( AFP / MANDEL NGAN)

Non, les CDC américains n'ont pas mis en garde contre une résurgence de cas d'une maladie "semblable à la polio" en 2021

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Plusieurs publications, partagées des centaine de fois sur les réseaux sociaux depuis le début du mois de septembre, prétendent que l'Agence américaine de contrôle des maladies (CDC) a récemment mis en garde contre l'apparition d'une maladie "semblable à la polio" en 2021, qui serait, selon des internautes, liée aux effets secondaires de la vaccination anti-Covid. C'est faux : l'alerte des CDC date de 2020 et il n'y a aucun lien entre cette affection neurologique et la vaccination contre le Covid-19, ont expliqué les CDC à l'AFP.

"Une épidémie potentielle d'une maladie semblable à la polio connue sous le nom de myélite flasque aiguë, selon le CDC, pourrait affecter les enfants aux États-Unis cet automne (...) Nous savons que la paralysie de Bell est l'un des effets indésirables probables du « vaccin », il n'est donc pas si farfelu de croire que les injections de Covid pourraient provoquer quelque chose de similaire chez les jeunes ", peut-on lire sur un article du site francemediasnumerique publié le 23 septembre.

Capture d'écran prise le 23/09/2021
Capture d'écran prise sur Facebook le 23/09/2021

 

 

"Le cdc des USA a dit le 19 août qu'une épidémie de polio arrive dans 4 mois!!!bizarre .non??", a également soutenu une internaute s'exprimant face caméra, dont la vidéo a été partagée plus de 250 fois sur Facebook depuis le 2 septembre, appelant à ne pas vacciner les enfants contre le Covid.

"Le genre d'épidémie parfaite pour couvrir les effets secondaires après la vaccination des enfants", commente de son côté un autre internaute qui relaie cette affirmation.

Capture d'écran prise sur Facebook le 23/09/2021

Une rumeur qui vient d'un article en anglais

Cette affirmation, qui circulait à l'origine en anglais, tire sa source d'un article publié le 17 août 2021 par l'agence de presse Zenger News, depuis supprimé mais qui continue à circuler sous forme de capture d'écran. Celui-ci affirmait que les CDC ont récemment alerté contre l'apparition dans les quatre prochains mois de cas de myélite flasque aiguë (MFA), une condition neurologique rare mais grave.

Selon cet article, cet avertissement aurait été publié dans le dernier rapport des Signes Vitaux du CDC, une publication mensuelle évoquant des menaces sanitaires importantes.

Un avertissement qui date de 2020

Mais cette affirmation est fausse. Les CDC ont confirmé à l'AFP que l'agence n'a émis aucun avertissement officiel au sujet de la myélite flasque aiguë en 2021.

"Les CDC n'ont pas émis d'avertissement officiel tel qu'un HAN [Health Alert Network la principale méthode utilisée par les CDC pour partager des informations sur de grave risques de santé publique] - ou une alerte Epi-X [message diffusé sur un réseau pour transmettre des information de santé publique aux professionnels de santé] concernant la myélite flasque (MFA) aiguë en 2021. Cependant, l'équipe MFA des CDC continue de travailler avec les départements de santé des états et les organisations médicales professionnelles pour éduquer les professionnels de santé sur la MFA au cas où nous verrions une augmentation des cas cette année", a déclaré à l'AFP le 8 septembre Scott Pauley, attaché de presse des CDC.

L'agence américaine n'a pas non plus mentionné la myélite flasque aiguë dans ses communiqués de presse ou ses rapport sur les Signes vitaux publiés en 2021.

L'affirmation semble provenir d'une ancienne déclaration des CDC sur la MFA, publiée le 4 août 2020. Cet avertissement, identique à celui qui circule aujourd'hui sur les réseaux sociaux, a été publié quatre mois avant le début des campagnes de vaccination aux Etats-Unis, mi-décembre 2020 et en France, le 27 décembre 2020 et n'a donc rien à voir avec les vaccins anti-Covid.

Capture d'écran prise sur le site des CDC le 23/09/2021

"Il n'y a aucun rapport entre la myélite flasque aiguë et les vaccins contre le Covid-19", a précisé l'attaché de presse des CDC.

La myélite flasque aiguë est un handicap neuromusculaire rare, semblable à celui de la polio, qui touche principalement les jeunes enfants et qui entraîne des lésions potentiellement mortelles de la matière grise de la moelle épinière.

Selon une étude publiée dans la revue médicale Lancet en janvier 2021, la myélite flasque aiguë serait causée par une infection à entérovirus non poliomyélitique. "A ce jour, le virus suspecté d'être le responsable prédominant des épidémies saisonnières et biennales de MFA observées dans de nombreuses régions du monde est l'entérovirus D68", écrivent les auteurs de ces travaux. Cependant, "le mécanisme spécifique par lequel l'infection par l'entérovirus D68 conduit à la MFA n'est pas entièrement compris."

Les CDC ont commencé à surveiller cette maladie en août 2014, bien avant l'apparition de la pandémie de Covid-19. 665 cas confirmés ont depuis été signalés aux Etats-Unis.

Capture d'écran prise le 23/09/2021 de l'évolution des cas de myélite flasque aiguë répertoriés aux Etats-Unis par les CDC

Selon les données des CDC, la plupart des patients "ont développé la myélite flasque aiguë entre août et novembre, avec une augmentation des cas en 2014, 2016 et 2018."

Six milliards de doses de vaccins administrées dans le monde

Les publications partagées sur les réseaux sociaux affirment par ailleurs que les vaccins contre le Covid-19 provoqueraient fréquemment des effets indésirables. Mais après des millions d'injections et une "pharmacovigilance la plus intense de l'histoire des États-Unis", les CDC concluent que les vaccins sont sûrs et ne provoquent que des effets secondaires légers dans l'immense majorité des cas. Les rares effets secondaires graves énumérés ici, dont certains font encore l'objet d'une enquête par le CDC, n'incluent en outre pas la myélite flasque aiguë.

En France et en Europe, si récemment, de très rares affections plus graves ont été associées à l'AstraZeneca (thromboses), aux vaccins à ARN messager (péricardite, myocardite) ou au Johnson & Johnson/Janssen (syndrome de Guillain-Barré), la plupart des effets secondaires sont bénins (douleurs au point d'injection, fièvre...).

L'Agence Européenne du Médicament (AEM) continue donc de conclure, dans un avis du 9 juillet (en anglais), que "les bénéfices de tous les vaccins Covid-19 autorisés continuent de surpasser leurs risques, étant donné le risque de la maladie du Covid-19, les complications qui lui sont associées, et le fait que des preuves scientifiques montrent qu'ils réduisent les décès et les hospitalisations dues au Covid".

A l'échelle mondiale, plus de six milliards de doses de vaccins contre le Covid ont été administrées à la date du 22 septembre.

Retracer les origines de cette affirmation

Pour comprendre comment cette affirmation est devenue virale, l'AFP a retracé les origines de l'article de Zenger News, cité dans les publications en anglais.

Cette agence de presse, basée aux Etats-Unis, a expliqué à l'AFP que le texte en question avait été automatiquement repris d'un article publié à l'origine par l'Asian News International (ANI), une agence de presse indienne. Mais Zenger a dépublié l'article, après avoir constaté que l'histoire était fausse : "Un lecteur nous a demandé d'enquêter sur les affirmations de l'article, et nous avons déterminé que le CDC n'avait pas fait de déclaration sur laquelle se basait l'article d'ANI", a déclaré à l'AFP Nate Miller, porte-parole de Zenger News, le 10 septembre 2021.

Zenger a mis fin à sa relation avec ANI en août 2021, a également précisé Nate Miller. Au moment de la rédaction de cet article, l'article est toujours disponible sur le site de l'Asian News International. L'agence indienne attribue elle-même l'article à Sputnik News, une agence de presse publique russe. Mais après une recherche par mot-clé, Sputnik n'a pas fait état récemment d'un tel avertissement du CDC concernant l'AFM en août 2021. L'agence avait publié un article sur le sujet en août 2020, qui fait correctement état de l'alerte initiale des CDC.

Traduction et adaptation :
COVID-19 VACCINS