Non, ces photos ne montrent pas deux glaciers à 10 années d’intervalle (mais la fonte des glaces est bien réelle)

Un photomontage, partagé plusieurs centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux dans le cadre du "10 years challenge", place côte à côte deux images, laissant penser qu'il s'agit d'un même glacier victime de la fonte des glaces. Mais la juxtaposition est trompeuse : les deux photos ont été prises à deux endroits totalement différents du globe et à deux ans d'écart.

En théorie, le "10 years challenge" consiste à placer côte à côte une photo datant d'il y a dix ans et une autre, souvent de la même personne, prise récemment. Mais ici, la juxtaposition des deux images est doublement trompeuse.

Capture d'écran Twitter réalisée le 17/01/2019

Edit : Contacté par l'AFP, l'internaute à l'origine du photomontage s'est justifié en invoquant une "démarche artistique" (voir note de bas de page).

Censé témoigner de l’impact - bien réel - du réchauffement climatique sur les glaciers, le photomontage (et les internautes l'ayant partagé) ne précise pas que les deux photos n’ont été prises ni au même endroit, ni à dix années d’intervalle.

La photo de gauche a été prise par le scientifique Jeremy Harbeck lors d’une mission de la Nasa. Le cliché date du 5 novembre 2016 et montre la barrière de glace de Getz, dans l'ouest de l'Antarctique. Le voici sur le site de la Nasa.

Capture d'écran du site de la Nasa réalisée le 17/01/2019

La photo de droite montre elle les maigres restes d’une banquise de l’océan Arctique ; elle a été prise en août 2018 par la scientifique Julienne Stroeve, du National Snow and Ice Data Center (NSIDC). La voici sur le site du NSIDC.

Capture d'écran du site du NSIDC réalisée le 17/01/2019

L'impact du réchauffement climatique sur la fonte des glaces est en effet bien réel.

Comme l'explique cette dépêche AFP du 2 décembre dernier, "les glaciers de la planète ont rétréci pour la 38e année consécutive" en 2018, qui "devrait être la 4e année la plus chaude recensée depuis le début des relevés, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM)".

"En Arctique, l'étendue de la banquise est restée largement en-dessous de sa moyenne historique tout au long de l'année, et a connu un plus bas historique en janvier-février", ajoute la dépêche.

La fonte annuelle des glaces en Antarctique est quant à elle plus rapide que jamais, environ six fois plus qu'il y a quarante ans, ce qui entraîne une hausse de plus en plus importante du niveau des océans, ont prévenu lundi des scientifiques.

Dans leur étude, ces derniers estiment que l'Antarctique a perdu en moyenne 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an entre 1979 et 1990. A partir de 2009 et jusqu'en 2017, ce chiffre est passé à 252 milliards de tonnes par an.

Edit (mis à jour à 20h01 le 17/01) : Contacté par l'AFP, l'internaute à l'origine du tweet aux 
360.000 retweets a invoqué une "démarche artistique". "J’ai pris deux glaciers qui puissent faire 
comprendre rapidement qu’il y a eu des changements en dix ans (...) Souvent la désinformation 
c’est négatif, mais dans ce cas-là c’est pour une cause qui  m’apparaît noble", a-t-il expliqué.