capture d'écran du site meta.tv le 17 avril 2018 (DR)

Non, les Casques blancs n'ont pas mis en scène l'attaque chimique présumée dans la Ghouta

Plusieurs sites affirment, photos de tournage à l’appui, que les Casques blancs syriens mettraient en scène des attaques du régime. C’est faux : ces images, qui circulent beaucoup depuis l’attaque chimique présumée sur Douma, proviennent du plateau d’un film dont la réalisation a été soutenue par le régime de Bachar al-Assad.

Depuis l’attaque chimique présumée sur Douma, qui était alors le dernier bastion rebelle dans la Ghouta, le 7 avril, de nombreuses personnes assurent que les images qui ont circulé ne sont qu’une mise en scène orchestrée par l’ONG syrienne les Casques blancs.

"Les Casques blancs démasqués par des photos" titre Mondialisation.ca tandis qu'un autre site s'insurge : "Regardez… des scènes dignes de films d’Hollywood produites par les Casques blancs…"

 

A l’appui de cette affirmation, de nombreuses photos - qui circulent abondamment sur les réseaux sociaux depuis plusieurs semaines - montrent effectivement des images de tournage en studio, avec costumes et maquillage.

Ces photos sont bien réelles... mais elles proviennent du tournage d'un film intitulé "Revolution Man", notamment soutenu par le ministère syrien de la Culture, et dont l'avant-première a été saluée par l'agence officielle syrienne Sana dans une dépêche datée du 9 mars.

Selon l'agence, le film narre l'histoire d'un journaliste "en quête de célébrité et de prix internationaux" et "qui entre illégalement en Syrie pour prendre des photos et des vidéos de la guerre". "Après avoir échoué à atteindre son but, il aide les terroristes à fabriquer une attaque chimique afin de donner à ses photos un retentissement mondial".

Les photos, dont l'une montre le début d'une prise avec un clap, ont été publiées sur une page Facebook dédiée au film :

L'affiche du film, qui a été tourné en anglais selon Sana, est également présentée sur cette page, avec le sous-titre suivant : "His only cause is himself" (sa seule cause, c'est lui-même) :

Selon le site d’investigation bellingcat, ces photos ont également été diffusées par la chaîne publique russe « Russia 1 » qui les a présentées comme une preuve de mise en scène.

Signe supplémentaire de la défiance envers les Casques blancs, Roger Waters, le célèbre bassiste et ex-membre des Pink Floyd, s’en est récemment pris à l’ONG syrienne lors d’un concert à Barcelone, le 12 avril. Comme l’ont relevé plusieurs médias dont le Daily Mail, s’il n’a pas fait référence explicitement aux photos décryptées plus haut, il a dénoncé une "fausse organisation qui n’existe que pour faire de la propagande au bénéfice des jihadistes et des terroristes".

Note : titre modifié 
Note : ajout des balises ClaimReview
Grégoire Lemarchand