Sibeth Ndiaye, le 5 décembre 2019 à Paris (AFP / Ludovic Marin)

Non, le malus si l'on part à la retraite avant l'âge d'équilibre ne s'arrêtera pas lorsque celui-ci sera atteint

Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a affirmé jeudi matin en détaillant la réforme des retraites souhaitée par le gouvernement que le malus payé par les futurs retraités pour partir à la retraite avant l'âge d'équilibre de 64 ans ne s'appliquerait que jusqu'à ce qu'ils aient atteint cet âge d'équilibre mais pas après. C'est faux, une erreur rapidement corrigée par Mme Ndiaye elle-même sur Twitter.

Invitée de France Inter, Mme Ndiaye a eu cet échange avec une journaliste de la radio :

Léa Salamé : "- Il y a quelque chose que j'ai pas compris. Si je pars à 62 ans, le malus de 5%, je le paie jusqu'à 64 ans seulement ou je le paie sur toute ma retraite ?"
Sibeth Ndiaye : "- Non, vous le payez jusqu'à 64 ans."
LS : "- Et après je regagne..."
SN : "-... vous revenez à taux plein."
LS : "- Je reviens à taux plein. Donc pendant deux ans, je paie un malus."
SN : "- Exactement."

L'échange peut être écouté à la fin de cette vidéo diffusée par France Inter sur Twitter.

Les propos de la porte-parole du gouvernement sont erronés.

Page 19 du dossier de presse de la réforme, on apprend ceci : "L’âge minimal pour partir à la retraite restera fixé à 62 ans (...). En l’absence de décision de la gouvernance, la loi fixera à compter du 1er janvier 2022 un âge d’équilibre à 62 ans et 4 mois, qui augmentera ensuite de 4 mois par an pour rejoindre progressivement l’âge d’équilibre du futur système, soit 64 ans en 2027. Les Français auront la liberté de partir à partir de 62 ans ; s’ils partent avant l’âge d’équilibre, leur pension subira un malus ; s’ils partent après, elle bénéficiera d’un bonus."

"Les partenaires sociaux fixeront l’évolution de l’âge d’équilibre, ainsi que le montant du malus et du bonus ; à défaut, le bonus et le malus seront de 5% par an afin d’assurer la neutralité actuarielle du système (c’est-à-dire le niveau de malus et de bonus qui traduit, dans le montant de la pension, le coût pour le régime lié à un départ anticipé ou le gain lié à un départ tardif)", poursuit le document gouvernemental.

Cette décote fonctionne sur le même principe que celle appliquée dans le régime général actuel (Cnav).

Moins d'une heure après la fin de l'émission, Mme Ndiaye a publié un tweet évoquant une "erreur" de sa part. "Comme aujourd’hui avec le taux plein, partir avant l'âge d'équilibre, ce sera partir avec un malus qui s'appliquera tout au long de la retraite", a-t-elle rectifié.

Elle a ensuite répondu à plusieurs personnes s'étonnant de ses propos ou les critiquant, en leur soumettant sa rectification.

Fin des régimes spéciaux, "âge d'équilibre" à 64 ans, entrée dans le système à points à partir de la génération née en 1975... M. Philippe a détaillé mercredi le contenu du futur "système universel de retraite" par points, assurant que "tout le monde serait gagnant".