santé publique.

"L'alcool augmente les risques d'accidents cardiovasculaires et les risques de cancer, au contraire du sport qui est bon pour la santé. Ce sont deux choses complètements différentes", a estimé Catherine Hill, épidémiologiste qui ajoute que "cette étude n'a jamais été répliquée sur des humains".

La mauvaise interprétation de cette étude s'est tellement répandue - on l'a retrouve également à de nombreuses reprises en anglais depuis plusieurs années ici, ici ou encore ici - que l'université de médecine de l'Alberta, à l'origine de l'étude, a clarifié la situation en janvier 2015 dans un article sur son site internet.

"Boire du vin rouge n'est pas une excuse pour ne pas faire d'exercice physique. Point", précise l'article. Interrogé dans le cadre de cette mise au point, Jason Dyck, l'auteur principal de l'étude, détaille par ailleurs : "Si vous buvez du vin rouge pour bénéficier des effets positifs du resvératrol, vous devriez boire entre 100 et 1.000 bouteilles par jour".

À l'occasion du "défi de janvier" lancée par une trentaine d'association de santé en France, AFP Factuel vous propose quatre vérifications d'affirmations virales sur la consommation d'alcool. Retrouvez les trois autres articles ci-dessous :

"Ceux qui ne boivent pas d'alcool meurent plus jeunes que les autres" : faux, selon des experts

Non, une étude ne prouve pas que boire du vin facilite la perte de poids

-Non, boire un verre de vin par jour n'est pas recommandé pour la santé, selon des experts

François D'Astier