Non, la citadelle de Carcassonne n’a pas été peinte en solidarité avec les indépendantistes catalans incarcérés

Des cercles jaunes ont été peints récemment sur les remparts de la Citadelle de Carcassonne (Aude). Une “action de solidarité” pour réclamer la libération de “prisonniers politiques” catalans, affirment plusieurs comptes sur les réseaux sociaux. L’explication est toute autre.

“Action de solidarité à Carcassonne pour réclamer la #libertépourlesprisonnierspolitiques”, écrit un de ces comptes sur Facebook, photos des remparts de Carcassonne à l’appui. Sur ces dernières, des cercles jaunes peints à même la pierre et les ardoises des tours de la citadelle médiévale.

En réalité, comme l’écrivent nos confrères de France 3 Occitanie et de L’Indépendant, journal basé à Perpignan, cette oeuvre d’art éphémère - intitulée "Concentrique excentrique" - a été réalisée par l’artiste suisse Felice Varini avec l’aide d’étudiants en art pour “célébrer les 20 ans de classement par l'Unesco de la Cité et des remparts au patrimoine mondial de l'Humanité”.

Rien à voir, donc, avec la crise en Catalogne et l’emprisonnement de neuf sécessionnistes catalans accusés de “rébellion”.

Rémi Banet