Non, cette photo ne montre pas un éléphant tuer un chasseur qui voulait l’abattre

Une image, partagée plus de 100.000 fois sur Facebook, est présentée comme montrant un chasseur se faire écraser par un éléphant qu’il "cherchait à tuer pour son ivoire" au Zimbabwe. C’est faux : ce cliché montre en réalité un pachyderme s’approcher - de très près - d’un couple réalisant un safari en Afrique du Sud. Aucun des occupants du véhicule n’a été blessé.

Postée sur Facebook le 30 août 2015, la photographie, qui a depuis généré plus de 110.000 partages et 40.000 réactions, est saisissante : sur une route de brousse, un éléphant semble s’écraser sur une petite voiture Volkswagen grise.

"Le chasseur Ian Gibson meurt écrasé par un éléphant qu’il cherchait à tuer pour son ivoire", explique la légende accompagnant le cliché.

Capture d'écran Facebook réalisée le 29/01/2019

La page Facebook "Some Amazing Facts" (suivie par plus de 3,4 millions de personnes), qui a publié l’image, affirme que Ian Gibson chassait au Zimbabwe quand il a été tué.

Si ce chasseur a bien été tué par un éléphant au cours d’une chasse en 2015 au Zimbabwe, selon ce communiqué publié sur Facebook par ses anciens employeurs, l’image ci-dessus n’a rien à voir avec sa mort.

La photo a en réalité été prise en 2014 dans le parc national de Pilanesberg, en Afrique du Sud. Un couple, qui y effectuait un safari, a été surpris par un éléphant "d’humeur joueuse", comme le raconte un article sur le site officiel du parc.

"Les deux occupants du véhicule n’ont pas été blessés, juste un peu secoués. (...) La voiture n’a pas eu autant de chance. De ce que nous avons pu voir et entendre, toutes les fenêtres ont volé en éclat et le toit a été cabossé", écrit le site.

Un employé du parc, Armand Grobler, a pris plusieurs photos de la scène, dont celle partagée avec une légende erronée sur les réseaux sociaux. Dans un commentaire Facebook du 23 août 2014, Armand Grobler a décrit cette scène comme "effrayante mais incroyable".

Capture d'écran Facebook réalisée le 29/01/2019

Article traduit de l'anglais par Anne-Sophie Faivre Le Cadre.